Ravet-anceau

  • C'est l'heure du grand départ en vacances pour Claire et sa fille Manon. Les deux Arrageoises s'envolent pour la Corse, au nord d'Ajaccio. Une belle occasion pour renouer leur lien. Depuis le divorce de ses parents, Manon en veut terriblement à sa mère. Lors d'une randonnée à la découverte des lacs de l'île de Beauté, une dispute éclate entre elles. L'adolescente s'enfuit dans la montagne et disparaît. Impossible pour Claire de la retrouver. Affolée, elle alerte les secours. Rapidement, un lien s'établit avec une affaire similaire. L'adolescente pourrait être la proie de celui qui, quelques semaines auparavant, a kidnappé une jeune Hollandaise sur les chemins du GR 20. Et l'a tuée. Obnubilée par ce qu'il pourrait arriver à sa fille, Claire est déterminée à la retrouver. Quitte à tout risquer.

  • Le champ d'honneur

    Denis Barbe

    Juillet 1914, la mobilisation pour la Grande Guerre approche. Henri abandonne Arras et sa famille pour combattre au front. Il n'en reviendra pas. Des années plus tard, lors de la Seconde Guerre mondiale, c'est au tour de son jeune frère Jean de quitter le foyer. Hanté par la mort de son aîné, il sert son pays en tant qu'officier. Et se rallie aux idées du maréchal Pétain. Alors que les rumeurs sur le sort réservé aux Juifs se multiplient, Jean refuse de voir la réalité. Malgré les alertes de sa secrétaire Mireille, une femme juive qu'il affectionne. La vérité se manifeste avec une extrême violence lorsqu'il intègre la 2e division blindée du général Leclerc.
    Alors que le centenaire de la Grande Guerre est célébré, Denis Barbe interroge dans ce roman la notion de patriotisme. Il aborde sans détour l'histoire des soldats et des militaires qui, lors des deux guerres mondiales, ont été prêts à tout donner au nom de leur patrie.

  • « Qu'avait-elle de mieux que les autres ?. » Nous sommes d'emblée projetés dans ce qui devrait être une histoire d'amour. Oui, mais dans un contexte effroyable, et il serait injuste de « réduire » le texte à une rencontre amoureuse. Il y a bien plus dans ce superbe roman de Bernard Leturcq, et dès le début, notre désir de connaître la suite ne nous lâche plus.. La suite est d'abord un point de vue original. L'occupation vue par l'occupant [...].
    Vous qui ouvrez ce roman, vous « vivrez » avec Hermann, Yvette et les autres, vous tremblerez avec eux, vous les aimerez et serez ému. Et la dernière page refermée, ils continueront de vivre, car c'est l'humain qui vous a parlé, le magnifique et pitoyable humain.
    Extrait de la préface d'Annie Degroote, présidente du jury Les Bleuets.

    Le destin d'Hermann est le lauréat du concours littéraire Les Bleuets récompensant un roman sur la Grande Guerre dans le nord de la France.

  • Ces derniers mois ont été difficiles pour Stéphanie Massart : elle a quitté la police après avoir perdu sa compagne. La plaie cicatrise mal. En quête de sérénité, elle s'éloigne de Lille, direction le Mont-Saint-Michel, pour une retraite spirituelle. Mais le calme de l'abbaye n'est rien face aux démons humains : bientôt, un moine est assassiné. À côté du cadavre, une clé USB dont Stéphanie s'empare. Son enquête est lancée. Conseillée par un frère de l'abbaye, elle part à Vaucelles, près de Cambrai, sur les traces du mystérieux Curtis Shejs, mort 500 ans auparavant. Elle ne se doute pas encore que de Vaucelles à Lille en passant par le Mont-Saint-Michel, un mercenaire diligenté par le Vatican s'est lancé à sa poursuite. Son destin est désormais soumis à une sombre prophétie...

  • En décembre 1202, une terrible épidémie frappe les provinces septentrionales du royaume de France. Le mal des ardents fait des ravages dans les campagnes où les paysans meurent par centaines dans d'atroces souffrances ; leur seul espoir réside en la Sainte-Chandelle de Desvres. Mais la relique a été volée et Eustache de Curs, sénéchal du comte de Boulogne, est envoyé à Arras pour demander l'aide du clergé local. Sur le chemin du retour, son convoi est attaqué par une peuplade inconnue venue d'Orient. Eustache et l'émissaire de l'évêque de Thérouanne sont relâchés après avoir entendu une étrange histoire, celle d'un livre magique détenu par un mystérieux homme à la tête de lion qui détiendrait le remède du mal des Ardents. Poussé par la curiosité et le désir de trouver cet ouvrage, Eustache part à la recherche de l'homme à la tête de lion.

