In Octavo

  • L'or des teinturiers

    Joëlle Delange

    Depuis la chute de la ville de Constantinople, les Turcs dominent la mer Egée et la mer Noire. Phocée (dans le golfe de Smyrne), où les Génois exploitent une alunière, tombe sous la féule de Memeth II.
    Au fil du temps, les tributs réclamés par le sultan sont si élevés que les marchands italiens n'ont plus les moyens d'extraire ni d'assurer le commerce de l'alun.
    Dès lors, le précieux minerai qui sert à  fixer la teinture sur les éoffes devient trop cher et trop rare. Mais sans alun, c'est toute l'conomie occidentale du textile qui risque de péricliter..

  • En pénétrant dans le hall glacé, l'odeur de moisi m'a saisie à la gorge. Des larmes sont venues effleurer le bord de mes paupières. Je les refoulai. Il ne me fallait pas commencer ma nouvelle vie par cet aveu de faiblesse. Je me redressai, saisis le sac de voyage qu'aucun domestique n'avait porté. Je reconstruirai Tournobert. Comment ? Je n'en savais rien mais je gagnerai l'argent nécessaire. Le monde a changé, les privilèges dus à la naissance ont été abolis. La Terreur s'est abattue sur la France, le monde des privilèges n'est plus ! Le révérend père François, prieur de Port-Sainte-Marie, se voit obligé de laisser derrière lui sa chartreuse qui deviendra vite un champ de ruines. Le destin de deux enfants dépend de lui. Il a promis à Guillaume, leur père, jeune frère convers et fils de paysan qu'il a élevé comme son propre fils, qu'il veillerait sur Pierre-François et Louise, des jumeaux nés de son amour éperdu pour Marguerite de Tournobert. Qui a tué Guillaume dont on a retrouvé le corps ensanglanté dans les bois de la chartreuse ? Qui saura réunir Pierre-François et Louise ?

  • La mémoire de l'oubli

    Martin Long

    Pendant que le garçon frappait aux portes, Haifeng examinait le cadavre. Même si le visage était gonflé, il reconnut sans peine l'assistant de la fouille archéologique, Hu Chang. Il l'avait vu sous la pluie avec un appareil photo numérique autour du cou ; le seul à avoir photographié la Femme de la tourbière. La tête du cadavre avait le même front haut, le nez tordu et de fines lèvres pincées, avec les mêmes touffes irrégulières de cheveux mal coupés. Un oeil était fermé et l'autre encore ouvert comme s'il partageait une dernière plaisanterie grotesque. Chine contemporaine La découverte d'un corps momifié dans un champ bouleverse la vie de l'inspecteur principal Tian Haifeng. Cette « femme de la tourbière » le fascine, le trouble, l'émeut. Il n'aura de cesse de résoudre l'énigme de sa présence et de sa disparition suspecte. Cette quête le mènera jusqu'au lointain territoire Ouïghour. Il y sera confronté au côté sombre d'un pays où personne ne doit jamais perdre la face y compris les instances dirigeantes. « Si nous mentons à propos de l'histoire nous contrôlons le présent », se justifient les hauts dignitaires. La fin justifiant les moyens (établir la suprématie Han), ils n'hésitent pas à humilier, terroriser et même tuer les Ouïghours. La ténacité de Tian Haifeng lui permettra, au péril de sa carrière et de sa vie, de découvrir une vérité extraordinairement dérangeante. Ce roman, au dénouement magnifique, est comme les précédents livres de Martin Long l'opportunité magique d'un voyage mouvementé en Chine mais ô

  • Marie de Beaudry est une " mouche " de la police parisienne sous le règle de Louis XIV. Dans "La Mouche et le Masque de fer", elle a enquêté pour résoudre l'énigme du mystérieux prisonnier au Masque de Fer. Dans "La double vie de la Mouche ": Sollicitée de reprendre du service par le marquis d'Argenson, elle va faire connaissance avec un univers dont les dames de la noblesse ne savent pas grand-chose : celui de la prostitution parisienne. En cette fin du 17e siècle, tant sur la rive droite de la Seine que sur la gauche, les " filles perdues " sont légion car grande est la misère du peuple. Cependant, l'aventureuse mouche comprend vite que ce n'est pas le principal souci du Lieutenant général de police : il subodore que les maisons de plaisir du Marais sont propices aux complots et que la marquise de Beaudry , en fine mouche qu'elle est, découvrira ce qui se trame contre le pouvoir en place. Car, et c'est un honneur que Marie ne peut refuser, Louis XIV a besoin de son concours pour déjouer les pièges que des félons fomentent non pas contre sa personne mais pour anéantir certains de ses conseillers qui pourraient bien être de sexe féminin. Outre que cette nouvelle enquête renseignera la mouche sur des pratiques dont les religieuses en charge de son éducation ne l'ont pas instruite, elle va lui permettre de vivre à nouveau des aventures palpitantes.

  • - On murmure que Guillaume vous a. comment dire. ensorcelé. que vous n'écoutez plus que lui, que. À sa grande surprise, son prieur qu'il savait prompt à la repartie, ne dit rien, baissa les yeux, peut-être parce que ce qu'il allait dire était trop intime, qu'il n'avait pas l'habitude de se confier, ou encore que ses sentiments étaient trop intenses.
    - Ne murmure-t-on pas autre chose Jean-Baptiste ? De plus. honteux ? Ce fut le tour du moine de baisser les yeux et sa large tonsure prit une teinte écarlate.
    - Le démon, murmura-t-il, sous la forme de la médisance s'insinue partout, Révérend Père. Même dans des endroits saints comme le nôtre. Une aura de mystère entoure les ruines de la chartreuse de Port-Sainte-Marie. Les maisons ont-elles une mémoire ? De quoi se souviennent les pierres ? ? Qu'ont-elles à vous dire de si important ? Guillaume Lemoine et Margot, sa jumelle, vont apprendre à leurs dépens qu'une simple chute de VTT a parfois d'étranges conséquences. Tout avait commencé au xviiie siècle, quand un paysan épuisé confia aux pères chartreux un enfant trop délicat pour le rude travail de la terre.

  • « La passe est matérialisée par un panneau qui indique l'altitude 5?416?m et par une multitude de drapeaux de prières emmêlés au-dessus d'un muret. Je sors la caméra pour filmer ce moment, historique pour Tanguy et moi. Au bout de trente secondes, la batterie tombe en rade. Il en sera de même pour nos appareils photos. Il fait -30°C. Malgré le froid, j'ai retiré mon gant pour ramasser des cailloux et ramener un souvenir du point le plus haut que j'ai jamais atteint. Fatale erreur ! en quelques secondes, je ne sens plus mes doigts. Kharsang me voit me tenir la main en grimaçant et se précipite vers moi pour me frictionner les doigts. » Ce livre dresse le portrait d'un pays méconnu, le Népal, et de son évolution économique et politique au cours de la dernière décennie. Il nous invite également à la découverte des Népalais et de Dipak, un guide à la personnalité particulièrement attachante. Enfin Itinéraire dévoilera à chacun, au travers de multiples anecdotes, que l'Aventure est à la portée de tous, à condition de le vouloir. L'écrivain est, plus qu'un autre, un homme en marche. Que sa plume vagabonde, et l'auteur chemine le long de crêtes prises dans les glaces, battues par les vents, baignées de lumière, inaccessibles autant que celles qui attirent l'oeil du marcheur et dont la seule présence alourdit son pas. À la différence, nous révèle Chris Nerwiss, qu'un voyage se raconte au retour, quand l'écriture reste avant tout un départ » .

  • C'est la richesse d'une vie qui construit la sensibilité des êtres. Nul doute que sa famille, son enfance, ses rencontres, son amour de la nature, entre mer et montagnes, mais aussi les épreuves d'une existence ont forgé l'âme et le coeur de Jacques Ebermeyer comme tout un chacun. Mais la capacité à pouvoir le traduire par l'écrit poétique est chose rare. Au fil du temps est un recueil de poèmes qui évoque la fuite inexorable des heures, des jours, des années. Tout débute avec l'enfance qui habite presque en permanence notre quotidien mais aussi se poursuit avec toutes celles et ceux qui nous ont quittés et qui nous accompagnent à jamais. Sans oublier ce présent parfois terrifiant, mais néanmoins porteur de l'espérance d'un avenir quelque peu apaisé pour nos enfants.

  • Maupassant trois vies

    Florence Lizé

    - Mais vous, Gisèle, n'êtes-vous pas écrivain ? - En effet, et peut-être ferai-je quelque chose de notre petite rencontre ? Je changerai le mois, la couleur d'une robe, je tairai une dérobade, mais qui saura décrypter verra bien que trois femmes qui aimaient le grand homme et avaient tout pour se haïr, se réchauffèrent le coeur au brasier de leur affliction le temps d'un court séjour. Septembre 1893, dans son manoir du pays de Caux, Gisèle d'Estoc, femme résolument libre et audacieuse, réunit deux mères : celle de Guy de Maupassant, Laure, et Joséphine Litzelmann, celle des trois enfants de ce fervent opposant au mariage. Au cours de cette rencontre, chacune, à sa façon, va dessiner les contours contrastés de l'Ogre qui vient de mourir. Mais l'écrivain deviendra imperceptiblement un puissant passeur d'émotions et tissera entre ces trois protagonistes des liens imprévisibles. Lors de leurs échanges, thèmes universels et courants de modernité se côtoient et s'affrontent. L'amour sous toutes ses formes est au centre du débat, et Guy, maître de cérémonie, se félicite outre-tombe d'avoir vécu si bien entouré.
    Florence Lizé est née à Rennes en 1959. Juriste de profession, elle est mère de quatre enfants. Très jeune, elle se passionne pour la lecture qui deviendra plus tard le pendant indissociable à l'écriture. Grande observatrice des comportements humains, s'inspirant de ses voyages et des détails du quotidien, elle dissèque les âmes et explore les sentiments. Son écriture se nourrit de la poésie des êtres et des lieux où l'amour distille toujours son indispensable lutte contre la trivialité des jours.

  • Jubile

    Henri Girard

    Automne 1965. Angelbert Luppin assiste à la cérémonie qui célèbre son départ à la retraite. Pendant 50 ans, il a été le cantonnier du village. Mais il est bien plus que cela... Les édiles qui pérorent sont loin de s'imaginer que le modeste jubilaire est un lecteur passionné, à la tête d'une bibliothèque qui ferait pâlir un critique parisien. C'est son jardin secret. Nul ne le sait.
    Remise des cadeaux... Surprise !
    Sur un coin de table, emballés dans du papier kraft, quatre livres l'attendent. Et quels livres ! Qui donc connaît son amour pour la littérature ? Qui donc lui a fait ce cadeau et pourquoi ? Peu de temps après, il repêche Hilaire, un jeune homme écorché, le fils du maire, dans l'étang de la propriété familiale. Dès qu'il apprend les raisons de sa détresse, le tout récent retraité décide de porter le fer contre la bêtise, avec la complicité d'Achille, postier farceur, et de Stephen, pléonasme ambulant puisqu'il est à la fois écossais et original...

    Ce roman se lit comme un polar, mais sans violence ni cadavre. Une ode au partage, à l'amitié, à l'amour et à la vie, servie par une écriture pittoresque et émouvante.
    Un nectar d'humour et de tendresse.
    Après avoir été comédien, recenseur de tombes, agent d'assurance, vendeur d'abonnements chez France-Loisirs, laborantin dans une beurrerie, etc., Henri Girard se mit au travail - sérieusement, affirme-t-il - gagnant ses galons de « déhèrache » dans une grande entreprise.
    Vaillant défenseur du point-virgule et de l'imparfait du subjonctif, il milite dans les associations de défense de la langue française. Il a écrit une demi-douzaine de romans avec l'entrain, la décontraction, la rigueur du dilettante et l'appétit insatiable d'un gai curieux. Il déteste le tapioca.

