Jdh

  • La ferme des animaux

    George Orwell

    • Jdh
    • 11 Janvier 2021

    La collection Les Atemporels de JDH Éditions, réunit un choix de ces oeuvres qui ne vieillissent pas, qui ont une date de publication (indiquée sur la couverture) mais pas de date de péremption. Car elles seront encore lues et relues dans un siècle.

    Publié en 1945, après quatre refus d'éditeurs, La ferme des animaux commence par le rêve de Sage l'Ancien, un vieux verrat en fin de vie, exhortant les animaux de la ferme à prendre leur destin en charge. Les animaux se révoltent et chassent M. Jones, leur maître, afin d'établir une société plus juste, dans l'entraide et l'égalité. Mais très vite, les cochons forment une élite et, avides de pouvoir, asservissent les autres animaux... Cette fable satirique à l'humour grinçant, fait le parallèle avec la révolution russe. Thème cher à George Orwell qui s'est toujours érigé en libre penseur, d'une lucidité particulière, contre toute forme de totalitarisme, populisme, fascisme et impérialisme.
    Ébranlé, le lecteur est amené à réfléchir sur les régimes autoritaires, encore d'actualité de nos jours. Dénoncer la lâcheté des intellectuels, de la classe politique ou encore de la presse...

    Aïssatou Thiam, actrice française, ayant commencé aux côtés de Vincent Lindon dans L'irrésolu, a une trentaine de rôles à son actif. Ayant vécu plusieurs années à New-York, totalement bilingue et dénonçant elle-même les totalitarismes, elle est la traductrice de la célèbre oeuvre d'Orwell qu'elle préface.

  • Le colonel Chabert a été écrit en 1844 par Honoré de Balzac. Héros de la bataille d'Eylau, tous croyaient le colonel Chabert mort à Eylau jusqu'au jour où un homme se prétend être le colonel. Il revient à Paris après plusieurs années d'errance. Il a tout perdu : sa femme, sa fortune, son rang. Pourra-t-il ressusciter dans une société qui ne veut plus de lui ? C'est le combat dramatique de cet homme d'honneur que Balzac raconte, dans ce court roman, chef-d'oeuvre du réalisme balzacien. La collection Les Atemporels de JDH Éditions, réunit un choix de ces oeuvres qui ne vieillissent pas, qui ont une date de publication (indiquée sur la couverture) mais pas de date de péremption. Car elles seront encore lues et relues dans un siècle.

  • Claude Gueux

    Victor Hugo

    • Jdh
    • 17 Octobre 2019

    La collection Les Atemporels de JDH Éditions, réunit un choix de ces oeuvres qui ne vieillissent pas, qui ont une date de publication (indiquée sur la couverture) mais pas de date de péremption. Car elles seront encore lues et relues dans un siècle. Écrit en 1834 par Victor Hugo (1802-1885), Claude Gueux est un court roman dénonçant les conditions de détention du XIXe siècle ainsi que la peine de mort. Pour Victor Hugo ce n'est pas l'individu qu'il faut condamner, mais la société. Cette société qui engendre la misère, où le fort écrase le faible, où le puissant opprime le gueux. Un honnête ouvrier, forcé à voler pour se nourrir, se retrouve en prison puis à l'échafaud. On dit que ce roman a esquissé Les Misérables 30 ans plus tard. Arthur Saint-Servan préface de façon aussi personnelle que puissante un roman grisant pour cette bonne société qui fantasme sur le petit peuple de Paris (...) mais qui soulève un débat de société que plaidera Robert Badinter 147 ans plus tard .

  • Le diable au corps

    Raymond Radiguet

    • Jdh
    • 12 Janvier 2021

    Le diable au corps de Raymond Radiguet, roman sorti l'année de sa mort, relate l'histoire d'amour entre un jeune garçon désoeuvré de 15 ans et une femme mariée à un soldat qui se bat sur le front durant la Première Guerre mondiale.
    Franck Antunes, auteur de D(i)EUX, nous fait le plaisir de préfacer cette oeuvre.

    La collection Les Atemporels de JDH Éditions, réunit un choix de ces oeuvres qui ne vieillissent pas, qui ont une date de publication (indiquée sur la couverture) mais pas de date de péremption. Car elles seront encore lues et relues dans un siècle.

