Nouveau Monde

  • Trois enquêtes criminelles de l'inspecteur Berflaut Une nuit en haut de la butte Montmartre, un fiacre se débarrasse du cadavre d'une fillette avant de disparaître dans la nuit...
    Horreur à l'entrée du Moulin-Rouge : une femme en tenue de cancan a été attachée et écartelée aux grandes ailes...
    À la foire de Neuilly, on projette pour la première fois Le Voyage dans la Lune de Georges Méliès... mais la fête tourne au drame avec un meurtre qui parodie la célèbre affiche du film...
    Dans la grande tradition du polar historique, ce recueil réunit la trilogie à succès de Renée Bonneau : Sanguine sur la Butte, Danse macabre au Moulin Rouge et Meurtre au cinéma forain. Les mystères de la Belle Époque sont ici restitués avec précision, de même que son atmosphère. Les récits font revivre des personnages célèbres tels que la Goulue, Toulouse-Lautrec, Yvette Guibert, Méliès et bien d'autres.
    Après un roman construit et traité à la manière d' Agatha Christie (Nature morte à Giverny, Nouveau Monde éditions), Renée Bonneau quitte l'univers élégant et feutré de la romancière pour des milieux plus sombres et des crimes plus violents.
    L'auteur jette un regard sans complaisance sur la société française de la Belle Époque qui voit s'affronter les passions les plus inavouables.

  • Le prince de la coke

    Gérard Faure

    La suite du Dealer du Tout-Paris. Moins politique, plus people. Du swinging London aux élites parisiennes, Gérard Fauré continue de balancer !

  • Dealer du tout Paris

    Gérard Faure

    Dernier survivant des grands voyous qui ont tenu le haut du pavé dans les années 1970-1980, Gérard Fauré a décidé de parler. Le film de sa vie dépasse toutes les fictions. Né au Maroc d'un père officier français et d'une mère berbère, il s'initie au trafic sur le port de Tanger et devient contrebandier. En Espagne, il s'associe avec des anciens de l'OAS pour commettre hold-up et trafic de drogue. Il côtoie la French Connection et développe une organisation criminelle aux Pays-Bas avec le parrain marseillais Gaëtan Zampa.
    A Paris il devient dans les années 1980 le "prince de la cocaïne", fournisseur préféré du show-biz, qu'il reçoit dans un hôtel particulier pour des fêtes nocturnes très privées. Sa chute en 1986 provoque bien des angoisses et tractations en coulisses dans le Bottin mondain. Actrices vedettes, mannequins, princesses, animateurs télé, stars d'Hollywood : Gérard Fauré porte avec le recul un regard cruel sur les vices des stars dont il fut le fournisseur privilégié et le compagnon des nuits parisiennes et cannoises.
    Il évoque également les politiques de haut niveau qui furent ses clients, tout en réclamant publiquement que l'on durcisse la lutte contre la drogue. Il avoue enfin les liens troubles du Milieu avec le SAC (Service d'Action civique) de l'époque Pasqua et les "contrats" d'assassinats réalisés sur commande pour des objectifs politiques.
    Un témoignage unique et détonant !

  • Ecrits de sa main et terminés quelques semaines avant sa mort, les Mémoires de Douglas MacArthur couvrent un demi-siècle d'histoire au cours duquel il brilla par son génie du commandement et ses dons de stratège. Devenu après la Première Guerre mondiale le plus jeune membre de l'état-major général, il engagea une lutte acharnée pour le maintien d'une force armée aux Etats-Unis, provoquant l'inimitié des isolationnistes et des pacifistes qui voulaient croire que l'Amérique n'avait rien à craindre.
    Après Pearl Harbor et l'invasion des Philippines, il organisa et livra à l'ennemi une action de guérilla qui contribua à retarder les conquêtes japonaises et à permettre aux Etats-Unis de se ressaisir. Nommé Chef Suprême des Opérations dans le Pacifique Sud-Ouest, MacArthur réduisit peu à peu les conquêtes japonaises en reprenant l'offensive avec des moyens réduits. Il reconquit la Nouvelle-Guinée et les Philippines, et reçut la reddition de l'Empire japonais.
    Cet ouvrage nous livre le récit de cette campagne, ponctué de réflexions sur Roosevelt, Churchill, Staline, ainsi que sur les amiraux Nimitz, Halsey et d'autres personnalités de premier plan. MacArthur y exprime son opinion sur l'action communiste dans le monde et ne cache pas son désaccord avec le général Marshall quant à la politique suivie vis-à-vis de la Chine populaire, au moment de la guerre de Corée.
    Ses Mémoires constituent ainsi l'un des témoignages les plus précieux sur la Seconde Guerre mondiale et la politique militaire des Etats-Unis au xxe siècle. Douglas MacArthur (1880-1964) est un général américain et field marshal philippin.

