La Volte

  • Agrapha

    Luvan

    • La volte
    • 10 Septembre 2020

    À l'origine fut un manuscrit du Xe siècle. Apocryphe, peut-être pas.
    À l'origine furent huit femmes, chacune venue d'un lointain horizon, unies dans une grotte au coeur de la forêt.Ensemble, elles racontent ou taisent leur vie de recluses, leur destinée loin du monde et pourtant si proche de lui. Elles parlent mille langues en une seule, mêlant leur âme en un poème morcelé que l'autrice ensuite cimente d'or et de miel. Et de cette tresse de mots naîtra l'apocalypse.
    Dans ses cahiers, l'autrice a minutieusement recousu l'histoire de cette constellation féministe, désormais sanctuaire que le temps s'est chargé d'éroder. Mais son enquête se dilue avec sa mémoire. Les souvenirs se troublent : n'est-ce pas elle, cette entité manquante, la neuvième femme ayant appartenu à ce clan d'illuminées radieuses ? A-t-elle réellement écrit ces fragments aux côtés de ses soeurs d'antan ?
    Il subsiste de leurs existences des traces indicibles que seule l'écriture parvient à faire rejaillir. Parmi les odeurs d'écorces et les accents d'anciens parlers, c'est à l'aube de l'an mil qu'irradient le vécu de ces femmes et leur puissance épiphanique.
    Aux antipodes du roman historique ou du roman de fantasy, Agrapharenoue avec les sources de la matière médiévale tout en proposant une expérience historique à la fois plus immersive - donc familière - grâce à son processus narratif ; et plus étrangère - donc plus exotique - grâce à son parti-pris langagier radical.

  • Aux confins de l'univers, à l'ultime périphérie de l'influence canopéenne, la planète Volyen et ses lunes - Volyenadna et Volyendesta - abritent des empires mouvants, instables et délétères. Puisque les luttes de pouvoir gangrènent continuellement l'évolution de ces territoires, Sirius et Shammat, les deux empires rivaux de Canopus, profitent de la détresse des habitants pour tenter d'étendre leur domination sur ces trois astres ainsi que sur deux planètes environnantes.
    La situation est si critique que Canopus ne peut rester indifférente.
    Commence dès lors une guerre de propagande, une guerre de langue et de croyance. Une guerre pour la liberté de pensée.
    Ce récit crépusculaire décortique les excès et les manipulations du langage, mais aussi sa puissance invocatrice ou ses effets sur l'esprit, à travers le rapport de Klorathy, l'émissaire canopéen venu s'enquérir d'Incent, un agent victime d'une attaque de « Rhétorique ». Autour d'eux, alors que menace l'emprise de Sirius sur les terres volyennes, c'est tout un monde qui s'affronte par la parole afin de céder ou de conquérir son indépendance.
    Au fil d'une fable éminemment politique sur les mots et leur pouvoir, Doris Lessing transforme ce roman en un reflet parfois satirique de nos sociétés, constituant le sommet de son cycle.

  • Hildegarde

    Léo Henry

    Religieuse, visionnaire, scientifique, poétesse et compositrice, l'abbesse Hildegarde de Bingen n'a cessé, depuis sa mort, d'inspirer femmes et hommes. Figure totale du Moyen-âge européen, elle déborde des limites du xii e siècle et de la vallée Rhin où elle vécut : depuis sa berge de fleuve, entre Mayence et Cologne, Hildegarde rayonne sur l'univers entier.
    Née au moment où la première Croisade arrive à Jérusalem, elle meurt tandis que naissent les premiers chevaliers de romans. À son expérience de femme de pouvoir, son oeuvre mêle observations et visions, unissant sous une même énergie vitale les mondes réels, imaginaires et divins. Léo Henry crée, autour de Hildegarde, un livre-monde qui emprunte ses formes autant au récit épique, qu'à l'hagiographie ou au roman picaresque. Une fresque, qui court de la création du monde à l'Apocalypse, et explore l'intrication du temps qui passe et des histoires que nous nous racontons.
    Inclassable et foisonnant, Hildegarde est un roman merveilleux, un roman de l'émerveillement.

