Thierry Magnier

  • tu es mon père et je te crains.
    " il faut ". " on doit ". " on ne peut pas "... ta religion ne sait se décliner qu'en interdits. tu ne nous éduques pas, tu nous dresses. tu ne nous élèves pas. tu nous rabaisses. je suis petite et dieu est grand. maman parle de moins en moins. elle a des silences de douleur, qui nouent le ventre à peine on la regarde. mais moi je grandis, et mes questions grandissent avec moi. quel est ce dieu de foudre et de colère, qui aime aussi peu ses enfants ? ii me fait peur.
    je n'en veux pas. la foi, entre les mains d'un homme comme toi, c'est une arme de poing. je voudrais m'enfuir au plus vite. je comprends que partir est nécessaire. je veux vivre.

  • La nuit, dans son lit, Rose s'invente des histoires de corps qui se rencontrent, mais dans la vraie vie personne n'ose l'approcher. Son albinisme y est peut-être pour quelque chose ? Rose se sent différente et une question la hante : est-ce normal de penser autant au sexe ? Avec beaucoup de pudeur et de malice, Susie Morgenstern fait son entrée dans la collection L'Ardeur, en abordant la question du désir adolescent avec humour et dérision. Ce texte est accessible aux plus jeunes lecteurs.

  • Au coeur du XIXe siècle, dans les grandes plaines de l'Ouest américain, les trois parties de ce récit retracent le destin de Quanah Parker, dernier chef Comanche. Enfant, adolescent puis adulte, il mène toute sa vie un combat pour tenter de sauver sa culture, ses terres, ses croyances face à l'écrasante suprématie blanche.  

  • Sauvages

    Nathalie Bernard

    Arraché à sa famille, Jonas vit depuis ses 10 ans dans un pensionnat pour enfants autochtones et se plie aux règles qui ont pour but, petit à petit, de tuer l'Indien en lui. Comment survivre au sein de cet enfer ? Un roman poignant et captivant qui dénonce ces pensionnats, véritables prisons qui ont existé aux Québec jusqu'à la toute fin du XXe siècle.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Pour ce premier roman de la collection érotique L'Ardeur, Camille Emmanuelle nous plonge dans le quotidien d'Aurore, lycéenne, bouleversée par un accident de vélo qui lui fait perdre le goût et l'odorat. Comment cacher ce handicap au lycée et continuer de mener une vie normale ? Comment poursuivre une vie sexuelle à peine amorcée quand on ne sent plus rien ? Les entraînements de boxe seront son échappatoire et aussi le lieu où elle rencontrera Valentin. Avec humour et justesse, Camille Emmanuelle nous entraîne dans un parcours initiatique et érotique réjouissant.

  • Elle a 17 ans, le bac en poche, l'université l'attend, la liberté aussi dans sa chambre d 'étudiante loin de ses parents. Le premier jour de fac, dans ces années 70 bouillonnantes, un jeune homme prend la parole dans un amphi, son discours est éloquent.
    Elle ne connaît rien à la politique, mais elle le remarque et le désire immédiatement.
    Le roman commence dans la chambre de l'homme, la chambre, où elle va devenir une femme amoureuse, épanouie. Avec lui, elle va grandir ; découvrir qu'elle peut et aime prendre la parole en public. Elle va aussi exorciser les démons de l'enfance qui jusqu'à présent l'empêchaient de devenir une femme.
    Ce roman signe le retour de Jeanne Benameur dans notre catalogue avec un texte puissant et personnel. Une ode à la liberté, à l'amour, à la sensualité.

  • Dans ce nouveau roman de la collection L'Ardeur, Mina traverse la France pour accompagner sa grand-mère, Lune, dans son dernier voyage. À cette occasion, Mina se remémore ses souvenirs d'enfance jusqu'à la fin de son adolescence. Les étés passés aux Granges dans les gorges du Tarn en compagnie de sa grand-mère, synonymes de liberté. Et surtout l'été de ses 17 ans où, avec Kas et Melchior, elle explore des sentiers inconnus et renoue avec son être profond. Une plongée dans l'évolution des chemins de désirs de Mina pour "montrer ce que c'est de grandir, naître et devenir femme, croire, explorer, aimer, se tromper, recommencer".