  • Guy Bedos est réputé pour ses phrases cinglantes, ses piques redoutables. Sur scène, à l'écran, dans ses écrits ou lors de ses interviews, il a toujours refusé la langue de bois, tirant sur tout ce qui le dérangeait, avec discer- nement et efficacité.
    300 de ses réparties parmi les plus féroces et les plus pertinentes sont réunies et analysées dans la tradition de la collection « Le Petit... illustré par l'exemple ».
    Pour mieux les comprendre et, donc, pour mieux les apprécier. Du Bedos tel qu'en lui-même :
    Brillant et cinglant.

  • Après Le Petit Audiard illustré par l'exemple (2011, 19 000 ventes), Le Petit Gabin illustré par l'exemple (2012) et Le Petit Jame Bond illustré par l'exemple (2015), voici Le Petit Jean Yanne illustré par l'exemple.
    Jean Yanne était, et reste, l'un de nos plus grands humoristes.
    Pourchassant la connerie avec une volonté sans faille, stigmati- sant les comportements stupides avec une prédilection pour les institutions, les pouvoirs publics, les hommes et femmes poli- tiques, celui qui ne faisait aucun cadeau et était capable des plus grands délires se fit souvent « remercier » par les chaînes de radio et télévision.
    À travers les meilleures répliques de ses films, des extraits d'in- terviews toujours grinçantes et ses interventions radiophoniques (notamment auprès de Pierre Dac), on retrouve ici le langage fleuri de Jean Yanne, ses réparties cinglantes et son verbe pour- fendeur.
    300 citations et vannes du comique sont réunies, suivies d'un éclairage de Philippe Durant. Dans la tradition du Petit Audiard illustré par l'exemple, chaque formule est étudiée à la loupe et disséquée avec humour. Une excellente façon de mieux connaître la personnalité, le style Yanne et la richesse de son vocabulaire.
    *** « Je ne sais pas si vous êtes un vrai catho, mais vous êtes un vrai con. » Jean Yanne, Êtes-vous fiancée à un marin grec ou à un pilote de ligne ?
    « S'il faut tenir du compte de l'opinion du peuple pour gouver- ner maintenant... en dehors du peuple, tous les hommes sont contents ? » Michel Serrault, Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ « Vous savez que je suis très malade... Non seulement je suis malade mais c'est une maladie très grave :
    Je suis allergique à la hiérarchie. » Jean Yanne, Êtes-vous fiancée à un marin grec ou à un pilote de ligne ?

  • Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon (1675-1755), est célèbre pour ses Mémoires décrivant la vie à la Cour de Louis XIV. Écrivain talentueux, il fut à la fois un courtisan assidu et un opposant invétéré qui sut dévoiler les travers des intriguants et dénoncer les bassesses du pouvoir.
    Conservateur et réformateur, acteur et témoin d'une époque controversée, cet observateur authentique regarda toujours ses contemporains d'un oeil aigü, avec justesse et non sans humour.
    L'homme qui s'inclinait devant le Roi et les Princes savait aussi parler la voix de la raison.
    Georges Poisson nous révèle le vrai visage de cet homme aux multiples facettes. Seigneur éclairé, soldat, diplomate, mais aussi mari aimant et ami fidèle, il fut avant tout un historien passionné. Un historien des petits faits, plus que des grandes actions, qui léguera à la postérité des écrits justes et distrayants sur la haute société de son temps.

