Lettres à Henri Mondor Lettres à Henri Mondor
Lettres à Henri Mondor Lettres à Henri Mondor

Lettres à Henri Mondor

À propos

1949. Le procès de Céline va s'ouvrir. L'écrivain cherche des soutiens. Henri Mondor se laisse convaincre ; chirurgien, homme de lettres, académicien, il sera le «Grand Savant, couvert de Gloire, repêchant du gibet le minable pustuleux poëtasseux confrère». Céline ne cessera plus de le solliciter, et il utilisera la notoriété de son «illustre ami» pour bâtir sa propre légende. Les lettres inédites retrouvées par Cécile Leblanc à la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet retracent l'histoire de cette construction, qui est aussi celle d'une obsession. Cette obsession, c'est la Pléiade. Céline veut en être. Mais il lui faut, en guise de préfacier, «un parrain illustre et bienveillant». Mondor, une fois de plus, serait l'homme de la situation. Reste à le persuader, et à l'orienter. Tel est l'intérêt majeur de ces lettres : le romancier y réinvente sa vie et y livre au «cher Maître» les clefs de son art. Quand, en 1960, il reçoit la préface (ici reproduite en annexe), il est au comble de la joie : ce qu'y dit Mondor est l'exact reflet de ce que son «poëtasseux confrère » lui a dicté, lettre après lettre.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782070136575

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    174 Pages

  • Longueur

    19 cm

  • Largeur

    12 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    186 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty