Koutoubia

  • Voici une version totalement renouvelée du Prophète, ce livre culte, mis au goût du xxie siècle par une experte dans l'adaptation de cet auteur. Le Prophète contient tous les éléments nécessaires pour fonder un code de valeurs laïques dans lequel tous les humains peuvent se retrouver, de quelque origine et de quelque religion qu'ils soient. D'où l'importance de remettre ces textes dans une prose fluide et actuelle.

  • Alors que Camus aurait eu cent ans, que reste-t-il de son oeuvre?? Par l'itinéraire qu'il nous propose entre l'Algérie d'hier et celle d'aujourd'hui, sur les lieux-mêmes où Camus se confronta à la condition humaine et aux drames de l'Histoire, Stéphane Babey montre la force et la pertinence d'une pensée trop longtemps vouée à la vindicte et à l'incompréhension. D'Annaba, où le destin de Camus rencontre celui de saint Augustin, à Alger la blanche en passant par Oran la pestiférée, ce livre est un voyage au coeur de la passion algérienne qui anima Camus jusque dans l'exil. Par cette plongée au coeur-même de l'inspiration camusienne, l'auteur montre quelle singularité et quelle force la terre d'Algérie a donné à une pensée de la dissidence, de l'intranquillité et de la fragilité de la condition humaine à une époque où la toute puissance de l'esprit idéologique semblait inexorablement dominer les consciences. Avec Camus, une passion algérienne, réédité à l'occasion du centenaire de la naissance de l'auteur de L'Étranger, c'est en toute complicité intellectuelle et spirituelle que Stéphane Babey s'attache à dire quel héritage ce maître nous a légué à jamais. Cet essai, loin des codes académiques, nous entraîne dans le voyage littéraire d'un écrivain foudroyé de soleil et bouleversé par la beauté métaphysique de l'Algérie.

  • Osmane échappe miraculeusement aux commandos de la Marine qui pourchassent un groupe de pirates fuyant dans le désert après l'échange d'une rançon. Comment ce jeune Somalien est-il devenu pirate ? Quel tragique destin l'a-t-il conduit de Mogadiscio en ruine jusqu'au village de Garaacad, où il partage la rude vie des hommes de la côte ? Pourquoi ces modestes pêcheurs sont-ils aujourd'hui des bandits qui défient les flottes des plus grandes puissances ? Dans un étourdissant et bref roman d'une belle intensité, Laurent Mérer nous plonge au coeur d'une dramatique histoire. Une histoire d'aujourd'hui. Laissant là le roman, l'auteur, marin et spécialiste de l'océan Indien, nous brosse dans un bref essai le tableau actuel de la piraterie dans le golfe d'Aden et le long des côtes de la Somalie. Un ouvrage original où la fiction la plus romanesque est suivie d'une analyse claire et rigoureuse de la situation.

  • L'inconnu d'Alger

    Stéphane Babey

    Que faire d'un père absent, quand on est un enfant, qu'on vit en france auprès d'une mère européenne, et que ce père est algérien ? père idéalisé pour un pays rêvé : s'approcher au plus près de cet inconnu en partageant avec lui les accidents et les errements de l'histoire, celle qui s'écrit, comme dit rené char, à la pointe d'un revolver.
    Jusqu'à ce que, crevant ce rêve, surgisse le visage de zoulikha. roman violent, tout d'amour et de révolte, de refus et de consentement, de parfums et de lumière. par cette blessure ouverte et par cette parole donnée, stéphane babey s'inscrit dans la lignée de kateb yacine et d'albert camus.

  • 1950. Alger vit sous le soleil de l'insouciance. La plage. Les sardines grillées. Les kémias, le soir, dans les bistrots populaires de Bab el-Oued. Et puis, descendant des terrasses, le parfum subtil du jasmin qui flotte dans les ruelles étroites de la Casbah.
    Naît alors un amour éblouissant entre deux adolescents. Roméo et Juliette à la mode algéroise.
    Survient la guerre. Les rues prennent les couleurs de la peur. Les attentats sont quotidiens. L'OAS finit par pratiquer la politique du pire.
    Entre truculences et peurs, entre rires et larmes, Une Éducation algéroise est un roman comme il s'en rencontre peu, où se dévoile, en toute innocence, l'âme d'un peuple attachant.