    1098 Naissance de Hildegarde à Bermersheim, dixième enfant.
    1101 Première vision (3 ans).
    1112 Entrée au couvent du Disibodenberg (14 ans).
    1136 Hildegarde devient abbesse du Disibodenberg (38 ans).
    1141 Une vision lui ordonne de révéler les messages de l'Esprit, début de la rédaction du Scivias (43 ans).
    1147 Validation de ses visions par le Pape et Bernard de Clairvaux (49 ans).
    1148 Fondation au Rupertsberg, près de Bingen, d'un couvent féminin indépendant (50 ans).
    1150 Début de la collation d'un recueil de chants 1158 Début des voyages de prédication.
    1165 Fondation à Eibingen d'un second couvent exclusivement féminin.
    1170 Derniers voyages de prédication (72 ans).
    1174 Achèvement du Liber divinorum operum, troisième et dernier livre de visions.
    1179 Mort au couvent du Rupertsberg de Bingen (81 ans).
    2012 Béatification officielle par Benoît XVI

  • Galeux

    Stephen Graham Jones

    Il ne s'appelle pas ; il est cet anonyme, cet étranger habitant à la marge des villes avec sa tante Libby et son oncle Darren :
    Un garçon sur le point de devenir adulte et confronté à un choix qui décidera de son avenir. Doit-il croire au pied de la lettre les récits d'apparence fantasques de son grandpère, emplis de conseils absurdes relatifs au quotidien des loups-garous, ou bien grandir comme n'importe quel enfant humain et rejeter cette prétendue « anormalité » qui le condamnerait à vivre en rebut ? Ce n'est pas comme s'il n'endurait pas déjà cette existence de marginal, de paria.
    Car comment bien s'intégrer à la société lorsque l'on déménage tous les deux mois dans une nouvelle bourgade du sud des États-Unis, que l'on loge dans des voitures ou des roulottes insalubres, que l'on se nourrit au petit bonheur la chance ? Être ou ne pas être loup-garou, quelle différence, après tout ?
    Avec drôlerie, avec une tendresse sauvage, Stephen Graham Jones nous invite à accompagner ce garçon sur la route de son identité. Une route cabossée, pleine de cahots et de méandres sinistres, mais ponctuée d'instants de félicité qui brillent dans la nuit environnante. On ressort de cette lecture tout ébouriffé, avec des envies de hurler à la lune et de courir dans les bois, une saveur à la fois douce et puissante sur la langue.

  • Trafalgar

    Angelica Gorodischer

    • La volte
    • 10 Octobre 2019

    Trafalgar Medrano n'est pas n'importe quel commercial. Certes, comme beaucoup de marchands et autres conseillers de vente, il aime parler. Raconter son quotidien professionnel en buvant sept double cafés entrecoupés de temps en temps par une cigarette, quand il ne les fume en parallèle. Car il en a des choses à dire, Trafalgar Medrano. Et pour cause, ses voyages l'entraînent de planète en planète à la rencontre de populations toutes plus originales les unes que les autres, en des lieux où le vraisemblable n'a plus lieu d'être... Pourtant, tout ce qui sort de la bouche de Trafalgar est vrai, authentique, c'est garanti !
    Personne ne saurait vérifier si ce qu'il relate tient du réel ou de l'imaginaire...

