Jourdan

  • « À la Pension Almayer, il y a sept chambres à louer. La moitié est peinte en vert, et deux autres sont dorées. » Cette comptine innocente résonne aux quatres coins du monde et du temps. Cachée dans un repli de l'univers, Madame Marthe et ses domestiques accueillent dans leur étrange hôtel sans adresse de non moins étranges personnages aux destins singuliers : rois, philosophes, soldats, enfants abandonnés... Certains sont là pour une nuit, d'autres pour une vie. Tous viennent chercher une chose : du repos, une pause à l'abri du temps et de la marche du monde, avant de reprendre le cours de l'Histoire. Mais peut-on vraiment arrêter le temps pour toujours ?
    La Pension Almayer est un projet collectif et singulier.
    À la fois roman graphique, recueil de nouvelles et beau livre, il nous raconte l'histoire d'une pension mystérieuse et de ses habitants, imaginée par Cindya Izzarelli à partir des portraits créés par Philippe Debongnie.
    Plusieurs auteurs reconnus participent également à l'aventure: François Emmanuel, Vincent Engel, Jean-Luc Fonck, GIlles Dal, Pietro Pizzuti...
    Le destin de chaque personnage, écrit sous forme de nouvelle indépendante, vient s'insérer dans la trame plus large de l'histoire de la Pension Almayer.
    Une histoire à tiroirs, donc, qu'on peut lire à petites doses, ou dévorer d'une traite.

  • À la fin du XIXe siècle, la Belgique était, en termes relatifs - taille et population -, le pays le plus riche du monde.

    En 1950, le Belge disposait encore du cinquième revenu mondial par habitant. Aujourd'hui, plus de 15 % de nos compatriotes vivent en dessous du seuil de pauvreté. Pire : 5% d'entre eux vivent dans un état de « privation matérielle », ce qui signifie qu'ils ne peuvent régler leurs factures ni se chauffer. Que s'est-il passé ?

  • 16 août 1897: la Belgica quitte le port d'Anvers avec une vingtaine de personnes à son bord, dont cinq scientifiques.
    En cours de voyage, la Belgica se trouve bloquée avant d'être emprisonnée par les glaces. Pour l'équipage, il faut se préparer à hiverner. La nuit polaire s'installe et la température diminue. Les explorateurs deviennent les premiers hommes à hiverner sur la banquise Antarctique.
    Pendant les mois d'attente, l'état-major se livre à diverses observations. Privés de la lumière du jour, souffrant d'anémie polaire, les hommes deviennent irritables et dépressifs. La menace d'un second hivernage pèse sur l'équipage.
    Le 31 décembre, un lac d'eau libre est aperçu non loin du navire. L'espoir renaît.

  • Guerre 14-18, dans les tranchées belges...
    C'est à cette époque que l'on vit, soulevée par un levain nouveau, cette haine. Contre l'armée belge d'abord, qui s'obstinait à donner des ordres en français à des Flamands qui, ne comprenant pas leurs officiers, se faisaient faucher comme les blés.
    Contre le Roi ensuite, qui n'était même pas légitime, et même contre son épouse, une Allemande dont on racontait qu'elle était une espionne à la solde des Boches.
    ... Les quelques Gantois restés fidèles au Graaf van Vlaanderen s'accoudaient au comptoir pour babbeler en toute tranquillité, se livrant parfois à d'étranges messes basses au cours desquelles l'on évoquait tout à la fois: l'indépendance de la Flandre, le suffrage universel, et surtout, bizarrement, cet abbé Daens, qu'on déterrait pour saluer le courage dont il avait fait preuve en osant affronter le tout puissant Charles Woeste.
    Quand la guerre serait finie, sûr que les cartes seraient rebattues.
    En attendant, chacun pleurait ses morts et s'enfilait une autre bière pour faire passer le chagrin.

  • La revanche du manant

    Pierre Guelff

    • Jourdan
    • 1 Décembre 2016

    Nous sommes au coeur du IXe siècle, l'An Mil, qui fait si peur, qui approche... Ghislain Pierre, un jeune Ardennais maltraité par ses parents, veut quitter la masure familiale. Il est alors conseillé et protégé par les moines d'une célèbre abbaye, qui l'emploient comme apprenti enlumineur et décèlent en lui certaines qualités. Secrètement, l'abbé croit connaître une noble filiation à ce jeune manant... Secret qui le mènera en Galice, sur le chemin de Compostelle et dans la cour des plus grands.  Dans ce roman historique et d'aventure, les voyages et séjours passionnants, intrigants, dangereux, parsemés de rencontres haletantes, se déroulent principalement aux Xe et XIe siècles.

