Faubourg

  • Un soir d'été de 1931, Lilly Blackwood remarque les lumières d'un cirque depuis la fenêtre de sa mansarde.
    La petite fille a interdiction d'explorer les alentours de Blackwood Manor... Elle n'est même jamais sortie de sa petite chambre. C'est pour sa sécurité, lui répète sa mère, car Lilly fait peur. Mais cette nuit-là, elle est em- menée en dehors de la propriété, pour la première fois.
    Et elle est vendue au cirque.

    Deux décennies plus tard, Julia Blackwood hérite du manoir de ses parents et de leur élevage de chevaux.
    Elle espère que revenir sur le lieu de son enfance pour- ra effacer de douloureux souvenirs. Mais elle va décou- vrir une mansarde jamais ouverte, et les photos d'un cirque mettant en avant une étonnante jeune femme...

    Au début, le cirque des Frères Barlow n'est qu'une nouvelle prison pour Lilly. Mais au sein de ce monde violent et hétéroclite, Lilly va découvrir la force, l'ami- tié, et un lien incroyable avec les animaux. Rapidement, grâce aux éléphants Pepper et JoJo, et à leur dresseur, Cole, Lilly n'est plus seulement une petite attraction, mais le clou du spectacle... jusqu'à la tragédie.

    Avec l'histoire de Julia et celle de Lilly, Ellen Marie Wiseman dessine le portrait de deux femmes extraor- dinaires, très différentes, dans un roman qui nous emporte dans un monde étonnant

  • Ils sont huit. Huit personnages engagés dans un chassé-croisé qui aura pour théâtre Monc- ton, Montréal, New York ou Santa Fe. Parmi eux, Hope Fontaine, jeune femme sans attaches qui porte paresseusement sa quête : sa mère, férue d'astrologie, l'a en effet convaincue de partir à la recherche d'un poète acadien dont elle a trouvé le recueil dans le désert du Nouveau-Mexique.
    « C'est l'homme de ta vie », croit-elle.
    Un attentat dans une gare parisienne, un vieil homme qui retrouve le guerrier en lui, des artistes qui effacent et refont le monde, et puis l'amour, sous des formes parfois étonnantes... Il y a tout ça dans Vertiges , un roman dont le dénouement ne laissera personne indemne.

  • Ainsi donc, je mourrai là où je loge. Dans une boîte. Cela s'est imposé à moi alors qu'à l'aube, depuis le minuscule balcon sur lequel donne mon conteneur placé en bout de rangée avec une paroi à pic au-dessus de la mer, je guettais l'apparition du soleil. Lorsqu'il se lève sur ma gauche et que la nuit précédente, nous avons largué les amarres dans un port greffé sur le désert, je sais que nous avons mis le cap sur l'Asie.
    Et j'aurai beau attendre midi, un soleil à l'aplomb du radar qui coiffe le château et espérer une journée sans brume, jamais je ne parviendrai ne serait-ce qu'à deviner ce qui se trouve à bâbord. Un porte-conteneur ne fait pas de cabotage et ses occupants ont ainsi toute latitude, comme moi aujourd'hui, pour imaginer un lent déroulé de plages sablonneuses. La locataire de l'un des dix mille conteneurs du Ship Flowers entreprend, pour résilier son bail, de contacter son propriétaire domicilié dans un paradis fiscal.
    C'est le début d'une correspondance au long cours, rassemblée dans ce roman épistolaire.

  • Dans ce premier guide pratique de lecture à voix haute, les auteurs prennent le lecteur par la main pour l'emmener dans les coulisses de cet art singulier qui ne s'improvise pas. Comme le souligne le comédien Thibault de Montalembert dans sa préface, interpréter un texte revient à faire passer la musique de l'auteur avant toute chose, un travail plus proche du metteur en scène que de l'acteur. Vous saurez tout des pièges à éviter pour une lecture en public, des passages qui se prêtent le plus à la lecture à voix haute selon les genres littéraires et redécouvrirez Flaubert, Proust, Diderot, Baudelaire et bien d'autres sous un nouveau jour.
    Doté d'explications imagées et d'exercices amusants, ce livre offre une merveilleuse plongée dans les textes des grands auteurs.

  • Antidote à l'impuissance et au doute, le Festival des Idées a rassemblé à l'été 2019 de nombreux citoyens décidés à répondre à la panne du politique. Leur but : une alternative crédible face à des crises sociales et écologiques inédites pour éviter qu'en 2022, un nouveau duel Macron-Le Pen ne signe la défaite de la démocratie. Ce livre traduit et prolonge cet élan collectif. Les nouvelles générations prennent ici la parole pour nous prévenir : on ne pourra plus faire de la politique comme au temps des partis hégémoniques, ni passer à côté de la question climatique.
    Les lignes de fracture entre les différentes sensibilités de la gauche et des écologistes sont énoncées sans fard, mais des pistes sont ouvertes pour recréer du commun. Transition écologique à Loos-en-Gohelle, Villages du futur dans le Morvan, nouveau rapport à la propriété grâce aux organismes de foncier solidaire, initiative Territoires zéro chômeur de longue durée... les utopies concrètes décrites dans ces pages montrent combien le pays est plein de ressources pour imaginer et pour agir.
    C'est désormais à la société elle-même d'écrire son programme pour un futur désirable. Pour cela, nous vous donnons rendez-vous les 3, 4 et 5 juillet 2020 à La Charité-sur-Loire.