  • Balthazar Weppes

    Claude Vasseur

    Détective privé raté et alcoolique, Balthazar Weppes vivote à Saint-Pol-sur-Ternoise, où il est la cible des railleries des gendarmes locaux. Quand une vieille fille vient lui demander d'enquêter sur la mort de son frère qui s'est noyé dans la rivière, il se rend vite compte qu'il pose des questions qui dérangent. Quelqu'un en voulait vraiment à la victime et n'a pas l'intention de le laisser découvrir la vérité. En plein été, sous un soleil de plomb, Saint-Pol se met à ressembler à une ville de western. Pour peu que les gendarmes s'en mêlent, commencent des journées difficiles pour le pauvre Balthazar...

  • Les étrangères

    Clabaut Jd

    Nathalie est polonaise et Faïza algérienne. Toutes deux sont filles de mineurs du Pas-de-Calais. Jusqu'à l'âge de dix ans, elles ont grandi ensemble, avant qu'une violence dispute entre leurs parents les sépare. Elles se retrouvent quinze ans plus tard. Faïza est devenue institutrice alors que Nathalie est l'une des premières filles à intégrer l'école des mines de Douai. Le temps n'a pas estompé les sentiments des deux amies d'enfance, qui décident de chercher l'origine de la brouille entre leurs familles. Le grand-père de Nathalie va leur retracer l'histoire de l'immigration polonaise des années 20, la Seconde Guerre mondiale, la lutte des mineurs, l'arrivée des Algériens après la libération et la guerre d'Algérie.

  • Complots de femmes

    Bernard Schaeffer

    « Léonie et Julie Dewitte sont arrivées à Roubaix en septembre 1898. On n'a jamais su d'où elles venaient. De Belgique, certes, mais personne ne connaissait leur village natal. Léonie devait avoir 18 ans et Julie 17 printemps. » Deux soeurs, Léonie et Julie, découvrent des activités peu conventionnelles agitant les nuits roubaisiennes. Serait-il possible que leurs patronnes Berthe et Adèle, d'honorables commerçantes, y soient mêlées ? Entre gaieté et gravité, les quatre femmes vont se lancer un défi : devenir maîtresses de leur destin. À travers ses héroïnes, Bernard Schaeffer met en lumière la véritable vie roubaisienne à la Belle Époque - une période de progrès s'achevant avec la Première Guerre mondiale. Aux côtés de ses personnages, on croise la figure de Buffalo Bill, le peintre Rémy Cogghe ou encore les maires emblématiques Henri Carrette et Eugène Motte. Autant de personnalités dont les parcours s'associent aux événements marquants de cette page d'Histoire : le Paris-Roubaix, l'Exposition internationale et les célèbres, mais non moins énigmatiques, corridas.

  • Morbecque, début août 1914. La Première Guerre mondiale se prépare. Fermier et sergent de réserve, Henri est appelé à combattre. Rapidement entraîné dans la débâcle, le soldat est constitué prisonnier. Il sera retenu en Allemagne jusqu'à la fin de la guerre. Dans ses effets personnels, le prisonnier flamand a emporté un carnet et un crayon. Ce seront ses plus fidèles compagnons. Lors de cet exil forcé, la correspondance devient son seul salut. Un échange, parfois prosaïque, toujours touchant s'établit avec sa femme, Gabrielle. À travers l'écriture, ils partagent leur peine, leur amour. Et l'espoir de se revoir. Un roman qui s'appuie sur la véritable correspondance d'Henri et de Gabrielle.

  • La bagnarde

    Bernard Schaeffer

    À la fin du XIXe siècle, Louise Copman, une jeune ouvrière roubaisienne, est injustement reconnue coupable de vol. Elle sera condamnée au bagne, victime de la loi scélérate de Relégation. Arrivée à Cayenne, elle subira le sort éprouvant de tous les prisonniers, avec son quotidien d'humiliations. Miraculeusement de retour à Roubaix, soutenue par un admirateur, Paul Lemage, elle partira à la recherche de ses bourreaux pour venger son honneur et, enfin, vivre le grand amour de sa vie.