  • ZAD

    ,

    • Jdh
    • 12 Janvier 2021

    ZAD...
    Zone d'aménagement différé... Zone à défendre...
    Un secteur en friche, occupé par des irréductibles qui défendent bec et ongles le terrain qu'ils occupent. Qui se battent contre un projet qui vise à les exproprier. À les déposséder de leur patrimoine et de leur histoire.
    Pour un maire, c'est un problème épineux. Une navigation électorale entre le compromis et l'autorité.
    Pour ses administrés, un champ de bataille. Tant de vies y sont mêlées, tant d'intérêts y sont contrariés...
    Pour l'État, c'est une difficulté notable. Le droit est-il la force ? Et si oui, comment intervenir en faisant le moins de casse possible et sans se mettre l'opinion publique à dos ?
    Pour les promoteurs, c'est une opportunité financière. Mais si le capital ne suffit pas à convaincre, il y a toujours deux solutions à un problème...

    Mais qu'en est-il des principaux acteurs de cette situation infernale ? De ce petit village assailli par l'époque ? Que vivent-ils au quotidien dans cette précarité guerrière au coeur même du no man's land ?
    Et, est-ce les terres qui sont en friche ou les coeurs ?

    Julie Jézéquel et Christophe Léon signent avec le talent qu'on leur connaît une histoire bouleversante à travers toute une galerie de personnages extrêmement réalistes et attachants. Sans parti pris ou subversivité, ils parviennent à vous entraîner dans cette ZAD et à vivre parmi ses occupants, comme s'il s'agissait d'une terre que l'on connaît et qui compte pour nous. Un texte prenant, qui présente une situation connue de tous sous un angle prodigieusement humain.
    Yoann Laurent-Rouault, pour la collection Drôles de Pages.

  • Je suis retourné devant la villa, à l'orée du bois de Vincennes, pour comprendre. À la recherche de l'image d'un moment volé. À la recherche de quelques instants partagés. J'aimerais pouvoir écrire sur ces instants aussi. Faire le trajet en sens inverse. Revenir au point de départ. À cette station de métro. Et puis elle. La revoir elle. Qui était-elle vraiment ? À moins que je n'aie rêvé tout ça, ma Lolita. Le temps de ce mois de décembre est froid et humide. Je n'ai pas pris mon parapluie. La pluie bat le pavé en rythme. Mes personnages de papiers se révèlent sur la pellicule. Je vois trouble. Je ne sais plus quoi penser... Et j'en suis malade, même si je ne suis que le spectateur après tout... Détournement de majeur en La mineur. Le récit flotte entre les eaux troubles d'une double réalité. Celle d'un écrivain embarqué dans une sombre histoire où la fiction rattrape la réalité. Où ses personnages deviennent les témoins à charge de sa propre histoire. Intimiste, voyageur, prenant, ce roman de Thomas Degré entraine le lecteur dans un univers très particulier, qu'il serait vain de décrire ici. Surtout, sans musique pour accompagner le propos. Un texte de la collection Magnitudes qui devient au fil des pages une mélodie incomparable.

  • Quatre en quatre temps

    Sylvie Bizien

    • Jdh
    • 6 Novembre 2020

    Il était une fois Pénélope et la guerre battait la muraille du vieux Concarneau. Il était une fois Chelsea et il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là.
    Il était une fois Mélenn et avec elle le vent donne un sens à une vie.
    Il était une fois Baya et le voyage se poursuit sous les mers par vingt mille lieues de profondeur.
    Il était une fois et déjà nous sommes aujourd'hui.

    Quatre femmes en quatre temps.
    Et quatre fois vingt ans sont passés.
    Quatre époques, quatre vies, quatre destins qui s'étalent des années de fer et de sang à aujourd'hui et ailleurs. Les océans et les mers sont des prétextes pour s'éloigner et vivre une autre vie. Mais ce sont les grands oiseaux blancs qui indiquent aux marins que la terre est proche. Ce sont les phares qui balisent les destins comme ce sont les vents qui amènent les parfums d'ailleurs.
    Mais quel est le rapport entre ces quatre témoins et actrices de leurs siècles ? Un enfant perdu ? Un transport amoureux ? Une absence ? Une vérité absolue ? Une quête de sens ?

    En Bretagne, les Papous des Louisiades se font rares. Comme, les Indiens kunas des San Blas et les Maoris du Vanuatu... alors Sylvie Bizien est allée les rencontrer, à bord de son bateau, heureuse comme Ulysse d'avoir fait si beau voyage. Tout autour du monde, à la recherche d'elle-même, en compagnie de ceux qu'elle aime, elle a choisi le vent et la liberté pour la porter. Comme ces quatre femmes en quatre temps. Magnifique idée, qui imprègne les pages de ses romans.
    Documentée, précise, la navigation de ce livre est cartographiée âge après page. Vous ne vous perdrez pas, sauf si vous le voulez, mais là, c'est une autre histoire...

  • Stupeur et confinements

    Collectif

    • Jdh
    • 4 Juin 2020

    Stupeur et confinements... Deux mots qui ne vont pas très bien ensemble. Pourtant, face aux récents évènements, avec vécus et ressentis, un collectif d'auteurs s'est réuni pour produire ce recueil unique. Unique par sa diversité, par ses angles de vues, par ses opinions, par les questions qu'il soulève. Nous avons tous vécu la crise sanitaire de ces derniers mois avec colère, tristesse, angoisse, et au final, le temps aidant, avec du recul. Ce premier livre de la collection Les collectifs de JDH Éditions tape fort, voit loin, et redonne tout son sens au mot plumes . Á lire absolument ne serait-ce que pour vous y retrouver.

  • Alors que 2018 est l'année du centenaire de la disparition d'Edmond Rostand, Bruno Cras a tenu à lui rendre hommage en écrivant, dans le droit fil de son esprit et de son style, un dernier acte à son monument qu'est Cyrano de Bergerac. Comme la pièce originale se déroule sur une quinzaine d'années, Bruno Cras a imaginé que quelques temps avant le début de la pièce, Cyrano a croisé une prostituée qui lui a donné un fils qu'il a toujours caché par crainte du déshonneur. Le jeune Bergerac a désormais 20 ans et lorsqu'il apprend la mort de son père, il brule de le venger. Les vieux amis de Cyrano, Ragueneau et Le Bret, qui connaissent le nom de l'assassin, vont tout faire pour calmer la fougue du jeune homme et pour cela, ils vont demander l'aide de Roxane. Le sixième acte de Cyrano, écrit entièrement en alexandrins, commence donc juste après la fin de la pièce de Rostand.

  • Écrit en 1895 par Gustave Le Bon (1841-1931), La psychologie des foules est un monument dans le domaine de la psychologie et reste une référence, un socle incontournable, pour toute personne souhaitant comprendre ou ressentir l'âme des foules. Cet ouvrage a servi de base à de nombreux psychanalystes comme Freud dans Psychologie des foules et analyse du Moi ou plus récemment Didier Anzieu dans Le groupe et l'inconscient : l'imaginaire groupal . Ce monument est aujourd'hui préfacé par Benoist Rousseau, professeur d'Histoire, trader et blogueur. Ayant étudié en détail les comportements des foules sur le marché financier, il fait le rapprochement avec l'oeuvre majeure de Gustave le Bon, qu'il interroge face aux nouvelles foules qui émergent sur les réseaux sociaux.

  • Arnaud connaît un soubresaut brutal dans son existence. Le souvenir de son unique passion de jeunesse pour une femme d'affaires américaine, se réveille. C'était dix ans plus tôt, à l'île Maurice. Victime d'un accident mortel, elle lui laissait un héritage, il l'ignorait. En revenant sur l'île pour un pèlerinage, Arnaud se laisse captiver par la mélodie ensorcelante des brisants. Son retour intrigue, et le met en danger. Collection Magnitudes Dirigée par Yoann Laurent-Rouault Notre collection littéraire phare regroupe toutes sortes d'oeuvres littéraires, qu'il s'agisse de romans, de poèmes, de nouvelles, etc. Cette collection a la spécificité d'introduire des chiffres dans le domaine littéraire. Sur chaque livre de la collection est apposé un chiffre qui traduit le caractère plus ou moins choquant du texte. 5.0 Moyenne magnitude. Texte tout public. 6.0 Assez forte magnitude. Texte comportant des éléments susceptibles de heurter la sensibilité du lecteur. 7.0 Forte magnitude. Texte pour lecteur informé. 8.0 Très forte magnitude. Texte pour lecteur averti. 9.0 Magnitude extrême. Texte déconseillé aux âmes sensibles.

  • Le grand con

    Tony Gallau

    • Jdh
    • 6 Février 2020

    Ce roman interroge la capacité d'un homme, d'une femme à se relever d'une enfance au goût de sang. Se remet-on debout après la violence, les privations, les trahisons ? Après l'Amour ? Il peint cette valse funeste et poétique de ceux qui « vivent fort et crèvent tôt ». C'est la java des gaspards, des narvalos, des baveux et des suces calottes. L'amour, l'amitié se noient dans le temps des cerises à l'eau-de-vie. On a bien essayé de faire redistribuer les cartes à ce vieux salopard de croupier en slip. Mais ça n'a pas marché. La camarde a marqué le jeu. La morve au nez, elle se marre. Sortez vos mouchoirs. C'est son pote, le passé qui lui a refilé le microbe. Dans cette partie à l'aveugle, les gadjis dansent sur la table, les joueurs ont les mains sales et la vie est en crue. Tony Gallau, pour son premier roman, nous offre un texte « pas comme les autres », authentique, puissant et émouvant. Une chose est certaine, de la verdeur de son langage bourgeonne le sentiment. Collection Magnitudes La collection Magnitudes offre au lecteur une déclinaison d'oeuvres littéraires différentes, identifiées par un chiffre (rappelant l'échelle de Richter des séismes), qui n'a pas pour vocation de classer ni de noter, mais d'informer le lecteur sur le caractère potentiellement choquant du texte, en raison du vocabulaire utilisé, d'un climat de haine, de danger, de passages décrivant des scènes de violence, d'érotisme, ou de propos crus relatifs à la religion, la politique, les moeurs. 4.0 Faible magnitude. Texte tout public. 5.0 Moyenne magnitude. Texte tout public pouvant légèrement secouer certaines sensibilités. 6.0 Assez forte magnitude. Texte tout public comportant des éléments susceptibles de heurter certaines sensibilités. 7.0 Forte magnitude. Texte comportant des éléments pouvant choquer certains lecteurs. 8.0 Très forte magnitude. Texte pouvant fortement choquer réservé aux lecteurs avertis. 9.0 Magnitude extrême. Texte fortement déconseillé aux âmes sensibles. 9.5 Magnitude ultime. Texte pouvant très fortement ébranler le lecteur, totalement déconseillé aux personnes sensibles.

  • Childéric Sconce, quasi-quadra parisien, gratte-papier modeste amateur de danses de salon, va, par suite d'un malheureux accident de paso-doble et d'un coup de fil inattendu, se retrouver embarqué dans une douloureuse affaire d'enlèvement d'enfant. Afin de secourir une cousine hystérique et son rejeton mollasson, il va, flanqué d'une jolie étudiante et épaulé par des forces de police consciencieuses, franchir le Rhin et ses barrières mentales et se découvrir une âme d'aventurier, de celles qui font chavirer le coeur des belles esthéticiennes en mal d'horizons nouveaux. Et tant pis s'il lui faudra pour cela rater sa série préférée ! -Collection Nouvelles Pages-

  • Un aigle dans la ville

    Granotier Damien

    • Jdh
    • 18 Juillet 2020

    Quand un aigle épris de liberté, taciturne et solitaire entre en collision avec un poulet de basse-cour et se retrouve cloué au sol, il doit se résigner à rejoindre la ville qu'il avait quittée des années auparavant. La trouvera-t-il changée ? Devra-t-il pointer à Poule Emploi ? Saura- t-il s'y adapter alors que bon nombre de ses contemporains lui semblent marcher sur la tête ? Avec cette histoire rocambolesque librement inspirée des Contes de Grimm, des Fables de Lafontaine et du film d'animation Chicken Run, l'auteur met en exergue les travers de notre société d'une façon jubilatoire. Que vous ayez de 9 à 99 ans, ce livre vous donnera le sourire. JDH Éditions - Collection Nouvelles pages

  • La violence fait partie de nos vies et ses prestations de sévices sont vastes. Féminicides, violences sexuelles, violences familiales, conjugales, infanticides, violences verbales, violences en réunion, automutilation, âpreté des sentiments, domination, perversion, narcissisme... L'horreur est humaine. Son terrain de jeu est vaste. Tous, nous sommes, serons ou avons été confrontés à la violence. Dans ce collectif, neuf femmes et cinq hommes, d'âges et d'horizons différents témoignent des violences qu'ils ont subies comme des violences qu'ils ont données. Sans filtres. Parfois durement. Sous diverses formes. Entre témoignages et confessions, dans l'actualité des affres du confinement, des conséquences de ce bouleversement sociétal, ce recueil libérateur a pour but de vous emmener vers une réalité que beaucoup d'entre nous nient. Et qui pourtant, ne cesse et ne cessera de détruire des vies : nos violences conjuguées.

  • Doutes t.1 ; la part des anges

    Zéa Marshall

    • Jdh
    • 13 Novembre 2020

    Le monde peut bien tourner autour d'elle, Yaëlle s'en moque. Pourtant, à vingt ans, une jeune fille en fleur devrait s'étourdir dans la ronde des sentiments. Elle devrait vivre et se perdre dans ces tumultes intimes que seules les femmes connaissent. Elle devrait donner corps à ses amours rêvés.
    Landry est un play-boy, collectionneur d'histoires, taxidermiste des coeurs. Un esprit frappeur.
    Ils se rencontrent. La douce lumière du printemps angevin inonde les vignes, le renouveau de la vie écrase la morte-saison. Cette année, le vin sera bon. Tout comme lui, Yaëlle aura besoin de vieillir. De prendre de la maturité. D'associer saveurs et épices, parfums et force, de donner une nouvelle couleur à sa robe, et d'enivrer, d'étourdir Landry...
    Landry devra boire au calice de sa beauté, de son amour démesuré et il devra contrôler l'incendie qu'il a provoqué dans le corps et l'âme de Yaëlle. Pourtant, tout les séparent. Alors, ils se feront mal, ils s'écorcheront vifs aux barbelés de leurs tourments, se perdront coeurs et âmes dans la lie écarlate de leurs amours incandescents et nieront l'essentiel. Souhaitons qu'il leur restera à consommer la part des anges flottant quelque part entre ciel et terre...
    Il est des histoires qui nécessitent plusieurs tomes. Celle-ci en est une. Parfois crue, parfois poétique, parfois déroutante, Zéa Marshall offre à ses lecteurs, une fresque angevine, digne de ces histoires qui ont marqué plusieurs générations de spectateurs. Pionnière de la collection Romance Addict, femme d'expérience et de talent, notre auteure avec sa saga Doutes , vous emportera dans une douce ivresse des sens.

  • Petit traité philosophique... Ça ne fait aucun doute. Mais pas seulement. C'est trop réducteur.
    D'une confinée ?
    Oui, comme tout le monde à cette époque et encore maintenant. Et certainement à l'avenir.
    Mais cette penseuse libertaire est-elle confinable ?
    Ces évènements ont-ils eu le même impact sur vous que sur elle ?
    Du peuple ?
    Oui, par définition, mais là aussi, ce n'est pas si simple.
    Il s'agit plutôt du petit traité philosophique d'une extra-terrestre... ou mieux; de celui d'une terrestre extra. Troublante, dérangeante, intimiste, séduisante, délicieusement femme et incroyablement elle. La philosophie est réaliste, les textes choisis existent bel et bien, ces têtes pensantes d'aujourd'hui et d'hier ont bien des rues à leur nom, vous les avez certainement lus, mais le journal intime qui en découle est un inédit. D'ailleurs, les applications quotidiennes de cette philosophie sont surprenantes. Et ne dépendent que d'elle. De cette auteure et de son univers si particulier.
    Anne-Sophie Tredet, auteure atypique à l'intelligence rare, à la féminité précieuse, nous livre ici un texte remarquable, savoureux et à déguster avec humour, tendresse et recul. Fonceuse, imprévisible, rebelle, forte ou en détresse, elle ressemble tellement à son écriture que le titre aurait pu être celui-ci : Les confessions d'une jeune femme d'aujourd'hui face à une improbable époque.
    Un livre de la collection Drôles de pages, pour JDH Éditions.