    Nantis, rebouteux, ensorceleurs, moines - parfois lubriques et fanatiques -, passion amoureuse, trahison, belles âmes et truands, complots, branche maudite des puissants rois de Bourgogne... forment la trame de cette saga captivante.

  • Le gueux de mer

    H.G Moke

    • Jourdan
    • 15 Mai 2005

    Nous sommes au 16e siècle, à l'époque des pays-bas de philippe ii, fils de charles quint.
    Face à la répression et à l'inquisition conduites par le duc d'albe qui entend asservir les populations locales et les maintenir dans la religion catholique, des gentilshommes revendiquent leurs libertés et le retour de leurs privilèges. parmi eux, d'intrépides patriotes se rassemblent et, avec de petits navires médiocrement équipés, s'attaquent aux citadelles flottantes des espagnols. les troupes du duc d'albe, malgré leur supériorité numérique et militaire, n'étoufferont pas la rébellion de ces hommes au courage héroïque qui parviendront finalement à gagner leur indépendance.
    L'histoire de ces "gueux de mer" nous est racontée au travers des tribulations du jeune louis de winchestre, obligé de s'exiler, de renoncer à son titre, à sa fortune et à la femme qu'il aime pour défendre sa patrie et son peuple. de winchestre rencontrera, dans sa quête de liberté, de nombreux personnages, historiques ou fictifs, qui l'entraîneront parfois malgré lui vers des horizons toujours plus larges.
    C'est ainsi que, de chef des gueux de mer, il deviendra représentant du duc d'albe auprès de philippe ii et assistera aux dérives de la cour d'espagne, qui soutient ouvertement la sainte-inquisition. sur fond de guerre de religion, h.-g. moke nous livre ici un roman historique passionnant.

  • Dans ce livre, Dominique retrace la mémoire de sa mère, Louise, qui a toujours vécu en pensant avoir été abandonnée par sa mère biologique. Elle découvre que celle-ci était une jeune juive polonaise, déportée à Auschwitz en août 1942.

    Louise Lewkowitz, rebaptisée Liliane Demeuter, a été recueillie par un couple qui la protégera des nazis. Mais, à 12 ans, fini la clandestinité. L'adolescente doit reprendre sa véritable identité avec pour seule explication « ta mère ne viendra jamais te chercher ».

    Liliane se sent alors comme une étrangère. Mieux vaut ne pas poser de questions. Liliane répète pourtant souvent à sa propre fille : « tu te rends compte, elle m'a abandonnée. Je mourrai sans savoir à quoi elle ressemblait ».

    Dominique entame alors des recherches. Des documents attestent bien que Louise a été reconnue par sa mère biologique. Toutes deux ont des dossiers à l'Office des étrangers, aujourd'hui consultables. À 68 ans, « Liliane » y découvre une photo, un visage tant attendu.

    La sexagénaire visite alors la Pologne, les camps de concentration, arrête même ses antidépresseurs pourtant prescrits à vie... Les médias relateront son histoire touchante et bouleversante.

  • Les codes de la beauté au travers des siècles Mettre du rouge à lèvres peut paraître être un acte anodin que des millions de femmes font tous les jours sans se poser plus de questions. Pourtant, selon le contexte politique, religieux dans lequel on vit, cette façon de rehausser la couleur naturelle de ses lèvres peut être interprétée comme un acte de séduction, de revendication politique... La beauté souvent assimilée à une « arme de séduction » permet, en effet, de s´affirmer en tant que femme et de faire contrepoids à la force physique ou militaire des hommes. Ce n´est pas un hasard si tout au long de l´histoire, les religions, les régimes dictatoriaux ont tenté de garder sous contrôle cette beauté considérée comme un danger. La résurgence de l´obligation du port du voile en Orient, mais aussi pour les musulmanes d´Occident rend plus que jamais d´actualité cette question du supposé danger de la beauté féminine.
    Un bel ouvrage qui retrace les modes selon les époques.
    EXTRAIT :
    La recherche de la beauté est-elle innée chez les premiers hommes, ou n´est-elle que la conséquence de nécessités pra¬tiques telles que l´adaptation au climat ou des questions d´hy¬giène, qui auraient ensuite abouti à une véritable démarche esthétique ? Nul ne peut répondre...
    Les premiers idéaux de beauté féminins semblent liés à des be¬soins utilitaristes, tels que la survie de l´espèce ; mais il faut aussi s´interroger sur la place de la femme dans le groupe à l´époque préhistorique, et sur la liberté qui lui était laissée pour toute recherche ou première tentative afin de mettre son corps en valeur.
    Le critère de survie de l´espèce est un facteur central qui ex¬plique très certainement les premiers essais de mise en valeur des femmes qui, par des moyens artificiels (maquillage, habil¬lement), tentent d´émettre le signe qu´elles sont fertiles. Ce qui expliquera, plus tard, les réticences de certaines religions ou civilisations face à ce qu´elles assimilent à des mises en scène de signes d´excitation sexuelle ; une façon de tromper son partenaire.

