• Fiction biographique autour du personnage hautement romanesque de Sergueï Essenine (1895-1925), un des plus grands poètes de la littérature russe, ce premier roman de Jean de Boishue plonge le lecteur dans le tourbillon de l'histoire russe du XXe siècle. En pleine période de perestroïka, Kars, officier du KGB sur le point de partir à la retraite enquête sur Essenine et les circonstances obscures de sa mort. C'est l'occasion pour lui de replonger dans le monde de la Russie d'avant la Révolution, déjà en pleine ébullition artistique et littéraire. Puis survient la fameuse Révolution d'Octobre, à laquelle Essenine adhérera, avant d'être emporté par la lame de fond. Au cours de sa vie, Essenine connut également une vie sentimentale mouvementée. On se souvient notamment de son mariage avec la célèbre danseuse américaine Isadora Duncan, avec laquelle il voyagea, ou celui avec Sophie Tolstoï, la petite-fille de l'écrivain. À force de puiser dans les archives et de rencontrer les derniers témoins, Kars s'interroge sur le « suicide » d'Essenine. Que s'est-il réellement passé à l'hôtel Angleterre ? On sait qu'une fois les révolutions terminées, on achève bien les poètes.
    À travers ce roman épique et palpitant, Jean de Boishue nous entraîne au coeur d'une traque à travers l'histoire russe du siècle dernier, dont nous ne sommes pas tout à fait sortis.

  • La banlieue est décriée, dénigrée, injustement traitée.
    Elle serait le purgatoire de la France contemporaine, le lieu par excellence d'où pourrait naître une explosion sociale. Et, pourtant, la banlieue, par la diversité de sa population, est infiniment plus vitale que Paris. Jean de Boishue, élu de la banlieue parisienne, a décidé de la réhabiliter en montrant qu'elle constituait l'espoir de la France de demain. A travers une série de portraits vifs, drôles, mordants et parfois pathétiques, il raconte l'histoire et l'évolution de la banlieue du XIXe siècle jusqu'à nos jours et dénonce les incohérences des politiques urbaines.
    Son livre est en quelque sorte une épopée de la banlieue, le contraire d'un traité ennuyeux de sociologie. Chaque banlieusard s'y reconnaîtra.

  • Anti-secrets

    Jean de Boishue

    • Plon
    • 7 Mai 2015

    Plus rien, aujourd'hui, n'est vraiment secret. Les notes internes, les télégrammes diplomatiques, les archives confidentielles, tout s'étale, au vu et au su de la presse. Mais, constate Jean de Boishue, ce qui, en politique, restera toujours indéchiffrable, c'est l'irrationnel des comportements, les aléas de l'actualité, la crédibilité des dirigeants. L'auteur est un fin connaisseur de la vie politique. C'est un très proche de François Fillon. Mais pas son hagiographe.
    De 2007 à 2012, Jean de Boishue mène ainsi à Matignon une double vie : celle, au grand jour, d'un équipier influent d'une écurie politique ; et l'autre, cachée, celle, d'un observateur, discret et solitaire.
    Beaucoup a été dit sur Nicolas Sarkozy, mais peu de choses ont filtré sur la manière dont a été vécue cette période côté Matignon. Quelle fut la réalité des relations Sarko-Fillon ? Comment survit-on sous le feu roulant de l'Elysée ? Qui est Fillon : un feu-follet ou un poids lourd ?
    Anti-secrets n'est pas seulement un livre politique. L'auteur décrit ce qu'il sent, devine, entend, croit voir. Et on ne s'ennuie jamais à suivre cette plume brillante, rêveuse et émouvante, mais n'hésitant jamais à trancher dans le vif.

empty