  • Il n'est pas donné à tout le monde d'accompagner Alexandre Dumas sur les barricades de juillet 1830, de suivre la naissance de La Comédie humaine ainsi que Balzac et ses personnages dans le Paris pré- haussmannien ou de pénétrer avec Chateaubriand dans le salon de Mme Récamier. Cet ouvrage propose aussi de suivre les pas de Zola et Proust défendant Dreyfus, sur les traces des poètes de la butte Montmartre au début du siècle, puis des écrivains américains venus après-guerre chercher la liberté et la gloire.
    Cet ouvrage original et unique redonne vie à des au- teurs en se rendant dans les demeures, les quartiers, les cafés, etc., qu'ils ont fréquentés et où ils ont fait vivre leurs héros. Se déroulent alors sous nos yeux l'histoire littéraire et la grande Histoire, que l'on igno- rait et qui, bien sûr, éclaire notre présent.
    À mi-chemin entre guide pratique et livre d'histoire(s), ce livre offre de (redécouvrir) le Paris des écrivains à travers cinquante « balades » qui mêlent l'anecdo- tique à des récits solidement documentés.

  • Trente  ans  après  sa  disparition,  les  injures  de  Michel  Colucci  («  Enfoiré  !  »),  ses  expressions  («  Circulez  y'a  rien  à voir  !  »),  ses  calembours  approximatifs  («  Analphabète  comme  ses  pieds  »)  ou  fautes  volontaires  («  toute gaite  »),  ses  meilleures  répliques  aussi  («  Monsieur  Connard  !  »)  continuent  de  résonner.  «  Comme  disait Coluche  »  est  d'ailleurs  une  formule  employée  quotidiennement  à  la  télévision,  à  la  radio,  dans  la  presse,  au bistrot  ou  au  boulot,  sur  Internet,  pour  tout  et  n'importe  quoi  !   Car  le  parler  Coluche  est  bel  et  bien  vivant.  Nourrie  au  parigot  et  aux  slogans  publicitaires,  aux  discussions  de bar  et  à  l'humour  absurde  d'un  Francis  Blanche  ou  d'un  Romain  Bouteille,  aux  provocations  d'un  Jean  Yanne  et à  la  poésie  d'un  Prévert,  cette  langue  possède  sa  propre  musique,  sa  grammaire  et  ses  signes.   Perles  d'interviews,  répliques  cultes  ou  oubliées,  formules  célèbres  inventées  ou  empruntées  à  d'autres,  jeux de  mots  approximatifs  ou  encore  termes  indispensables  du  coluchisme,  l'ouvrage  décrypte  200  mots  et expressions  de  l'humoriste  à  travers  plus  de  300  citations  dont  de  nombreuses  inédites.   De  Abeilles  à  Zone  en  passant  par  Andouille,  Balèze,  Beauf,  Chomiste,  Décapsuleur,  Miquettes  ou  encore «  C'est  nouveau,  ça  vient  de  sortir  !  »,  «  Faire  avancer  le  schmilblick  »,  «  Je  vous  l'donne  Émile  »  et  des  dizaines d'autres,  retrouvez  le  verbe  acéré  et  la  verve  étourdissante  de  Coluche.  Et,  pour  la  première  fois,  découvrez   l'origine,  le  sens  particulier  et  l'influence  aujourd'hui  de  ce  langage.

  • L'amante du pharaon

    Naguib Mahfouz

    Le jeune pharaon, Mérenrê II, s'éprend de Rhodopis, courtisane à la beauté sans égale qui règne sur l'île de Bigeh où elle reçoit quotidiennement dans son palais blanc ses nombreux soupirants.
    La belle, jusque-là demeurée insensible, tombe profondément amoureuse elle aussi. Or, cette passion dévorante détourne le roi de ses devoirs et choque les grands prêtres déjàoffusqués par la volonté du pharaon de confisquer les biens du clergé. La tension monte jusqu'à atteindre son paroxysme lors de la réunion des gouverneurs et des prêtres pendant la fête du Nil, et les personnages se trouvent pris au piège entre devoir et passion, jalousie et fidélité, grandeur d'âme et soumission...