  • Continent sans frontière

    Theo Francken

    • Jourdan
    • 28 Septembre 2018

    Brexit, euroscepticisme, attentats, peur culturelle de l'Islam... L'Europe vit des temps agités. Dans « Continent sans frontière », le secrétaire d'État Theo Francken démontre, de manière irréfutable, l'implication de l'immigration de masse dans cette évolution. Avec son style direct, il analyse les motivations qui poussent, chaque année, des centaines de milliers de jeunes gens issus d'Afrique, du Moyen-Orient et d'Asie centrale à entreprendre «la longue marche vers l'Europe». Une marche qui, depuis la crise migratoire de 2015, est devenue totalement hors de contrôle.
    Sans ménagement, Theo Francken dépeint la passivité que manifeste l'establishment traditionnel à cet égard. Il nous entraîne dans des lieux où les caméras ne pénètrent pas. Nous découvrons ainsi les coulisses politiques des Conseils européens et les mécanismes de l'industrie des passeurs, sans oublier l'Histoire tourmentée de l'Europe et les complexes moraux de notre société occidentale.
    En même temps, Theo Francken nous montre le chemin à suivre. En nous expliquant comment les choses peuvent se passer de manière différente ailleurs dans le monde et comment elles devraient se passer en Europe.

  • 1531 ; le phénix

    Thierry Jacquemin

    • Jourdan
    • 31 Janvier 2019

    1531, dans les Pays-Bas espagnols, misère et famine assaillent la population. Erard de la Mark, puissant Prince-Évêque de Liège, dispose pourtant de silos bien remplis, mais il les réserve pour négocier avec son puissant voisin, l'empereur Charles-Quint.

    Les armes et des valeurs humaines, parfois bien différentes, vont s'exprimer. Le récit explore à merveille et sans concession la psychologie et la motivation des protagonistes de ce XVI?e siècle.

    Cette fresque historique magistralement racontée est une ode originale et décoiffante aux premiers combats de l'époque pour la liberté en tant que droit.

  • Annie Cordy raconte les plus beaux contes et légendes de Belgique LIVRE AVEC CD AUDIO Voici des contes qui fleurent bon les veillées de jadis. On y retrouve tous les héros qui forment la base de la culture de nos régions, tels Tchantchès, Manneken Pis, le cheval Bayard, les dragons du Hainaut, les fées et les nutons de nos Ardennes, en un mot les plus belles et les plus vieilles légendes de Belgique, celles que se racontaient nos grands-parents. Très vite, la personnalité d'Annie Cordy s'est imposée. Ses talents de comédienne, son charisme et sa popularité, son attachement à la culture belge nous ont persuadés de lui proposer le rôle de conteuse. Une présence surprenante pour les lecteurs-auditeurs qui découvriront une nouvelle facette du talent de l'artiste la plus pétillante de Belgique. Annie Cordy tient ici un rôle capital : elle emmène ses auditeurs dans une histoire en s'adressant à eux comme s'ils Étaient réunis autour d'elle, dans un langage vivant qui laisse l'émotion s'exprimer. Vous trouverez dans ce livre cinq des principales légendes belges, illustrées par une jeune illustratrice, Vincianne Larielle : La Fée Lienne Le Lume on de Mons Manneken Pis Tchantchès La Chevauchée Bayard Vous pensiez connaître les plus célèbres contes de Belgiqueoe Laissez-vous surprendre par Annie Cordy... Coédition Jourdan Editeur - Editions de l'Arbre

  • Âmes sensibles, ne pas s'abstenir ! Larmes de joie, larmes de peine, larmes de honte...
    Toutes les émotions sont au rendez-vous de ce témoignage unique : pour la première fois, une des inculpées du fameux procès dit du " Softenon", qui défraya les médias belges, raconte l'histoire d'une famille plongée dans l'enfer. Cette famille et son médecin ont été inculpés pour avoir provoqué la mort d'un nouveau-né. Pourquoi un tel acte ? Dans quelles circonstances ? Comment le comprendre ? Faut-il l'accepter ? Les faits se sont déroulés à Liège en 1962.
    Un séjour en prison avilissant, un procès retentissant, un phénomène médiatique déconcertant ! Le questionnement est permanent... Il agit sur la lecture comme un appel à un monde meilleur, délivré des médicaments odieux vendus par des marchands sans scrupules. Un demi-siècle plus tard, les mots se font souffles puissants pour remonter le temps et vivre ce drame de l'intérieur. D'une plume simple, l'auteure nous raconte comment la mort du bébé de sa soeur va marquer le reste de sa vie.
    Dans sa préface, l'écrivain-éducateur Guy Delhasse use d'une formule poétique pour résumer ce livre : les souvenirs de Monique Coipel "transforment l'illusoire de l'existence en mémoire magnifique".