  • Émilien Caron enseigne en classe de maternelle. Il porte une attention et une affection particulières à la petite Océane. Sentiment ambigu. Voire inconvenant ? La fillette accuse l'instituteur d'attouchement. Lors de son procès, les témoignages de ses proches et de ses collègues se transforment en accusations : pédophilie, adultère... Émilien lui-même n'arrive plus à démêler le vrai du faux. La sentence tombe : neuf ans d'incarcération à Loos. À sa sortie de prison, impossible pour l'ancien instit de retrouver une place dans la société. Il devient sans-abri. Jusqu'au jour où Guy, un journaliste, vient à sa rencontre...
    À travers les récits superposés d'Émilien et de Guy se déploie un drame contemporain. Celui de la descente aux enfers brutale d'un homme incapable de savoir lui-même s'il est innocent ou coupable.

  • Sous le soleil du mois de juillet, Arras célèbre les géants. Récemment exhumé et vieux de cinq siècles, Cristobal attire tous les regards. Et éveille les convoitises. Sans crier gare, un voleur encagoulé ravit avec une dextérité surprenante la clé suspendue au cou du géant. Un drame pour l'archéologue Sophie Vandenberg qui assiste impuissante à la scène. Dans le même temps, une violente tempête s'abat sur la Côte d'Opale, révélant les vestiges d'une crypte jamais découverte. Alors que la jeune femme, dépêchée sur les lieux, donne une conférence, la mer rejette sur la plage un masque à l'apparence repoussante. Une nouvelle fois, un voleur s'empare de l'objet. Témoin de ce spectacle, l'Anglais George Alistair prend des clichés du vol. Étonnamment, Sophie le supplie de les détruire et lui révèle le secret de sa famille, mêlé à l'histoire légendaire des géants. Le photographe et la jeune femme se lancent alors dans une aventure qui les mènera des bunkers de Wissant aux monts de Flandre.

  • « Que la musique semblait loin. La seule mélodie ici, c'était le bruit des crapouillots, le sifflement des obus, celui des explosions qui duraient des heures, le claquement des fusils ou le staccato des mitrailleuses. » La Grande Guerre a mobilisé Raphaël Verstraete sur le front. Fait prisonnier, envoyé en Russie, blessé à la main, le jeune Roubaisien poursuit pourtant sa passion : la musique. Découverte lorsqu'il avait 10 ans devant une représentation des Noces de Figaro, elle ne le quitte pas. À chaque instant, les notes accompagnent le violoniste. Et composent la partition de sa vie.
    Dans son roman, Bernard Thilie rend hommage à l'histoire de sa région natale mais aussi à la musique. Tandis que la Grande Guerre bouleverse le contexte géopolitique international, le monde musical subit une profonde mutation. De nouvelles formes naissent, Le Sacre du printemps de Stravinsky déchaîne la critique. Sur scène, au coeur des combats ou à l'arrière du front, la musique est omniprésente. Et jamais elle ne laisse indifférent.

  • De passage à Wimereux pour hériter d'un oncle récemment décédé, un libraire américain s'intéresse aux antiquités laissées par son parent. Il découvre un film muet tourné entre les deux guerres. Ses aïeux y apparaissent ainsi qu'une jeune fille d'une rare beauté. Littéralement subjugué par le regard opale de l'inconnue, l'Américain forme alors un projet insensé : retourner à Wimereux en 1925 pour la retrouver. Le roman de Jack Finney, Le Voyage de Simon Morley, sera son guide dans cette entreprise extraordinaire. Bienvenue dans les Années folles.

  • Photographe cynique et arrogant, Rainer Cloos vit en dilletante, jusqu'au jour où un ancien amour de jeunesse lui demande un service : espionner un certain Fabrice Silure, conseiller municipal de Bondues, dans la banlieue chic de Lille. Un soir, alors qu'il est planqué en face de la maison de Silure, il est l'unique témoin du meutre de ce dernier. Condamné au silence, Cloos comprend qu'il est victime d'une machination. Quel rôle veut-on lui faire jouer ? Qui tire les ficelles ? Il décide de mener sa propre enquête dans les coulisses du monde politique et maçonnique nordiste. Véritable rédemption, cette quête de la vérité va changer sa vie.

  • Olivier Béjot est obnubilé par un tueur en série qui a été surnommé "l'écorcheur" par les journalistes. Les victimes sont des hommes âgés d'un trentaine d'années qui ont été retrouvés nus le long de la frontière belge après avoir été atrocement mutilés et émasculés. Aucune trace du tueur, aucune idée du lieu où ont été commis les crimes et aucun indice ne permet à la police de progresser dans son enquête.
    Franck Valmont est la quatrième victime. Trente ans, bonne situation, habitant sur Lille, et aucun lien avec les autres cas répertoriés. L'inspecteur Béjot décide de faire appel à son ancien coéquipier parisien, Nicolas Dantès, dépressif depuis le meurtre de sa petite amie. A eux deux, ils vont tendre un piège risqué pour tenter de démasquer l'assassin.