  • On croyait (vraiment) tout connaître des bons mots de Michael Audiard dans ses films. Quelle ne fut pas notre surprise d'entendre son fils Bruno M lâcher négligemment:
    « Ah mais des vacheries et des formules de mon père dans la vie de tous les jours, j'en ai plein mes carnets si ça vous intéresse... » On demandait à voir... et on n'est pas déçus !
    B... comme BONS MOTS « Les bons mots courent les rues. Il n'y a qu'à s'installer sur les coups de onze heures dans un bistrot de la Mouffe et coller ces bouts de dialogues dans mes films. » C... comme CON Un jour, Michel tend un billet à un clochard passablement aviné.
    Une passante d'un certain âge et d'une certaine condition so- ciale s'en offusque :
    - Comment osez-vous ? Vous savez bien qu'il va dépenser tout son argent en alcool !
    - Mais, madame, s'il boit, c'est pour oublier les connes dans votre genre.
    I... comme IMBECILE « Un imbécile content de soi m'enchante. Je peux l'écouter dis- courir pendant des heures, surtout s'il est dans l'immobilier. Le promoteur heureux qui a gagné très vite beaucoup d'argent me fascine. » I... comme INFORMATION « De l'information au ragot, il n'y a qu'un pas à franchir... Le même qui sépare le sous-entendu du chantage. » T... comme TEMOIGNAGE « Il y en a qui veulent qu'on travaille pour la postérité et qui dé- clarent qu'on juge les films au bout de vingt ans. D'après eux, il faudra qu'on puisse y découvrir un témoignage. Eh bien des témoignages sur notre époque on en trouvera dans mes films :
    J'ai toujours eu soin d'y mettre quelques imbéciles. »

  • Le "problème nord-africain" : c'est ainsi que la police a pris pour habitude de qualifier après-guerre la question des Algériens installés en région parisienne.
    Théoriquement égaux en droit avec les autres citoyens français, ils étaient cantonnés à certains emplois et quartiers, en butte à une forte emprise policière et objets de nombreux fantasmes touchant à leurs pratiques sexuelles ou délinquantes. De 1925 à 1945, les Algériens ont été "suivis" par une équipe spécialisée, la Brigade nord-africaine de la préfecture de police. Celle-ci dissoute, les "indigènes" devenus "Français musulmans d'Algérie" sont désormais l'affaire de tous les personnels de police.
    Au début des années 1950, l'émeute algérienne devient un sujet de préoccupation majeur, exacerbé par la répression féroce de la manifestation du 14 juillet 1953, place de la Nation. Une nouvelle police spécialisée est alors reconstituée avec la Brigade des agressions et violences. Ses objectifs : pénétrer les "milieux nord-africains" et ficher les Algériens. Entre 1958 et 1962, dans le contexte de la guerre ouverte en Algérie, le répertoire policier se radicalise : il faut désormais "éliminer les indésirables".
    Rafles, camps d'internement et retours forcés se multiplient. Les brutalités policières deviennent fréquentes, jusqu'à la torture. Le préfet de police Maurice Papon reçoit un "chèque en blanc" pour combattre le FLN. Les massacres d'octobre 1961 incarnent le moment le plus tragique de cette période noire. Les mécanismes en sont éclairés par une étude historique rigoureuse fondée sur des archives et des témoignages inédits.

  • En 2002, à 19 ans, Azad a été enrôlé dans l'armée iranienne où on l'a obligé à se battre contre son propre peuple, les Kurdes. Il a déserté pour fuir au Royaume-Uni, où il a obte- nu la nationalité britannique. Plus de dix ans plus tard, de retour au Moyen-Orient, Azad a repris les armes, mais cette fois pour se battre aux côtés des siens.
    C'est ainsi qu'en 2014, après 24 jours d'entraînement comme tireur d'élite, Azad est devenu l'un des 17 snipers volontaires déployés par l'armée kurde lorsque Daech s'est emparé de la ville de Kobané, dans le Rojava, la nouvelle région autonome des Kurdes. Largement en sous-nombre, les Kurdes ne pouvaient gagner qu'en éliminant les jiha- distes un par un. Azad en a abattu plus d'une centaine : il est devenu leur bête noire.
    Dans Sniper, il raconte ses neuf mois de batailles san- glantes mais victorieuses contre Daech. Et le prix à payer pour vaincre les islamistes : les conséquences physiques et psychologiques de la guerre, la mort de ses amis les plus proches, les centaines de volontaires tombés au com- bat. Des sacrifices qui ont permis de sauver non seulement une ville, mais aussi tout un peuple et ses terres. Quand Kobané a été libérée, Daech ne s'en est jamais complète- ment remis.
    Tour à tour bouleversant et impressionnant, toujours capti- vant, Sniper raconte comment quelques milliers d'hommes et de femmes ont réussi l'impossible en concrétisant leur rêve de liberté.

