L'or Des Fous


  • " parmi les rares entreprises qui ne répandent pas sur l'amour les cendres du déclin, de la mort et de la corruption par l'esprit, je ne vois, hormis l'oeuvre de dante, de blake, de hölderlin, de fourier, d'autres " diamants de l'herbe " que ce peter ibbetson dont la frêle composition fait songer aux spores traversant le cosmos pour ensemencer la terre.
    mais le cosmos est, ici, l'être humain en sa substance spécifiquement terrestre et en sa créativité sidérale. " (raoul vaneigem).

  • Une aiguille nue

    Nuruddin Farah

    De Dieu ! ! Mogadiscio, pense Koschin, l'abattoir devenu ville. oeil-bridé venu d'Orient, attiré par l'encens et la myrrhe, a tracé sa route dans ce qui était alors le Puntland. Cul-gras, et c'est peu dire, a marchandé avec les chefs de tribus et les chefs de clans et s'est installé pendant plus d'un demi-siècle, garantissant le maintien de la paix entre les clans. Avant eux, avant l'arrivée d'oeil-bridé et Cul-gras à Mogadiscio il y a eu les Mangeurs d'oignons-huileux. Sans oublier bien sûr Beau-salaud qui a fouetté des indigènes par centaines, racontant (pour que le monde entier le sache) que s'il partait, il ne resterait rien à personne, qu'ils se boufferaient entre eux. Puis Servile-minable s'est approché par un autre biais (ils sont bien plus à moi qu'à vous), a falsifié l'Histoire, et s'est fait un nom en tant que géniteur des meilleurs Métis Chocolats de Négroland.

  • Chroniques d'une famille et d'une cour, festins de la détresse, nous plongent au coeur de vies en proie aux absurdités que provoquent les changements économiques et sociaux, trop rapides pour le temps d'une vie humaine.
    Puisant dans la mémoire complexe du chant africain, aminata sow fall veut " changer la croyance selon laquelle la nourriture et les biens matériels sont seuls nécessaires à la survie, et mettre en évidence l'importance de la créativité et des besoins spirituels. ils sont même plus importants que les biens matériels, qui ne suffisent pas à fonder la dignité d'un être humain ".


  • " la paresse est jouissance de soi ou n'est pas.
    n'espérez pas quelle vous soit accordée par vos maîtres ou par leurs dieux. on y vient comme l'enfant par une naturelle inclination à chercher le plaisir et à tourner ce qui le contrarie. c'est une simplicité que l'âge adulte excelle à compliquer. "
    (raoul vaneigem)
    pour que la vraie révolte soit une fête, celle de la vie et non de la mort, celle de la création et non de la destruction aveugle, l'or des fous et ses ami(e)s appellent à descendre dans la rue non pour mendier
    un emploi d'esclave sur le marché du travail mais
    pour exiger le droit de vivre, de réaliser ses désirs sans les sacrifier à l'argent et de révoquer la dictature du consommable en sorte que chacun fasse son bonheur en faisant solidairement le bonheur de tous.
    l'or des fous éditeur.

  • Aimant pour sûr, pressé d'arborer mon amour en vers, Pour qu'elle, chère Elle, prenne plaisir à ma peine ; Plaisir la ferait lire, lire afin qu'elle sache ; Savoir sait capter la pitié, pitié grâce obtenir ; Quels mots viendront peindre, de ce chagrin, le noir visage ? Mûrir belles inventions pour enchanter ses esprits ? Tourner les pages des autres, voir si d'elles viendraient Ondées fraîches et fécondes pour mon cerveau brûlé.
    Mais les mots bégayent, l'aide de l'Invention leur manque; Invention, enfant de Nature, fuit marâtre Etude ; Contre les vers étrangers viennent achopper mes pieds. L'enfant en moi veut parler, mais enfanter ne le peux, Je mords ma plume truande, m'étrille par dépit, " Sot, me dit ma Muse, regarde en ton coeur, et écris. "


  • " la thèse de l'ouvrage est radicale et tellement forte de conséquences : "le moyen âge a été chrétien comme les pays de l'est sont communistes" (publié en 1986), de sorte qu'il faut en finir avec "la légende saint sulpicienne d'un moyen âge baignant
    dans la foi chrétienne comme la sardine dans l'huile".
    qui donc, aujourd'hui, commerce autre chose que des images d'épinal habituelles sur le sujet médiéval ? qui travaille sur les textes de willem cornelisz d'anvers ou de bentivenga da gubbio ? de marguerite de porète ou de heilwige bloemardinne ? de soeur katrei ou de walter de hollande ? qui lit ou fait lire, commente et diffuse, les oeuvres de ces moines et moniales hédonistes, de ces bégards et béguines, amauriciens et autres picards, adamites de bohème, alumbrados et loïstes ? six pages de bibliographie, plus de quatre cents noms brillant dans cette constellation inconnue, et toujours autant d'universitaires pour se croire singuliers en faisant travailler leurs étudiants sur leurs propres thèses et travaux en cours consacrés aux sujets les plus éculés.
    [. ] placée sous le signe de la vie, de la naissance, des forces et des énergies qui la manifestent, la pensée de vaneigem, délibérément du côté de la résistance, se dévoue tout entière à la cause d'éros, de bacchus, de dionysos et d'un prométhée qui mettrait sa puissance au service des causes libertaires. " michel onfray.

empty