  • Shikasta

    Doris Lessing

    Ceci est l'histoire d'un monde qui pourrait être le nôtre.
    Depuis l'instant où apparaît la vie sur cette planète bleue, dans la moiteur des mares et des étangs, jusqu'au moment où le feu nucléaire menace d'emporter la civilisation qui a fini par se développer à sa surface, voici contée l'histoire de Shikasta, jadis riche et florissante, désormais stérile, inhospitalière, « blessée à mort » - mais qui ne demande qu'à renaître.
    Shikasta ? Un monde sur le berceau duquel se sont penchés deux empires galactiques antagonistes, Canopus et Sirius, qui au terme d'une guerre sans merci s'en sont partagé les terres pour chacun de son côté y conduire des expériences évolutionnaires. Et c'est du point de vue des émissaires de Canopus, venus rendre compte des résultats de ces manipulations à l'échelle d'une planète, que va nous être narré le destin tragique de l'humanité - celle de notre Terre.
    Au fil d'une édifiante succession de textes de formes diverses - rapports, lettres, documents d'archive, le poignant témoignage d'une jeune Shikastienne..., se réécrit sous nos yeux le (véritable ?) récit de l'aventure humaine, les tâtonnements, accomplissements et erreurs d'une espèce faillible guidée sans le savoir par des puissances qui la dépassent ; des puissances dont la rivalité risque de mettre un terme prématuré à l'expérience Shikasta, déjà mise à mal au fil des siècles par les errements de primates peut-être devenus trop intelligents pour leur propre bien...
    Si Lessing avait initialement prévu d'offrir avec Shikasta un récit auto-suffisant, un genre d'histoire secrète de l'humanité, le concept de civilisations extraterrestres suffisamment avancées pour influer sur le destin d'une planète entière l'a fascinée au point qu'elle est ensuite revenue à quatre reprises dans l'univers de Canopus dans Argos, avec Mariages entre les zones trois, quatre et cinq, Les Expériences Siriennes (qui a inspiré un opéra au compositeur contemporain Philip Glass), L'OEuvre du Représentant de la Planète 8, et Les Agents Sentimentaux de l'Empire Volyien. Si le cycle revient à l'occasion sur le sort de notre planète (en l'abordant d'autres points de vue), leur auteur se penchera surtout sur de nouveaux mondes à divers stades de développement social et technologique - chaque roman se répondant l'un l'autre, tout en explorant de nouveaux territoires interstellaires ; au point que la série forme un genre de tapisserie s'étalant sur des millénaires.
    Brassant avec talents le mythe, la fable et l'allégorie, fortement inspirée par le soufisme, Doris Lessing signe avec Canopus dans Argos : Archives - qu'elle considérait comme un des sommets de son oeuvre littéraire - un véritable opéra spatial questionnant la nature même de ses congénères, leur rapport à des notions aussi fondamentales que la sexualité, la politique, la mortalité ou la transcendance.

  • Il était une fois, quelque part...
    Souveraine de la Zone Trois, une contrée à la prospérité éclatante, tournée vers la sensibilité et les arts de l'esprit - mais dont l'hédonisme a cependant émoussé ses habitants - la reine Al-Ith reçoit un jour des Pourvoyeurs, ces entités supérieures qui régentent le destin de ces terres, l'Ordre d'épouser le roi de la Zone Quatre, un pays rude, grossier et belliqueux, dont le peuple vit dans la pauvreté en raison de guerres incessantes et voraces.
    Ce mariage, ou plus précisément l'union charnelle des deux seigneurs, doit permettre l'épanouissement d'une existence neuve, meilleure, dans les deux Zones. Malgré leur hostilité initiale, malgré tout ce qui les sépare et la brutalité dont fait tout d'abord preuve ce roi élevé dans la certitude de sa supériorité intrinsèque, Al-Ith et Ben Ata vont finir par s'aimer - et le second par apprendre avec stupéfaction, dans les bras de son amante, les inestimables trésors que recèle une relation égalitaire entre les sexes.
    Pourtant, alors qu'un fils naquit finalement de cette union, la reine Al-Ith est sommée de quitter la Zone Quatre pour retourner dans sa contrée d'origine, où elle est désormais une étrangère. Repoussée par ses pairs comme par son peuple, elle demandera à émigrer en Zone Deux, aussi supérieure à la Zone Trois que cette dernière l'est par rapport à la Zone Quatre. Ben Ata, pour sa part, recevra l'ordre d'épouser la souveraine de la Zone Cinq, un pays primitif dont les habitants sauvages vivent de pillage...

    Allégorie subtile sur les rapports entre hommes et femmes, réflexion douce-amère sur les mystères du sexe et de l'amour, ode inoubliable à la féminité, mais aussi portrait en creux d'une lutte éternelle pour l'égalité qui toujours en appelle au meilleur de ses protagonistes, Les Mariages entre les Zones Trois, Quatre et Cinq forme l'une des pierres angulaires d'une série visionnaire qui s'est donné pour ambition, à travers une « fable puissante, narrativement audacieuse » (Hubert Prolongeau, Télérama), de disséquer les secrets de l'humanité. Le tout au fil d'une plume grandiose, travaillée avec une évidente maestria.