  • "Paul de Marinville signe ici un vrai roman d'aventure actuel où se mêlent savamment dosés, écologie, tourisme, amour sur un fond toujours magique et attirant, celui du Mont Saint Michel. On y trouve des personnages hauts en couleur, avec leurs qualités et leurs défauts, soumis aux aléas de l'évolution humaine et climatique. Pierrot, seul depuis l'âge de dix huit ans, vit près de Granville et exerce nombre de petits boulots : guide pour des groupes visitant la baie, surveillance de résidences secondaires en l'absence de leurs propriétaires et un peu de pêche... Cette vie paisible en pleine nature va basculer, tant sur le plan sentimental que sur le plan financier, avec la proposition d'un travail quotidien au sein de l'Observatoire de la Biodiversité Marine, visant la préservation de l'environnement. Cependant, se produit une succession d'évènements (ouragan, meurtre d'un militant écologique, arrivée de monstres marins...) et Pierrot se trouvera confronté alors à de nombreuses interrogations. - Pourquoi ce mystérieux rendez vous donné sur le net par une cliente peu ordinaire ? - Quelle peut être l'origine des disparitions humaines et des constats de mutilations découverts au fil du temps ? - Que vient faire le bateau grec amarré au port de Granville avec son étrange capitaine ? - Qui squatte la maison de son enfance, vendue pour combler les dettes de son père, mais restée sous sa surveillance ? Ainsi, le lecteur se verra porté par l'histoire de chaque protagoniste, et sera tenu en haleine par le sort de tous jusqu'au terme du récit, tel un véritable roman policier !

  • Des mômes, des mots, des mômes encore. Mots mis sur les maux des mômes, mots ornant leurs sourires, mots explorant leurs découvertes. Au centre de chacune de ces cinquante-six histoires, il y a l'enfant, l'écolier, héros singulier qui emprunte tour à tour au poète et au brigand, au comédien, au prince ou à son bouffon pour appliquer une touche de féerie sur les murs de l'école. Élémentaire?? Pas si sûr...

  • New-York, le jeudi rouge

    Joëlle Delange

    Vincenzo Campaneli, jeune paysan du sud de la France, réussit avec brio le baccalauréat.
    Invité par son richissime grand-oncle à New York, il embarque sur le prestigieux paquebot île-de-France, pour suivre des études de droit à Harvard. Victime d'un règlement de comptes, son parent, un mafieux de Little Italy, est tué juste avant l'arrivée de Vincenzo le Jeudi 24 Octobre 1929. Livré à la rue, le jeune homme rencontre Léopold, militant communiste...

  • Quand on vient de rater son Capes à cause d'une simple panne d'oreiller, les perspectives d'avenir ne sont pas réjouissantes. Que peut tenter Manon Melmann pour gagner sa vie ? Tailler les végétaux hirsutes des jardins de Paris ? S'improviser baby-sitter sans le moindre talent pour l'exercice ? Sous l'effet de circonstances inattendues, la voilà chroniqueuse radio. Le genre de tribune idéale, pense-t-elle pour bazarder quelques clichés de la pensée facile. Mais c'était sans compter sur le succès croissant, la peopolisation, la bêtise et l'agressivité de ses contemporains. Elles font un tintamarre funeste, les trompettes de la renommée.
    Née à Lorient, d'une Bretonne et d'un "gars de la Royale", Marylinn Maurage est enseignante en lettres. Tout en essayant d'apprivoiser des moutons sauvages d'Ouessant et des élèves de BTS (moins sauvages), elle tente de domestiquer les mots... et les maux de ses contemporains. Son premier roman Migrateur (L'Arganier) est salué par la critique pour son ironie, la nervosité du style et l'allégresse du récit. Pour Portrait de femme à la tête de chien, la romancière a choisi Paris, le plus urbain des décors, le plus sauvage aussi.