  • Gabriel Mornet mène une existence triste et insipide. Son couple traverse une période de doute, sa femme s'éloigne de plus en plus et son fils l'évite. Et aujourd'hui, sa femme lui a laissé un mot précisant qu'elle dormirait chez sa mère. Depuis qu'on a diagnostiqué un cancer à cette dernière, ses cinq filles se relaient régulièrement à son chevet. Pour Gaby, c'est le moment, celui de confondre sa femme et son amant car, depuis plusieurs semaines, il reçoit des courriers anonymes lui stipulant que sa femme le trompe.
    Au début, il n'y a pas cru, il a pensé à une mauvaise blague. Mais les lettres se sont enchaînées, avec de plus en plus de détails. Et un jour, il a suivi sa femme et a pu constater la vérité de ses propres yeux. La solution lui est alors apparue, radicale et obsessionnelle : tuer sa femme et son amant.

  • Venu effectuer un remplacement au lycée de Berck, Alban Fa enquête sur la mort suspecte d'un de ses amis d'enfance devenu conseiller municipal. S'est-il vraiment suicidé ou s'est-on débarrassé de lui ? Qu'avait-il découvert ?

  • Le 21 décembre, Denis Gilquin, avocat et député du Nord, est enlevé alors qu'il rentre d'un voyage d'affaires. Le lendemain, Maitre Decaux, huissier et Claude Lelièvre, une femme médecin, sont enlevés quasiment en même temps par un dénommé Milos. Les ravisseurs demandent à l'Etat une somme exorbitante et pour appuyer leur demande, ils ont caché des bombes un peu partout dans le centre de Lille. La première explose quelques heures plus tard, tuant un SDF, bientôt suivie d'une autre qui tue une jeune femme. Et ils n'en ont pas encore fini puisqu'ils menacent de faire exploser la Grande Roue en pleine période de fêtes.

  • Risquons-Tout

    Yves Baudrin

    Teo Troublet est inspecteur de police à Tourcoing. Lorsqu'il reçoit un coup de téléphone inquiétant, ce n'est pas pour lui proposer une nouvelle enquête mais pour l'avertir que son frère a été hospitalisé suite à un AVC. Le lendemain, il découvre qu'un ami de ce dernier a été assassiné mais il ne peut se résoudre à lui annoncer. Ce qu'il prenait pour un banal règlement de comptes entre petits trafiquants du quartier du Risquons-Tout va révéler une affaire plus complexe à laquelle est mêlée la pègre internationale. Teo découvre un vieux secret de famille qui éclaire d'un jour nouveau le souvenir de son père décédé.

  • Mort sur la Lys

    Léo Lapointe

    Sortie en bateau et pique-nique sur les bords de la Lys. Rien de mirobolant mais l'expérience est assez exceptionnelle pour inquiéter les employés de la teinturerie Desprairie. Le Vieux Jules, PDG de l'entreprise, a décidé de profiter de cette journée pour annoncer à ses ouvriers que l'usine qui a fait travailler leurs parents et leurs grand-parents va être délocalisée en Inde. Arnaud Desprairie, le jeune neveu du patron, souhaitait modifier la politique de l'usine, comme son père avant lui mais son oncle et ses deux fils ne l'entendent pas de cette oreille. Alors quand le corps du jeune homme est retrouvé dans une autoclave, les soupçons se portent d'abord sur la famille.

  • L'anneau de la Myère

    Macquet Jc

    Alors que maître Bernard, le mayeur d'Etaples, rentre tard chez lui après une visite à la bibliothèque de l'abbaye, il découvre que sa famille et ses serviteurs ont été assassinés et il ne tarde pas à connaître le même sort.
    Le lendemain, la nouvelle inquiète plus que jamais les villageois car en l'espace d'un mois, on a déjà retrouvé sept autres victimes à moitié dévorées dans la région. Pour les habitants, c'est le diable qui est à l'oeuvre. Le comte de Boulogne décide alors de faire appel à Eustache Busket, un moine défroqué, ancien croisé, sur qui circule les pires rumeurs mais qui pourrait bien se révéler le seul capable de lutter contre les forces du mal à l'oeuvre sur la rive nord du fleuve Canche.

empty