  • Pollen

    Jeff Noon


    lundi 1e mai.
    plus de 500 grains par mètre cube ce matin. alerte sanitaire de sa majesté. le taux de pollen s'élève. sentir les fleurs est mortel. la ville pleurait. 1607 et à la hausse. des portes sont en train de s'ouvrir entre les espèces. 1999. mardi 9 mai bombe à éternuement.

  • On a souvent tendance à croire que l'imaginaire rime avec l'ailleurs, pour se détacher justement d'une réalité parfois trop...
    Envahissante. Et si l'imaginaire s'amuse à dépeindre, presque par principe, le grandiose, le démesuré, l'inédit ou le singulier, il aime aussi se nicher, se terrer, s'enfouir et prendre racine dans le détail et le relief du réel.
    C'est pourquoi La Volte propose à l'occasion de ses 10 ans de creuser des sillons en faisant rimer imagination avec région. Dans le passé, le présent, le futur, les auteurs écriront sur la région de leur choix (industrielle, intacte, morne, vivante, sublime, détestable, recherchée, oubliée, et plus encore si affinité) celle que vous aimez ou détestez, mais celle qui vous inspire !
    Il ne s'agit ni de prôner le retour au terroir, ni d'exalter la mondialisation. Il s'agit de surprendre, en entremêlant deux notions qui pourraient sembler antinomiques : d'un côté l'ancrage dans les spécificités et les vérités d'un lieu, et de l'autre le dépassement des frontières et du réel.
    Sur une idée originale de Stéphane Beauverger et de David Calvo.

  • Alice automatique

    Jeff Noon

    Le troisième tome d'Alice au pays des merveilles ? Pas si simple, c'est du Jeff Noon. Les champignons de Lewis Carroll rencontrent les plumes de l'univers de Vurt dans un conte de fée futuriste. Alice se lance à la poursuite de son perroquet dans les entrailles d'une horloge et se retrouve en 1998, à Manchester. Elle y rencontre des boarocrates, des anagrammes et un certain monsieur Dodgson. Les habitants sont mi-hommes, mi-animaux. Naturellement. Accompagnée de Celia, sa poupée devenue petite fille automatique, Alice doit retrouver les pièces qui manquent à son puzzle, résoudre une série de meurtres et comprendre à quoi servent les points de suspension, tout cela avant deux heures de l'après-midi, 138 ans plus tôt.
    Comme toujours chez Jeff Noon, Alice automatique joue avec le langage (et le fait voler en éclats de miroir), avec la musique (on croise Miles Davis et Jimi Hendrix). C'est le troisième volume publié par Noon dans l'univers de Vurt, et les plumes du perroquet Whippoorwill colorent bien sûr les autres romans.
    Noon s'amuse à enchaîner les jeux de mots acrobatiques (« Fais comme tu peux, comme tu veux, l'important est que ça coule », dit-il à sa traductrice) et se délecte du nonsense dans une truite (une troisième suite ?) où la fidélité à Carroll se mêle d'hommage, de pastiche et d'une joie communicative.

  • Le parcours initiatique d'Akiloë jeune Indien de Guyane. Après la disparition de sa tribu, il est élevé par une institutrice missionnaire puis adopté par un physicien polonais et réussit à devenir astronaute sans renier ses racines. Ce roman pose la question des effets de l'éducation à l'occidentale et du devenir des tribus amazoniennes face à l'invasion de la civilisation occidentale.

  • Descendre en marche

    Jeff Noon

    • La volte
    • 18 Octobre 2012

    L'Angleterre est rongée par une étrange épidémie : les victimes n'arrivent plus à décoder l'information. Les mots sont indéchiffrables, les photos des assemblages de couleurs, la musique une suite de bruits hostiles. Les panneaux de signalisation évoquent de l'art abstrait. Les miroirs reflètent des inconnus monstrueux. Dans une voiture lancée sur les routes, quatre personnes, quatre paumés tiennent le coup grâce à la poudre qui atténue les effets de la maladie, au risque d'une overdose. Marlene, hantée par la perte de sa fille- coupée du monde, enterrée en elle-même - prend des notes pour résister à la désagrégation. Son but : retrouver et réunir les fragments d'un miroir, qui serait - ou pas - magique, qui serait - ou pas - à l'origine de l'épidémie, qui pourrait - ou pas - y mettre un terme. Mais la maladie gagne du terrain, et le cahier est de moins en moins fiable. Falling out of Cars est un " road novel ", reflet de notre société, dans laquelle l'excès d'information engendre la perte de sens, les peurs et la solitude dans la foule.

