Lampsaque

  • À la fin du mois de février 1587 paraît chez Guillaume Linocier, libraire installé sur la montagne Sainte-Geneviève, un petit livre intitulé : La Première partie des Ébats poétiques de Jacques de Fonteny contenant une pastorelle du beau pasteur, églogues, amours, sonnets spirituels et autres poésies. L'ouvrage, le premier d'un tout jeune poète de vingt ans, étudiant au collège de Navarre, s'ouvre sur une petite pièce de théâtre, Le Beau Pasteur, qui appartient au genre nouveau de la pastorale. Elle représente l'amour de deux bergers, Chrisophile et Chrisalde, leur combat contre une bande de terribles Satyres tandis que de mystérieux signes tombent du ciel... signes si mystérieux qu'ils ne parviendront pas à les interpréter. D'ordinaire, et en France tout du moins, une pastorale raconte les amours compliquées de bergères et de bergers qui se résolvent par des unions tranquillement hétérosexuelles.

  • Comédie de pur divertissement, la parade se caractérise par une intrigue simple, des personnages-types, des dialogues riches en fantaisie verbale, et un humour axé sur le bas corporel. Issue des théâtres forains, la parade connut, à travers le XVIIIe siècle, une très large diffusion sur les théâtres de société et de Boulevard, méprisée par la critique, elle a néanmoins marqué les esprits d'un siècle abandonné à la théâtromanie. Cette édition envisage la parade en tant que texte performatif pour mieux concevoir comment ces pièces étaient jouées et les raisons de leur succès auprès d'un public populaire autant qu'aristocratique. Nous proposons ici trois textes tirés du Théâtre des Boulevards (1756), assortis d'une préface et de notes permettant de prendre la mesure de l'originalité et de la complexité des parades, ainsi que deux textes de scène joués par la compagnie SapassoussakasS en 2002-04.

  • Paris, 1721.
    Au moment où Cartouche est en prison, Marc-Antoine Legrand met en scène Cartouche ou les voleurs : le bandit citadin devient le prototype de l'ennemi public N° 1. Londres se saisit de l'affaire. Des journalistes-écrivains, autour de Daniel Defoe, traduisent la pièce Cartouche or the Robbers est publiée moins de six mois après l'exécution du Robin-des-Villes français (1722). 1728. The Beggar's Opera de John Gay, pièce chantée, étrange, met en scène les pauvres, les voleurs et les chasseurs de brigands corrompus.
    C'est un énorme succès : en 1750, une troupe française viendra même jouer L'Opéra du gueux, en français, à Haymarket. Le projet de cette triple édition est ainsi de figurer cette circulation, de s'interroger sur la naissance d'une légende et du concept d'opinion en Europe, enfin de permettre que les lecteurs, les acteurs et les metteurs en scène du début de notre XXIe siècle s'intéressent à ces textes.

  • Le costume est ta condition première de toute représentation.
    Jouer commence par la nécessité de quitter son vêtement pour emprunter ou construire une autre forme. objet de fiction et simultanément objet concret, élaboré dans les ateliers, taillé, cousu ou drapé, le costume relève du rapport intime au corps réel du comédien, tout en sculptant le corps symbolique du personnage. " lieu commun " oú se rencontrent tailleurs, comédiens, spectateurs et personnages, point de contact entre le réel et la fiction, il constitue un " objet spectaculaire " peu étudié jusqu'à ce jour.
    Or c'est un dispositif dramaturgique essentiel qui noue les conditions de la représentation à la fiction dramatique selon des techniques de production et des conventions sociales qui varient d'une époque à l'autre. soumis à des courants esthétiques et éthiques, il dépend aussi de l'inspiration d'artistes dont la place éminente au théâtre n'a pas toujours été reconnue. le théâtre contemporain, ouvert sur la pluralité des techniques et des arts, ne peut faire l'économie d'une réflexion approfondie sur ce sujet.
    Issu du colloque international l'habit de théâtre et son double : us et usages du costume de scène (nancy-metz, mars 2006), ce livre répond à cette attente et témoigne de la fécondité de l'entrée " costume " pour l'étude critique des arts du spectacle. fondé sur la transversalité des approches, il donne la parole à des artistes, à des praticiens, et à des spécialistes qui travaillent sur le thème de l'art et des usages du costume de scène dans des domaines aussi différents que la littérature, la philosophie, l'anthropologie ou l'histoire.

  • Au camp de Spaç, le plus terrifiant de la dictature albanaise, des prisonniers font commerce de leurs jours de liberté contre des paquets de cigarettes, tandis que d'autres transforment des wagonnets en four à pain ou cherchent d'illusoires " diamants " dans les mines de charbon.
    Maks Velo a été condamné à dix ans de camp en 1978 pour avoir " exécuté des oeuvres inspirées de Modigliani, Braque et Picasso... contrevenant ainsi à la méthode du réalisme socialiste. " Ses tableaux ont été détruits. A sa sortie de Spaç, il a consigné ces croquis de mémoire. " Nous sommes comme ces petites gares qu'on ne dessert plus. On les abandonne à l'oubli ". Chacune de ces nouvelles parvient à faire mentir cet aveu d'une vie amputée par la dictature.

  • Chamfort (1741-1794) est aujourd'hui connu comme le dernier des moralistes du siècle des Lumières.
    Mais on oublie que cet auteur, estimé en son temps par Voltaire et Rousseau, plus récemment par Nietzsche, Camus ou Cocteau, a également été l'un des dramaturges les plus célèbres de sa génération, offrant à la Comédie-Française trois oeuvres majeures reprises pendant la Révolution, dont il fut acteur de premier plan avant d'en être marginalisé. Du moraliste, ce théâtre a conservé l'acuité d'un regard critique sans concession et la précision d'une écriture sans fioritures, quasi aphoristique, d'une grande pénétration, tout en développant une dramaturgie à la fois représentative de son temps et très personnelle qui peut encore s'avérer d'une lecture ou d'une représentation utiles pour notre temps.

  • Iphis et Iante

    Isaac de Benserade

    Iphis, déguisée en garçon depuis sa naissance, épouse la belle Iante.
    Les deux jeunes filles disent franchement sur scène qu'elles s'aiment et racontent leur nuit de noces avec volupté... Isaac de Benserade (1612-1691) est né en Normandie. Connu pour la "querelle des sonnets" qui enflamme aussi bien la Cour que la Ville, et par sa collaboration avec Lully, il devient rapidement l'un des beaux esprits les Plus recherchés de son époque. A sa brève carrière dramaturgique, on doit l'étonnante comédie Iphis et lante (1634) qui est l'une des toutes premières en France à évoquer ouvertement l'homosexualité féminine.
    Le XVII, siècle n'est Pas tout à fait ce que l'on croit... Edition présentée par Anne Verdier avec la collaboration de Christian Biet et Lise Leibacher-Ouvrard.

empty