Nitchevo Factory

  • Au début il y avait eu, nous dit-on, la lueur d'yeux anciens entre les feuilles, la trace d'un wakizashi, et la longue marche d'un rônin pourchassé par l'hiver. Puis le fil droit, génération après génération, de bushis, de poètes, de forgerons de sabres et de céramistes, de duellistes toujours : les Izôkage, la lignée des 'enfants de Seppen', âmes doubles éternellement traquées par une antique vindicte. Il faut suivre le conte des Seppenko depuis le début, étranger, pour comprendre. Pour démêler le faisceau d'énigmes qui constitue cette fresque de sang et de flocons, d'hier à aujourd'hui, de Kyoto à Frontier.
    Derrière les contes d'encres et de neige, derrière la pluie du Grid, derrière ces âmes morcelées qui toujours se retrouvent ; strate après strate, comme les plis d'un éventail... ce n'est pas sans raison que nous sommes les racines et le bouclier de notre pays. Et avant le 'pourquoi', voici le 'comment' : ma famille sait tout du prix à payer pour être, et demeurer, extraordinaire.


    Au carrefour de la Fantasy mythique, de la Fantasy urbaine, et du Cyberpunk, Léa Silhol rassemble les tableaux épars de sa saga japonaise (1999-2019).
    Masshiro Ni constitue le premier chant du Seppenko Monogatari dont le second volume, (Hanami Sonata) et le troisième (Romaji Horizon), sont déjà parus.

  • 340 mps

    Léa Silhol

    Obsessio (lat.) : "blocus, siège d'une cité".

    Le point focal de tout ce qui nous définit, nous raffine, nous change irrémédiablement, nous exalte, nous détruit et à la fin nous maudit ou nous sauve pourrait être aussi simple que...
    Le prix à payer pour un éventail signé par Oscar Wilde ; la glissade d'une repentie sur un vol de papillons ; la reptation du péché dans l'arrondi d'une bouteille ; l'ombre d'un objet manquant, dans une galerie de portraits ; le staccato de la vengeance dans un pistolet de tatouage ; une course éperdue vers un amour d'enfance ; l'e-mail d'une rock-star à sa fan n°1 ; les sacs entassés des courriers de Noël, dans des hangars sous la neige ; un carnet d'anecdotes, transmis de vies en vies...

    L'alphabet de nos grandeurs et dérives pourrait parfois tenir en une forme, une lettre, une ellipse ininterrompue : O Oméga capital du cercle des cercles.

    Léa Silhol, architecte protéiforme des univers de Vertigen, Frontier et des livres-puzzles du concept Error_Type prête ici, encore une fois, sa voix et son calame aux funambules, aux chasseurs de mirages impénitents et aux affamés d'orages.
    340 mps déplie les facettes qui jointent le désir au point de rupture, le temps de neuf histoires qui sont autant d'odes tendres et grinçantes aux archétypes de la démesure.

empty