  • Vurt

    Jeff Noon

    • La volte
    • 21 Septembre 2006

    Dans les rues de Manchester, battues par la pluie et infestées d'ombreflics, errent les Chevaliers du Speed, une bande de déjantés accros aux plumes Vurt, la meilleure drogue qui se puisse rêver. Comme dit maître chat, cependant, soyez prudents, très prudents, ce voyage n'est pas pour les faibles. Mais Scribble n'en fait qu'à sa tête. Il recherche la plume Vurt, ultime, mythique. Une quête qui le mènera au-delà des frontières de l'amour et de lui-même, sans espoir de retour.

  • Les nuits de l'aviateur

    Philippe Curval

    • La volte
    • 13 Octobre 2016

    Fils d'un diamantaire féru de surréalisme, qu'est-ce qui perturbe Vincent Colas au point de s'affranchir de l'univers rassurant de son enfance ? Pourquoi abandonne-t-il brutalement ses parents, ses études ? C'est qu'il a perçu très tôt l'inanité du réel et la liberté du virtuel à travers une vision paroxystique d'un film, Blanche Neige et les sept nains. D'où son unique obsession, fixer le moment où l'on s'endort pour aborder le monde sous le masque du sommeil. Celui des nuits de l'aviateur où il s'envole vers des continents inconnus.
    Déçu par ses échecs, il deviendra un post adolescent sans scrupules, aux franges de la délinquance, dans la société de l'après-guerre. L'occupation allemande y a laissé des traces profondes, bouleversé bien des idées reçues. Dans cette période où sévissent encore la famine et le marché noir, où les gouvernements tombent comme des mouches, où les grèves à répétition paralysent le pays, Vincent se trouve en perpétuelle recherche de son identité.
    Après une cruelle rupture avec Geneviève, l'initiatrice qui aurait pu le sauver, il va connaître l'expérience de la schizophrénie, puis la dure réalité de la vie du travail. En exerçant divers métiers, de photographe à peintre au pistolet dans une usine de frigidaire, de voleur de livres professionnel à représentant au porte-à-porte auprès des veuves de guerre.
    Au fil de ses rencontres avec des marginaux, de ses amours éphémères avec des femmes de toutes conditions, Vincent va se reconstruire peu à peu.
    Jusqu'au clash fatal d'un meurtre dont il ne saura jamais s'il est coupable ou non.
    C'est à partir ce cet instant qu'il reconnaîtra sa voie, celle de l'écriture. La seule qui, pour apaiser sa douleur de vivre, va lui permettre de mêler réel et fantasmes pour inventer des mondes où l'imagination reste au pouvoir.
    Philippe Curval livre un roman aux accents autobiographiques, récit d'aventures puisé à une adolescence tumultueuse dans la société d'après-guerre, marquée par le rejet de la famille et de la société, l'éveil à la sexualité, jusqu'à la découverte passionnelle de la littérature. Mais à travers ce roman d'apprentissage, la France de cette époque est rendue incroyablement vivante : la bourgeoisie de banlieue, la condition ouvrière, les conséquences de la guerre, la vie provinciale, le monde de la librairie. C'est aussi un voyage dans un Paris insolite, un Marseille du bout du monde.

