• La question raciale est une contribution à la critique des logiques racialistes et antiracialistes au regard des enjeux contemporains. C'est la dynamique du capitalisme qui explique les atrocités racistes, depuis toujours. Or, cette dynamique a changé : elle s'appelle désormais le mondialisme. Son racisme s appelle donc l'antiracisme. Son apartheid, c'est la société multiraciste. Le racisme de demain sera celui des métis contre les non-métis. Ou, pire encore, celui d'une race supérieure à fabriquer. Réveillez-vous, braves gens : le danger n'est pas là où on vous le montre.

  • La crise économique déclenchée en 2007/2008 n'est que le symptôme d'une crise bien plus profonde. Au-delà des apparences, ce que vivent les sociétés occidentales, c'est une dramatique crise du sens. La raison pour laquelle l'Occident implose, en profondeur, c'est qu'il est devenu un Empire - une construction qui n'a plus d'autre finalité que son maintien et son expansion. Derrière la fin du mythe de la croissance, le questionnement lancinant sur le règne de la quantité. 200 pages percutantes, sans temps mort, sans diversions techniques superflues, pour dire le vrai problème : la crise? Mais la crise de quoi, au juste?

  • La crise qui a éclaté avec l'implosion de la bulle des subprimes n'est pas survenue par hasard. Elle a été préparée par une longue séquence d'évènements, de l'abolition de la convertibilité-or du dollar en 1971 à l'explosion de la masse monétaire entre 2002 et 2007. En s'appuyant sur de très nombreux graphiques qui rendent son travail facile d'abord même pour des non spécialistes, l'auteur démontre que cette crise s'insère complètement dans la dynamique contemporaine du capitalisme mondialisé. Mieux encore : il explique pourquoi il est très probable, presque certain même, qu'elle a été dans une large mesure voulue. En réalité, c'est un coup d'État. Des gens, peu nombreux, mais très puissants, sont en train de voler la terre à l'humanité.
    />

  • Macron : un illusionniste.
    Son élection : un trompe-l'oeil.
    Sa politique : du théâtre.
    Sa méthode : communiquer sur des détails insignifiants pour faire perdre de vue le tableau d'ensemble.
    Donc, afin que nous puissions voir Macron, et le voir réellement, Michel Drac va à l'essentiel. En huit scénarios, il dévoile les vrais enjeux du quinquennat :
    La mort douce : 2020, la conjoncture mondiale se retourne. Mal remise de la crise de 2008, l'économie française encaisse durement le choc. Le climat politique se dégrade..
    Euro 2.0 : 2018, le Brexit est conflictuel. La City of London passe à l'attaque. Crise de la zone euro, le retour..
    La grande spoliation : les élites américaines se déchirent. Wall Street n'accompagne pas la politique de Donald Trump. 24 octobre 2018, le Dow Jones est divisé par deux..
    Le printemps italien : panique à Rome, le Mouvement 5 Étoiles a remporté les élections législatives..
    Mourir pour Riga : le commandant en chef de l'OTAN en Europe veut contraindre Paris, Madrid et Berlin à lui confier les pleins pouvoirs sur la défense européenne. Mais rien ne se passe comme prévu..
    Le dérapage incontrôlé : 2020, élections en vue aux États-Unis. Trump joue au chef de guerre pour rallier l'électorat républicain. Il défie la Corée du Nord..
    La découverte de l'Europe : 2019, cataclysme climatique majeur. Partout dans le monde, les stocks de céréales plongent. Des dizaines de millions de migrants affluent vers le vieux continent..
    La Troisième Guerre Mondiale : coup d'État néo-nazi à Kiev. Le conflit du Donbass dégénère. L'armée russe intervient..

empty