  • En 1967, Jean-Paul Sartre accorde un entretien exclusif à la télévision canadienne, resté jusqu'ici inédit en vidéo et jamais diffusé en France. Avec une liberté de ton étonnante et un grand sens de la pédagogie, il s'explique sur ses engagaments et leur apparente contradiction avec son travail d'écrivain et de philosophe. Ses propos sur la guerre du Vietnam et "l'arrogance militaire américaine" font curieusement écho aux débats actuels. Sartre donne quelques clés sur son travail d'écriture littéraire de Flaubert, l'idiot de la famille et des mots, ainsi que sur sa philosophie de l'existencialisme. Il manifeste une grande lucidité quant au rôle social que ses amis politiques lui font jouer, qui ne lui correspond pas tout entier.Cet entretien est remarquable de clarté et de vivacité. Il permet de comprendre la fascinationexercée par le philosophe sur ses contemporains tout en offrant une excellente introduction à son oeuvre.Entretien à la télévision Radio Canada (15 août 1967)Un film de Madeleine Gobeil-Noël et Claude LanzmannFormat Pal/Secam


  • dans la france rurale et propriétaire de 1905, il fallait beaucoup de qualités à un cambrioleur pour s'imposer comme héros récurrent, impuni.
    et néanmoins sympathique ! homme de défis et de paradoxes, d'ombre et de lumière, tour à tour voleur, enquêteur mais aussi justicier, parfois cocardier et de toute façon toujours sourcilleux sur son honneur, arsène lupin offre mieux encore que des qualités de coeur : il détient un charme aussi léger qu'irrésistible. et surtout, il permet à ses victimes comme à ses lecteurs d'échapper à l'ennui, en leur ouvrant les portes de l'aventure.


  • Acteur mythique, Jean Gabin est peut-être la plus grande star du cinéma hexagonal. Cet ouvrage tente de retracer ce qu'a été, des années 1930 à nos jours, sa place dans la culture cinématographique des Français. La première partie offre une rétrospective minutieuse de sa carrière, à l'aide de documents et témoignages de première main. Deux figures jalonnent ce parcours : celle du jeune homme révolté de l'époque du Front populaire, héros du réalisme poétique défendu par Carné, Renoir... et celle du sexagénaire bougonnant des années 1960, héros conservateur de l'ère gaullienne finissante.La seconde partie décrypte le mythe Gabin sous trois aspects-clés de l'acteur : la star fidèle au personnage qu'elle s'est fabriqué ; le Français capable d'incarner tout un pays dans la diversité de ses contradiction et un certain modèle de masculinité. Cette diversité de points de vue permet de comprendre comment, à des époques et dans des circonstances très différentes, Gabin a su fédérer, incarner et fasciner les Français.

  • Le 12 décembre 1969, l'explosion d'une bombe sur la piazza Fontana de Milan tue 17 personnes et en blesse 88. L'onde de choc traverse l'Italie tout entière. Dans un climat social électrique, cet attentat inaugure les "années de plomb", marquées par un activisme politique aveugle. La Péninsule connaîtra entre 1969 et 1980 plus de 4000 actes terroristes. Alors que cette violence meurtrière est très majoritairement le fait de l'extrême droite, les premières enquêtes policières s'orientent vers les mouvements anarchistes.
    Mais des magistrats parviennent à identifier les vrais coupables : un groupe de néo-fascistes italiens manoeuvrés par la C.I.A. et les organisations clandestines de l'O.T.A.N., obsédées par la montée du communisme. Dans cette approche rigoureuse et documentée, Frédéric Laurent analyse les mécanismes et le pouvoir occulte de ces réseaux, nés au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Leurs membres ont pour projet d'abattre la démocratie italienne et d'instaurer un gouvernement militaire inspiré de la dictature des colonels en Grèce.
    Pour plonger leur pays dans le chaos, ils profitent du savoir-faire d'anciens officiers français de l'O.A.S., spécialistes de la "guerre psychologique" et de l'infiltration dans les groupes gauchistes.