  • La Terre, Shikasta, est l'enjeu de pouvoir entre trois civili- sations galactiques très avancées : Canopus, Sirius et leur ennemie Puttiora. Mélangeant mythes, fables et allégories, Doris Lessing nous livre une vision originale et incroyable- ment vaste de notre humanité, de son berceau à sa chute.
    Ambien II est l'une des Cinq, l'organisation présidant aux destinées de Sirius ; au contact de Klorathy, émissaire de Canopus, elle va petit à petit remettre en question sa con- ception du cosmos.
    Ainsi, à travers le regard de sa protagoniste et du méticu- leux rapport qu'elle rédige, Les Expériences siriennes explore la lente prise de conscience d'un individu face aux limites et aux dérives de sa propre nation. À son insu, inéluctable- ment, elle s'éloignera du mode de pensée de sa société jusqu'à intégrer des idées plus progressistes, s'érigeant à l'encontre de l'Histoire officielle, prenant parti dans la lutte de pouvoir entre Sirius et Canopus au point de se trans- former elle-même.
    Après Shikasta et Les Mariages entre les Zones Trois, Quatre et Cinq, l'auteur développe ici bien plus qu'un simple rap- port d'événements, mais plutôt un véritable plaidoyer en faveur de la désobéissance civile. Une harangue pour oser faire face aux conséquences de nos propres actes et à ce destin que l'on croit tout tracé.

  • Intrabasses

    Jeff Noon

    • La volte
    • 27 Février 2014

    Elliot, un bassiste de vingt-cinq ans, rencontre un groupe de musique électro-acoustique : une chanteuse, une dj, un batteur. Fasciné par leur talent brut de décoffrage, il découvre leur secret : une nouvelle méthode qui permet d'enregistrer le son sous forme liquide. Chaque morceau, conservé dans une sphère pleine d'un fluide épais, peut être remixé en le secouant. Les possibilités artistiques lui donnent le vertige, et la drogue omniprésente menace de recouvrer son emprise sur lui, jusqu'au jour où le batteur disparaît. Commence alors une quête aux racines de la musique - le père et le grand-père étaient musiciens eux aussi, dans les styles de leur époque, et la famille semble porteuse d'une lourde hérédité pleine de secrets haineux. Et la musique liquide, bien sûr, peut être bue, inhalée, injectée. Drogué au son, Elliot plonge dans les remix de son coeur. Les chapitres sont des chansons ; ils peuvent être remixés, adaptés, en différents styles, du jazz au skiffle, du punk à la pop et à la dance ; la musique envahit les pages, coule dans les veines et modèle le monde.

  • Le livre des blagues

    Momus

    • La volte
    • 15 Octobre 2009

    Les mauvaises blagues, les blagues de cul, sont dans mon univers ce que la gravitation est dans le vôtre. Elles régentent toute ma vie, la vie de toute ma Famille. Je ne sais pas pourquoi au juste, mais c'est un fait dont je ne peux plus douter. Résultat, le monde dans lequel je vis est un triste miroir. Je suis un personnage coincé dans un recueil de blagues -des blagues qui sont, en outre, de très mauvais goût.

  • Ame soeur

    Amery Yvan

    Avoir une soeur gnagnan, sainte-nitouche et donneuse deleçons est supportable lorsque l'on se fout de tout. Lorsque Franck rentre de Casa, il apprend que Claire est morte et enterrée. Il ne lui reste plus qu'à se rendre sur sa tombe et sur les lieux de son enfance, traîner en se remémorant des
    souvenirs pas trop émouvants pour un sous, essayer de s'attrister.
    Ce court roman retrace le voyage d'un glandeur de 25 ans, fumeur de joints, qui, descendant du Nord au Sud, croise en chemin les clandestins attirés par l'Europe. Déambulant parmi les âmes mortes, portés par les errances d'une génération désengagée, il attend de trouver un sens à son existence.
    Yvan Améry est né à Paris au début des années 70. Parallèlement à des études d'Histoire, il s'est mis à écrire.

  • Poisson-chien

    Laurent Rivelaygue

    • La volte
    • 18 Janvier 2007

    Mon chien - brave chien - s'appelle Albert. Albert Fish. Kss kss méchant attaque et rancunier assis, couché... Couché, le chien parfaitement dressé. Le soir, je le regarde tourner dans son bocal, faire des bulles tranquille, mais vigilant... Né en 1970, Laurent Rivelaygue est aussi graphiste, plasticien et blogueur. Son premier roman tient du Grand Guignol et du collage littéraire. S'y croisent des policiers psychopathes, un meurtrier en série névrosé, une galeriste nymphomane, un tueur à gages aveugle, une tour Eiffel en allumettes, un chien empaillé à roulettes, une femme transparente, un ange suicidaire...

