• La vie a parfois plus d'imagination que le scénariste le plus doué.

    Une histoire d'amour et de haine, inspirée de faits réels, forte en rebondissements, bluffante et captivante, où la vérité n'est jamais là où on l'attend.

    Aux assises, un homme écope de vingt-deux ans de prison pour le meurtre d'une mère et de sa fille. Zarkane, l'oeil noir et sec, contemple, sans le moindre signe d'émotion, ceux qui viennent de le condamner. Une descente aux enfers qui l'amène à dérouler le fil de sa vie qui débute dans une caravane, dans un camp gitan du Sud de la France, puis dans une famille d'adoption avant que Fernand, le parrain de la Côte d'Azur, ne décide de prendre Zarkane sous son aile, pour en faire un caïd et un homme riche. Une vie noire et violente que cet homme étonnant et envoûtant va abandonner pour ne plus se consacrer qu'à la peinture et à l'amour. Un bonheur qui ne durera pas : les tarots de Mamma Lisa l'avaient prédit.

    Joseph Lubsky est né en Pologne en 1950. Emigré en France très tôt, il perd ses parents dans un accident à l'âge de quatre ans. Elevé dans le Sud-Est par une cousine, il s'émancipe très jeune et commence à fréquenter le milieu local. Il sera incarcéré pour dix-huit ans à la suite d'un fait divers tragique dont il assure être totalement innocent. Contrairement à ceux qui hurlent, font des grèves de la faim et vont d'appel en appel, il considérera cette erreur judiciaire comme une « décision du destin » et non comme une injustice. Il l'acceptera comme un chemin tracé d'avance. Libéré il y a deux ans, il vit près de Marseille avec celle qui l'a attendu pendant toute sa réclusion.

    La Cellule de Zarkane est le premier roman publié de Joseph Lubsky. Même si elle est basée sur des faits réels, ce n'est pas son histoire mais il y a beaucoup de ses propres expériences dans ce récit. Un innocent offrant l'indulgence à ceux qui l'ont condamné à tort, tel est Joseph Lubsky, personnage mystérieux, attachant et hors normes qui se révèle être un auteur à l'imagination et au style surprenants.

empty