Galignani depuis 1520


Les Galignani furent parmi les premiers à utiliser la nouvelle invention de l’imprimerie pour diffuser leurs livres auprès d’un plus large public. Dès 1520, Simone Galignani publie à Venise une grammaire latine (le plus ancien « Galignani » que nous connaissions).

Mais leur grand succès de l’époque sera la Geografia de PTOLEMAUS publiée pour la première fois en 1597 ; véritable bestseller du XVIe et  XVIIe, Galignani en fera de multiples éditions.

À la fin du XVIIe siècle, Giovanni Antonio Galignani, né près de Brescia, quitte Venise alors en déclin, pour Londres, puis Paris. C’est là qu’il ouvre en 1801, rue Vivienne, une librairie, un cabinet de lecture spécialisé dans les ouvrages en langue anglaise, tout en continuant son activité d’édition et en y ajoutant la publication du Galignani’s Messenger, quotidien de référence de la communauté anglophone du Continent. Les plus grands auteurs anglais de l’époque contribuent au journal et leurs livres sont édités par les Galignani (Byron, Wordsworth, Thackeray, Scott…) qui s’installent en 1856 à l’adresse actuelle.

En 1882, William Galignani cède à son neveu, Charles Jeancourt-Galignani, l’entreprise dont les descendants directs sont encore aujourd’hui les propriétaires. Le journal et la maison d’édition sont arrêtés au début du XXe siècle mais la librairie prospère. Pendant l’occupation allemande, ne pouvant se fournir auprès des éditeurs anglais, André Jeancourt-Galignani ouvre un rayon de livres d’art qui connaît depuis l’après-guerre un immense succès.

Aujourd’hui, fidèle à sa tradition, Galignani s’attache plus que jamais à servir une clientèle exigeante. Par leur sélection d’ouvrages anglo-américains, français et de beaux-arts international, les libraires de Galignani attirent les lecteurs les plus curieux et les plus cultivés de Paris … et d’ailleurs.

Ceux qui ne trouvent pas sur les rayonnages (qui datent de 1930…) le livre de leur choix peuvent en faire la commande auprès d’un service spécialisé qui saura le trouver parmi le fonds des éditeurs ou, s’il est épuisé, le rechercher en « antiquariat »… Et si nécessaire, il pourra aussi être expédié.

 

Pour télécharger le pdf, cliquez sur le lien.

empty