  • Les écrivains de science-fiction et de fantasy français ont assez peu souvent l'occasion de s'exprimer dans nos médias, que ce soit dans les colonnes des grands journaux, à la radio ou à la télévision. Et ce alors que les littératures dites « de l'imaginaire » n'ont jamais été aussi populaires et les auteurs aussi nombreux qu'aujourd'hui dans notre pays... Pour autant, les auteurs d'imaginaire, de science-fiction surtout, ont des choses à nous dire quant à l'état du monde et leur vision de l'avenir, autrement que dans leurs romans, désireux dès que l'occasion se présente de partager avec nous leur rapport à la société, à l'époque et à l'art. C'est pourquoi Richard Comballot interroge sans relâche, depuis plus de vingt ans, les auteurs majeurs de ces littératures pour de volumineux entretiens fourmillant de détails et publiés dans des revues telles que Bifrost ou Galaxies. Des entretiens dans lesquels chaque auteur évoque ses origines sociales, sa découverte de la littérature et de l'écriture, le contenu de ses différents ouvrages, ses thèmes, sa personnalité et sa façon de travailler.
    Arrivé au bout de son périple - ou presque ! -, Richard Comballot rassemble désormais ses entretiens en volumes : après un premier recueil consacré aux « stars » de la SF (Voix du futur, Les Moutons Électriques, 2010), il publie aujourd'hui, pour fêter dignement les dix ans d'existence de La Volte, ses entretiens avec les principaux auteurs français de la maison, parus ou à paraître - dont trois inédits : Alain Damasio, Stéphane Beauverger, Jacques Barbéri, Emmanuel Jouanne, Philippe Curval, David Calvo et Léo Henry.

  • Sous la colline

    David Calvo

    Le 9 février 2012, un incendie accidentel défigure le visage de l'Unité d'Habitation Le Corbusier à Marseille, utopie sociale devenue Mecque d'un idéal de design. Au cours des travaux de réhabilitation qui ont suivi, un placard non-référencé a été retrouvé. C'est à partir de ce fait divers que Sous la colline déroule une intrigue labyrinthique, entre mythe, fiction et réel : la quête de la farouche Colline, archéologue claustrophobe, pour tenter de trouver les réponses à l'énigme du Corbu. et de sa propre identité.

    Plongée en apnée dans les «rues» et l'histoire de l'Unité d'habitation, Sous la colline est le récit fantastique d'un mystère aux multiples ramifications, antiques, politiques et sociales : au coeur des rêves érodés du Corbusier se joue un drame qui remet en cause la narration officielle de la fondation de Marseille. Sous la colline est une course contre la montre : pendant six mois en immersion totale dans le bâtiment, Colline devra faire appel à l'aide des enfants d'une étrange maternelle pour sauver le bâtiment d'un terrible destin - sa destruction, aux mains d'un ennemi invisible et sans pitié.

    Véritable fiction de «genre», Sous la Colline est le portrait d'une femme hors-norme, à l'imaginaire placé sous le sceau de l'élément aquatique.

  • Variations Volodine Nouv.

    Livre-objet unique en son genre, les Variations Volodine sertissent les poèmes en prose d'Antoine Volodine de compositions musicales signées Denis Frajerman. Les deux artistes, liés depuis plus de vingt ans par une même passion de la langue et du son, s'accompagnent l'un l'autre magistralement. La plume tour à tour prophétique, incantatoire de l'écrivain d'un côté, les ensorcellements mélodiques du musicien-voyageur de l'autre, tout cela met en valeur l'univers post-exotique au sein d'un écrin poétique.
    Ce coffret comporte six albums réalisés par Denis Frajerman, ainsi que des poèmes en prose inédits d'Antoine Volodine.
    L'ensemble est un labyrinthe dans lequel l'on se perd, tous les sens ouverts à l'euphorie, envoûté par les voix dont parfois celle de l'écrivain lui-même, qui sera à la fois une excellente entrée en matière pour les personnes qui n'ont pas lu les textes d'un des plus grands écrivains français vivants, et pour les amateurs « volodiniens » qui n'ont pas eu la chance d'assister aux performances Frajerman/Volodine dans quelques lieux parisiens.

empty