  • Sur les tréteaux et sur les ondes, les humoristes belges maîtrisent à merveille un art difficile, que Molière qualifiait d'«étrange entreprise», celui de faire rire les gens. Certains d'entre eux montent à Paris, pour y triompher aussitôt, tels Poelvoorde et Geluck, ou pour y faire carrière, à l'instar des Valardy, Ruben, Udiany... D'autres encore, comme Bruno Coppens ou les frères Taloche, arpentent avec succès l'espace culturel belge francophone, admirables ambassadeurs de l'humour du «plat pays». D'autres revendiquent un humour régional, parfaitement exportable quand on s'appelle Pirette, Lamy ou Marc Hermann.

  • Quel lien peut-il être établi entre Adélaïde de Bourgogne, impératrice du Saint Empire au Xe siècle, qui sera canonisée par le pape Urbain II, et Ghislain Pierre de Stavelot, enlumineur et citoyen du petit peuple ardennais ? Quelle est la clef de cette intrigue historique ? Dans ce roman en forme de saga se déroulant principalement dans la Bourgogne, l'Ardenne, l'Alsace médiévales et sur le Chemin de Compostelle, les légendes et les manigances se confondent souvent avec de vrais personnages. Particularité du roman : il a été écrit par l'un des derniers descendants de cette « lignée fantastique » !

  • Le 23 novembre 1923, Philippe, fils de Léon Daudet, fondateur de L'Action française, journal royaliste, antisémite et antimaçonnique, fugue. L'adolescent est coutumier du fait. Cette fois-ci, pourtant, il part avec l'intention de s'embarquer pour le Canada et la grande aventure. Devant l'impossibilité de mener à bien son projet, il regagne Paris où il va, sous un nom d'emprunt, frapper à la porte du Libertaire, journal anarchiste. Il annonce aux rédacteurs vouloir tuer le président de la République, Millerand ou son prédécesseur, Poincaré ou encore... Léon Daudet !

    Quatre jours plus tard, il est retrouvé sur le siège arrière d'un taxi, une balle dans la tête.

    Suicide ? Meurtre à caractère politique ? La question reste ouverte.

  • Caterina Bartoldi qui a vécu plusieurs années en Sicile est devenue une spécialiste incontournable de la Mafia. Dans ce livre passionnant qui nous entraîne de la Sicile aux Etats-Unis et en bien d'autres lieux, elle nous raconte une histoire cachée, difficile à appréhender. Elle nous décrit les structures secrètes, les symboles, les manières de communiquer et de fonctionner, ainsi que les grandes figures de la Pieuvre.
    Depuis des dizaines d'années, la Cosa Nostra est une organisation multiforme, mouvante, contrainte à d'incessants changements, par nécessité et par stratégie. On découvre ici une histoire d'abord rurale puis urbaine, locale puis planétaire et, depuis toujours, violente, même si la Mafia qui investit de plus en plus dans les capitaux de grandes entreprises témoigne peut-être, aujourd'hui, de moeurs moins brutales.
    A la lecture de cette extraordinaire enquête qui se lit comme un thriller, le lecteur découvre la Cosa Nostra, ses traditions, sa culture, et surtout, la place qu'elle occupe encore et toujours dans le monde.

  • D'or et de sable

    Ronvaux Marc

    • Jourdan
    • 12 Juin 2008

    A l'aube du XIIe sicle, comtes et ducs se disputent l'ancienne Lotharingie.
    L'un d'entre eux, Henri l'Aveugle, comte de Luxembourg et de Namur, se retrouve au gré de successions la tête d'un immense territoire...
    Le lecteur suivra, de sa jeunesse ses derniers jours, ce héros à la fois insupportable et fascinant.
    Ce grand roman historique, basé sur des recherches approfondies et des documents d'époque, nous plonge au coeur du Moyen Age. C'est le temps des croisades et des chevaliers, le temps des guerres et des pillages mais celui aussi où naît un nouveau monde: les villes s'éveillent, les abbayes fleurissent.
    Guerre et misère, amour et amitié, haine et fourberie: chaque page, le lecteur est surpris, emporté.
    L'écriture est élégante et facile. De plus, l'auteur a été récompensé par plusieurs prix.

empty