  • Depuis qu'elle l'a surpris en train d'enlever son t-shirt devant sa fenêtre, Stella fantasme sur son voisin d'en face. Installée aux premières loges, elle écrit des lettres enflammées à cet homme dont elle ignore tout et qui, c'est certain, ne la lira jamais. Alors elle s'en donne à coeur joie, s'inventant mille scenarii et livrant ses réflexions, drôles et pertinentes, sur les hommes, les femmes, le cinéma, le désir, le sexe et tout le reste... Maïa Brami nous offre un roman épistolaire délicieux qui aborde avec finesse et humour les questions de corps et de sexualité, pour un troisième ouvrage de la collection L'Ardeur.

  • Revoilà notre héroïne joyeuse empêtrée dans ses mensonges.
    Malgré sa peur de quitter ses parents, elle se retrouve en Angleterre dans une famille typique qui se met en quatre pour exécuter les voeux qu'elle a exprimés sur sa fiche avant de partir.
    Au programme, balades dans Londres et, surtout, camping en Écosse... Les Angliches ont de bons côtés, savez-vous, et de l'humour aussi.

  • Un singe magot blessé est trouvé dans la cour du collège et ramené au zoo pour y être soigné. Kiku, qui a le don de communication avec les animaux, se rend compte qu'il était utilisé par des bandits pour cambrioler dans les maisons, et qu'un petit est encore entre les mains des malfaiteurs. Ni une ni deux, les quatre amis, Kiku, Ashi, Lili-Rose et Romaric mènent l'enquête pour sauver le bébé singe et neutraliser le gang.

  • Robin des graffs

    Muriel Zürcher

    Sam, la nuit, tague sur les murs de Paris des couples d'animaux de l'arche de Noé. Le jour, il va chanter au cimetière du Père Lachaise en hommage aux SDF morts dans la rue. Pour gagner sa vie, il joue aux échecs avec la vieille Mme Decastel, intelligente, acariâtre et généreuse aussi. C'est au commissariat du quartier qu'il rencontre une petite fille fugueuse en mal d'affection. Bonny décide que Sam sera sa nouvelle famille et part avec lui. La police est sur les dents : capturer le taggueur adoré des réseaux sociaux et qui défie les forces de l'ordre, retrouver la petite fille et son kidnappeur.

  • Gaëlle est prête à tout pour que Matt redevienne un homme. Elle cherche de l'aide auprès des Naturalistes, mais côtoyer ce mouvement alternatif n'est pas sans risques... Ce deuxième volume déploie l'univers inquiétant du premier et prolonge la réflexion sur le genre, la bioéthique et la privatisation du vivant.

  • Dans ce troisième et dernier tome de la trilogie, Matt et Lou sont au centre de toutes les convoitises. Pourquoi les Porteurs intéressent-ils autant l'État, les Naturalistes et le mystérieux groupe Renaissance ? Ce qu'ils possèdent pourrait bien bouleverser à jamais l'avenir de l'humanité...

  • Huit nouvelles de science-fiction marquantes pour s'interroger sur la portée du progrès technique et scientifique. Des textes adaptés au cycle 4 du collège, « Progrès et rêves scientifiques » au programme des classes de 3e.

  • Comment un chat perdu peut-il changer une employée modèle et dévouée en salariée revendicatrice ? Quitter sa maison pour toujours, abandonner la campagne, les voisines et amies, pour un appartement en ville où il ne fait jamais noir.
    Où l'on n'a jamais peur ? Un vieux voisin très, trop, serviable et aussi vaguement inquiétant. Deux anges à roulettes qui donnent des ailes à celle qui les regarde. Et si la réalité n'était qu'une question de point de vue ? Marie-Sabine Roger fait toujours deux pas de côté pour nous offrir des angles inattendus.

  • Quand elle découvre cette plante qui lui permet de se transformer en garçon pour quelques heures, Kim devient addict et bascule dans un univers sombre et dangereux, à la recherche de sa véritable identité.

  • À l'école, Valentin aime contempler la lune. Mais dans ce monde-là, c'est un crime et le président de la République s'en mêle...