  • Dans ce roman Fariba Hachtroudi, retournée en Iran après trente ans d'exil, pour en " tâter le pouls ", met en scène une situation, à la fois surréaliste, abracadabrante et désopilante, quoique affligeante. Sa plume trempée dans l'humour noir devient alors une arme redoutable. Son héroïne, et narratrice, Anahita, est une jeune journaliste iranienne qui a l'âge de la Révolution : trente ans. Elle est envoyée en reportage au pèlerinage de Djamkaran : haut lieu de simagrées et singeries d'un autre âge. L'objet et le sujet de son enquête est le puits de la mosquée censé être l'antre du 12ème Imam, Messie attendu avec ferveur par les Chiites. Et ô stupeur, la jeune femme découvre qu'au pays de la lapidation et du machisme, le fameux Messie est... une Messie tout particulièrement féministe. Le récit, haut en couleur, drôle et décapant, marie humour et indignation, dérision et coup de gueule. Le vécu de la jeunesse déboussolée de l'Iran dépeint avec une impitoyable vivacité, le roman glisse peu à peu vers le pamphlet. Cette lecture est également une clef de compréhension de la situation actuelle de l'Iran, un pays à la culture millénaire, où le chiisme, pur produit local, fut de tout temps un facteur de résistance face à l'envahisseur étranger, tout autant qu'une arme entre les mains de certains des plus rétrogrades despotes locaux.

  • « Les Berbères, dit Ibn Khaldoun, racontent un si grand nombre d'histoires que, si on se donnait la peine de les mettre par écrit, on remplirait des volumes. » Comme dans toutes les littératures, les Berbères ont des fables et des contes d'animaux, où naturellement le chacal joue un grand rôle. À ce propos, le narrateur berbère aime à voir le plus rusé des animaux tomber dans les pièges que lui tendent le coq, la perdrix ou le hérisson. Car c'est double plaisir de tromper un trompeur.

  • Retour à Tanger

    Rachid Tafersiti

    Driss avait vingt ans quand il quitta Tanger, sa ville natale, à la suite d'une déception amoureuse.
    Pour oublier Farida, il prit la décision d'abandonner le monde de son enfance et de son adolescence. Il se réfugia en Belgique, où il finit par se construire une autre vie, complètement différente de celle qu'il imaginait avec Farida. Il reprit goût à la vie et retrouva le bonheur avec Christine, son épouse belge, et ses deux enfants, Catherine et André. Plus de quarante ans plus tard, retraité, il visite une exposition à Bruxelles : des photos de sa ville natale réveillent en lui des souvenirs qu'il avait fini par enfouir au plus profond de sa mémoire.
    Il décide de revenir à Tanger et d'affronter les démons de son passé, ces fantômes qui hantent secrètement son présent et dont il a souvent peur dans ses moments de solitude.

  • La sublime porte

    Alain de Savigny

    Immense empire parvenu à son apogée dans la seconde moitié du XVIe siècle avec le Sultan Soliman le Magnifique et Kheir-ed Din Barberousse, véritable organisation multinationale avant l'heure, l'Empire Ottoman a suscité frayeur et fascination parmi les populations chrétiennes d'Occident.
    Entretenir des relations commerciales et politiques avec la République Sérénissime de Venise ne l'empêchait pas de grignoter petit à petit les possessions de celle-ci en Méditerranée Orientale. De l'autre côté de l'Empire, l'avancée de ses troupes dans le Caucase et en Iraq, l'exploitation de l'Egypte prise aux Mameluks et la préparation de la conquête du Yémen ont porté le territoire ottoman aux limites du monde accessible.
    Ouvert aux experts étrangers comme à ses sujets des " religions du Livre ", sachant récompenser l'excellence, la réussite et la fidélité, l'Empire Ottoman a offert à ceux qui étaient entreprenants et compétents d'extraordinaires opportunités d'aventures, de carrières et de richesses. Ce sont ces opportunités qu'ont su saisir les héros de cette histoire dans le tome I, L'espionne ottomane. Cette fois-ci, Antoine de Saint-Vallier, jeune docteur provençal devenu médecin du Sultan Soliman, et son ami vénitien, Giovanni Moro, maintenant adjoint du Grand Architecte Sinan, sauront-ils neutraliser les plans diaboliques de la séduisante Monténégrine Mirjana ? Et leurs épouses, la brillante Vénitienne Anna-Laura et la charmante Berbère Salima pourront-elles trouver leur voie dans une société et à une époque où la place des femmes était à la maison.
    Ou au harem. Sur fond de rigoureuse vérité historique, ce roman nous fait découvrir Istanbul et les routes d'Anatolie, voyager dans les îles de la Mer Egée et à Chypre, et traverser l'Egypte pour découvrir une merveille alors inexplorée, le Yémen.

empty