  • Le porteur d'os

    Richard Béard

    « Le Porteur d'os » est un roman dans lequel James Mason est diacre. Il a perdu son père. Sa mère l'a abandonné. Sa foi vacille. Sa fiancée est enceinte. Son église va fermer, faute de fidèles, rachetée par un antiquaire interlope. L'orteil de saint Thomas à Becket, précieuse relique de l'église de Tous-les-Saints de Genève, s'empare de l'esprit du jeune homme. Sous cette pieuse influence, James entame une carrière de pilleur de tombes pour le compte d'un trafiquant. Décidément, les Voies du Seigneur empruntent des chemins étranges, le long des allées des cimetières suisses, troublant le repos de quelques défunts célèbres -Jung, Calvin, Richard Burton, Chaplin. et même les chiens d'Elizabeth Taylor -Jay, mon garçon, comment vas-tu sortir de pareil sac d'os, aurait commenté feu James Mason Senior. Saint Thomas Beckett, Richard Burton, Charlie Chaplin, Jean Calvin et... les chiens d'Elisabeth Taylor sont accueillis en guest stars de ce roman au ton d'une drôlerie inimitable !

  • Ford Mustang

    ,

    En rejoignant un groupe de motards pour un week-end au coeur du Massif central, Boris et Yann cherchent à se détendre et à rompre avec leur routine familiale. L'occasion aussi de noyer doutes, échecs et culpabilité dans le cocon rassurant de l'amitié virile. C'est sans compter sur l'apparition imprévue d'Igor, frére aîné de Boris et révolté en cavale, qui débarque au volant d'une Mustang rouge sang pour se joindre à la troupe... Tragédie postmoderne, Ford Mustang déroule pied au plancher un récit emballé et emballant, noir et lumineux.

  • Elle n'a ni nom, ni sigle, ni acronyme. On n'en connaît ni la tête, ni les bras. Et pourtant?! Devant Elle, les banquiers tremblent?; les armées s'inquiètent?; les États sont impuissants. Que veut l'Organisation?? Vers quel futur improbable entraîne-t-elle l'humanité?? Même quand on s'appelle Ozen, comment rester zen avec toutes ces questions dans la caboche?? Du pur concentré de thriller !

  • Le piano de satin

    Geneviève Convain

    Gaëlle accueille son vieux père qui vient de sa maison de retraite passer le week-end.
    Toute la famille l'entoure et finalement Gaëlle décide de le garder auprès d'elle espérant ainsi qu'il mourra auprès des siens. Cette décision engendre des problèmes que chaque membre de la famille va approcher à sa manière.

  • Alors voilà, j'ai osé?: j'ai ouvert les Carnets d'Évolène et j'ai copié, écrit, tracé, tapé, la nuit, le jour, tous ces mots, toutes ces notes boulimiques, cette logorrhée insolite. Aujourd'hui, j'espère lui dessiner un visage nouveau, celui de la femme d'avant, celle que j'aurais pu aimer, la femme qui est dans mes pensées chaque jour, chaque nuit depuis vingt ans. Docteur R.

  • Mine de rien

    Franck Buirod

    Une famille recomposée : la mère, sa fi lle et le beau-père, un célèbre romancier à succès. Vient s'ajouter à ce trio Lise personnage ambigu du dernier roman d'Alain. Jusqu'au jour, où...! Une histoire d'amour qui se noue entre le beau-père et sa belle-fi lle. Une histoire d'amour qui ne se résume pas seulement à cette apparente immoralité. Jalousies, mensonges, culpabilités et secrets s'invitent dans toutes les interactions sentimentales des personnages. Un regard sans jugement sur le faux pas toujours possible, sur le pardon aussi, en tout cas une histoire qui ne peut laisser indifférent.

empty