  • Enfin il règne ! Philippe d'Orléans, tenu en lisière par son oncle Louis XIV et par Mme de Maintenon, prend sa revanche en septembre 1715, à la mort du Roi-Soleil. Épaulé par son ami Saint-Simon et conseillé par un homme aussi habile que dénué de scrupules (le futur cardinal Dubois), il fait casser le testament royal et, à l'issue d'un véritable coup d'État pacifique, il triomphe de ses ennemis et devient Régent de France.
    Commence avec lui une période où chacun essaie d'oublier la férule imposée par la Maintenon. Et si la Régence est marquée par de nombreux excès, elle inaugure une liberté inédite qui conduira aux Lumières. En ce sens, Philippe est un novateur et ses nombreux signes de sagesse portent le sceau d'un grand homme d'État attaché à préserver la paix en Europe.
    Usé par la vie intempérante qu'il a menée, ce cynique, qui n'a pourtant jamais oublié son premier amour, n'a que peu d'années devant lui pour préserver la vie du petit Louis XV et le conduire aux marches du trône.

  • Fondée en 1871 par François Polo et Georges Decaux, la Librairie Tallandier est une des figures de proue de l'édition populaire.
    D'abord connue sous le nom des "Bureaux de l'Eclipse", puis de "la Librairie Illustrée", elle ne prend le nom de Tallandier qu'en 1901 et se caractérise par son extrême longévité, malgré les crises et les rachats. Successivement militante et républicaine, spécialisée dans la littérature populaire, puis dans la littérature sentimentale, et finalement dédiée à l'Histoire, elle se transforme au fil du temps et en fonction de la personnalité de ses dirigeants tout en demeurant orientée vers le grand public.
    Les auteurs dressent ici le portrait fouillé et nuancé d'une maison représentative des mutations de l'édition au XIXe et au XXe siècle. Ils analysent la construction et l'évolution de l'identité de la Librairie Tallandier, s'adaptant à chaque époque au contexte mouvant de l'édition populaire. A l'origine du "Livre de poche" (en 1915) et pionnière dans la publication de bandes dessinées (avec Benjamin Rabier), Tallandier est aussi reconnue pour des collections comme "Le Livre National" (bleu et rouge) et ses romans d'aventures ou sentimentaux.
    Louis Boussenard, Michel Zévaco, Delly et Magali ont été quelques-uns de ses auteurs vedettes avant que les historiens ne prennent le relais.

  • L'enfant des livres

    François Foll

    Paris 1570.
    Le royaume de france est en pleine confusion, secoué par une interminable guerre de religion. martin dubé, onze ans, orphelin, supporte bravement une existence de labeur. un soir, sa route croise celle d'isabelle, fille d'un maître imprimeur protestant. martin est subjugué par cet ange blond. hélas, il sera le témoin du martyre de sa famille lors de la saint- barthélémy. marqué par cette expérience, il rencontre raymond puységur, un colporteur qui répand secrètement le dogme réformiste.
    Le huguenot, personnage haut en couleur et humaniste accompli, fait de l'adolescent son apprenti, lui enseignant la médecine, le latin, le grec, la théologie, mais aussi les arts de la guerre. ensemble, ils entament un long voyage sur les routes de france, rythmé par moult épreuves, combats, rencontres et retrouvailles qui marqueront le destin tourmenté de martin dubé, l'enfant des livres. roman de formation, roman de cape et d'épée ou roman d'aventures, cette fresque truculente qui s'inscrit dans la lignée des récits d'alexandre dumas est aussi un réel hommage au pouvoir des livres.
    Tous les personnages historiques, y compris les personnages secondaires tels que les ouvriers imprimeurs de paris, les professeurs d'université, les petites gens " réfugiés à genève, ont existé et réellement vécu les événements décrits dans cette histoire.

  • Autobiographie d'un agent secret du Mossad qui infiltra la haute société égyptienne et dont les informations ont pesé lourd dans la balance du premier conflit entre Israël et ses voisins en 1967.

  • Paris, mars 1855. Victor Grumel, commissaire au service de surveillance des chemins de fer, est chargé de retrouver Alfred Deveux, un bagnard en fuite. Au même moment, à la Sainte-Chapelle, alors qu'une visite de l'Empereur est programmée, le peintre italien Eugenio Scassini a peur de ne pas terminer à temps les travaux de rénovation des verrières.

empty