  • le mois dernier, on a fêté les cent ans de mme vivieux.
    c'est bien d'avoir un centenaire, pour une maison de retraite. le centenaire, ça donne toujours un petit coup de pouce à la liste d'attente. a peine on a fini de souffler les bougies, hop, trois ou quatre nouveaux inscrits. on a droit aux articles dans les journaux locaux, la petite gazette, et l'echo du pays. dans le quotidien régional, aussi. comme dit mme prunier, de l'accueil : le centenaire, c'est vendeur.


  • Le jour des poules

    Florence Thinard

    Savez-vous qu'une poule pond 120 oeufs par an ? Quelle économie d'en élever dans son jardin ! Maryse s'est emballée et a entraîné sa famille dans cette aventure écologique, plutôt de force que de gré. D'abord, il faut construire un poulailler avec des matériaux de récupération (un peu volés nuitamment sur un chantier). Ensuite, acheter les volatiles aux marchés aux volailles, les installer, les nourrir, attendre qu'elles pondent. Mais savez-vous les poules sont des animaux cruels, qui peuvent vous dévaster un jardin en un rien de temps ? Que de jolis poussins jaunes peuvent se transformer en coqs redoutables qui chantent pour le plus grand plaisir de tous les voisins ?
    Cette fable épingle joyeusement la naïveté des adultes nostalgiques d'une vie au plus près de la nature, sans rien y connaître.

  • Trille vit avec sa grande famille, dont son grand-père. La meilleure amie de Trille est Léna, mais elle vit juste avec sa mère. Un père lui manque tellement qu'elle déposera une petite annonce à l'épicerie pour en chercher un. Les deux enfants de neuf ans sont inséparables pourtant, quand le voeu de Léna de trouver un père (et accessoirement un mari pour sa mère) est exaucé, cela signifie la séparation des amis. Le chagrin est si grand que Léna s'en va sans avertir Trille qui plonge dans une tristesse inconsolable.
    Mais Léna revient, elle s'est enfuie, elle pourra rester jusqu'à la fin de l'année scolaire chez Trille...
    Portraits croisés d'enfants et d'adultes, évocation des relations intergénérationnelles fortes sans mièvrerie, de la vie à la campagne sans complaisance (mort des animaux domestiques), ce roman pour enfants jeunes est déjà un classique en Norvège et, à propos de la verve de l'auteur, on évoque Astrid Lindgren... ce qui est de bon augure !

  • Au lieu de monter dans le bus 66 qui devait l'amener au collège, Chloé a pris place à bord du bus 666. Une étourderie qui la conduit dans un monde fantastique peuplé de squelettes, sorcières et vampires... Un roman drôle et léger qui fait référence aux classiques du roman d'épouvante.

    Un matin, Chloé, mal réveillée, s'est trompée de bus (normal, elle est myope et avait fourré ses lunettes dans sa poche). Et plutôt que de prendre la direction du collège, elle s'est retrouvée en partance pour un monde étrange et fabuleux.
    Malheureusement, elle s'en rend compte un peu tard, au terminus : arrêt chez les sorcières ! Une série d'aventures commence alors, qui va entraîner la jeune héroïne au milieu des monstres les plus divers et variés. Heureusement, Zorgo, le charmant squelette au volant du bus 666 a promis de la raccompagner chez elle, une fois sa tournée terminée. Il la tire des griffes des vampires (qu'elle a accompagnés au bal !), de celles du diable (avec qui elle a signé un pacte), des mains des fantômes ou de celles des zombis...

  • D'un texte à l'autre, le sentiment amoureux est évoqué de façon variée, de la déclaration à la rupture en passant par l'affirmation de sa sexualité. Des nouvelles adaptées au cycle 4 du collège, « Dire l'amour » au programme des classes de 4e.

  • Ces images ne sont ni une pipe, ni un pot, ni un pape, ni même un pope, puisque tout ceci n'est qu'un livre !

  • Amoureuse

    Marie-Sophie Vermot

    Quand Léopoldine croise le regard de Jasper, ce jeune comédien prometteur, c'est instantané, elle en tombe folle amoureuse. Très vite, il devient le centre de son monde : elle le rejoint dès que possible pour l'aider à apprendre son texte ou l'accompagner aux répétitions pour le croquer dans son carnet à dessin. Avec elle nous sombrons dans son obsession, ses fantasmes, sa folie dévorante. Mais la réalité finit par la rattraper. À quoi se raccrocher quand tous vos rêves s'effondrent ?

empty