  • RÉÉDITION DU BEST-SELLER TRADUIT EN ANGLAIS SOUS LE TITRE ROBIN HOOD WAS A TRADER . A prioiri tout oppose un trader à un communiste. Et pourtant... ce livre écrit par un trader démontre le contraire! Au travers d'un récit, sorte de court-métrage écrit relatant une scène de vie réelle, Benoist Rousseau explique à quel point, en se rendant à une simple fête des voisins, il pouvait être stigmatisé et susciter le questionnement voire le rejet dès qu'il se présente comme trader. Une stigmatisation due, bien souvent, à l'ignorance des gens quant au métier de trader. C'est au travers de dialogues croustillants, et avec une dose d'humour que l'auteur, en expliquant son quotidien de trader, sa façon d'être en opposition à la norme sociale consumériste, en arrive à la conclusion à la fois provocatrice mais finalement imparable qu'un trader pour compte propre est en fait un vrai communiste!

  • Bérénice part étudier l'économie à Londres et découvre les arcanes de la bourse au sein de l'un des plus gros fonds d'investissement de la City. Paul est un jeune homme ambitieux attiré par l'argent. Il travaille successivement pour une grande entreprise, un hedge fund et un fonds d'investissement. David Steinfeld gère des dizaines de milliards. Sa méthode de gestion est un secret bien gardé. Martin Laval est un gérant de hedge fund antipathique obsédé par le fric. Les destins de ces personnages s'entrecroisent dans un récit où l'argent se transforme en machine à broyer, au moment où la prochaine crise financière se profile.

  • Tout au long de ce témoignage largement inspiré des premières années de son existence, Jean-Marie Borderies nous fait partager ses craintes d'être abandonné par sa génitrice. L'histoire aurait pu être triste, elle est pourtant pleine d'amour et de tendresse. Fils de père inconnu, le petit bâtard évolue au fil de l'eau dont la couleur varie au gré des circonstances et des lieux qu'il rencontre. De l'eau trouble à l'eau noire,en passant par l'eau verte et l'eau rose, nous nous promenons dans ces villages ruraux et leurs traditions. Comment s'en échappera-t-il ? Seul reste bleu un point sur son épaule gauche. D'où vient-il ?

  • The term trader comes from the English word trade which means exchange, commerce . A trader is an individual who trades financial products on behalf of a bank or brokerage firm. His job is to buy and resell, buy and resell, to infinity and often in a very short time. In fact, the author is not a trader working for an institution but rather for his own account. He clearly differentiates between these two major categories of traders. Through a narrative, a kind of written short-movie recounting of a real scene, Benoist Rousseau explains how, by going to a simple neighbors' party in France, he could be stigmatized and cause questioning or rejection as soon as he presents himself as a trader. This stigma is often due to people's lack of knowledge regarding the profession of a trader. It is through crisp dialogues and with a dose of humor that Benoist Rousseau, explaining his daily trader life, his way of life in opposition to the social norm, comes to the simultaneously provocative but unstoppable conclusion that a trader working for his own account is actually a Robin Hood.

  • Le connard nu aborde le thème du refus de paternité (sujet ô combien tabou), avec en toile de fond les horreurs, malheurs et bonheurs de la vie de couple et de l'infidélité. C'est un roman de route. Percutant. Drôle. Amer. Et affreusement masculin...

  • La France traverse une période de bouleversements sociaux et politiques de grande ampleur. La colère gronde. La démocratie est en danger. L'ordre doit être rétabli. Seul un dieu peut accomplir cette mission. Mais pas un simple dieu. Le roi des dieux. En attendant son destin qu'il savait fameux, Jupiter jouait au théâtre, loin de ceux qui ne savent rien. De son berceau jusqu'au palais, a-t-il déjà regardé les pauvres ? D'autant plus qu'ils votent mal, quand ils ne s'abstiennent pas de voter. Alors eux aussi ont décidé de se mettre en marche pour venir le chercher. Cette pièce s'adresse aux gaulois réfractaires, pour qui la culture française signifie encore quelque chose.

empty