  • Ce livre aurait pu s'appeler « L'histoire de l'homme qui faillit inventer Facebook » ou « Le mystère de la disparition d'Elias Naccache ». Nous suivons, à travers l'enquête du narrateur, le parcours d'un enfant du siècle, né dans les années 70 au Liban, émigré dans la province française avant de monter à Paris pour y faire une ascension fulgurante dans le monde encore balbutiant de l'internet de la fin des années 90. Ce pionnier du Web disparaît à la fin des années 2010 à Raqqa où il est parti combattre Daech auprès de volontaires chrétiens. Son pétage de plomb est-il dû à son divorce, à sa proximité avec un mouvement identitaire ou à la nausée que lui donnaient ses millions ?
    Qu'est-ce qui a pu précipiter vers l'abîme un homme qui avait toutes les cartes dans son jeu ?

  • Marco, 36 ans, a décidé de porter plainte en justice pour discrimination fondée sur l'apparence physique. De sa beauté, il a trop souffert. Désormais, il va se défendre, demander réparation. Après tout, il n'y a pas de raison, le physique est l'un des très nombreux critères retenus par la législation française, et les Américains ont déjà ouvert la voix.
    Avec Marco, on plonge dans un groupe de parole à l'anglo-saxonne, où seize personnes au physique de rêve vont tenter de se convaincre que leur problème existe. Mettant en regard les contes traditionnels et les contes contemporains que sont les séries télé, l'auteure nous emmène dans un jeu de cowboys et d'Indiens où l'on ne parvient plus à distinguer ce qui est réel, ce qui pourrait l'être, et ce qui est pure fiction.

  • À l'aide ou le rapport W est un roman d'anticipation, où l'auteure décrit, à travers le rapport que doivent rédiger deux fonctionnaires, A et B, un régime où tout acte gratuit doit disparaître.
    Les grands-mères qui vont chercher leurs petits-enfants à l'école ? Une concurrence déloyale aux baby-sitters !
    Les voisins qui se prêtent une perceuse ? Une menace pour le secteur du bricolage !
    Dans le monde que dessine ce rapport, et qui serait en quelque sorte l'achèvement du libéralisme, tout doit être marchand, même les relations entre les gens.
    L'auteure manie avec talent le langage bureaucratique, cite des directives européennes bien réelles, et montre ainsi ce que la froideur administrative peut créer de monstrueux, l'air de rien.

  • Changer le tourisme Nouv.

    Nous sommes tous schizophrènes : nous rêvons d'explorer la planète entière, mais sommes allergiques au bruit des valises à roulettes en bas de chez nous.
    Ce livre est l'examen de conscience, sans dogmatisme, d'un homme qui toute sa vie a défendu le tourisme.
    Rémy Knafou se met à hauteur de citoyen-consommateur et propose de passer d'un tourisme « durable », aux prises avec ses propres contradictions, à un tourisme réflexif, conscient des enjeux.
    Protéger totalement certains lieux et en faire des « réserves », qu'elles soient naturelles ou culturelles, taxer la pollution générée par le transport aérien, développer des circuits courts dédiés aux touristes, au Louvre ou à Venise... : autant de leviers concrets pour enclencher une quatrième révolution touristique.
    />

  • Sous le ciel de maralinga Nouv.

  • Le temps de l'indulgence Nouv.

  • L'ombre de Lear Nouv.

    L'orage gronde, dans le ciel et les rues de Montréal, et la vie de Béa Rose n'échappera pas à la tempête. Béa a tout perdu. Son emploi, son compagnon, son logement. Mais la jeune femme rebondit, trouvant un emploi de régisseuse adjointe dans une troupe de théâtre itinérante. Cependant, toutes ses certitudes vont s'envoler les unes après les autres... Le directeur artistique de la troupe, Arthur White, est un ami d'enfance qui fait ressurgir à ses dépens de douloureux souvenirs. Le comédien choisi pour jouer le rôletitre du Roi Lear, Phil, est bien décidé à séduire Béa, malgré la présence de la metteur en scène, Mimi, son ex-femme. Et alors que la jeune femme commence tout juste à prendre ses marques, son père connaît de plus en plus d'absences et de d'errances. Sol, l'homme fier et déterminé, n'est plus que l'ombre de lui-même. Il y a aussi Cara, la petite soeur de Béa, la fille préférée de son père, dont la vie parfaite va voler en éclats... Les deux soeurs vont tout faire pour prendre soin de l'imprévisible Sol, mais l'état de santé du vieil homme dépasse rapidement ce que l'une et l'autre peuvent supporter. Les actes et les scènes s'enchaînent tant bien que mal. Le roi Lear , cette tragédie qui raconte l'histoire d'un homme qui doit choisir laquelle de ses filles mérite de monter sur le trône. Le roi Lear, qui va sombrer au fil des actes dans la folie, tout comme Sol...

  • La jalousie est un vilain défaut Nouv.

    Philippe Vallières est journaliste et biographe, et son sujet, Laurence Stewart (née Charier), une jeune vedette montante hollywoodienne d'origine québécoise qui incarne parfaitement le rêve américain.  Laurence n'est pas la seule à se confier à l'écrivain sur sa vie et son ascension vers la gloire ; sa soeur Chloé en a aussi long à dire, et tente de s'immiscer le plus possible dans ce projet de biographie et même dans la vie privée du biographe. Philippe doit aussi se plier au droit de regard de Catherine Steinbeck, l'agente de Laurence (et petite-cousine du romancier du même nom, lien de parenté qu'elle exhibe à la moindre occasion !), qui veillera à ce que rien pouvant porter atteinte à la réputation de Laurence ne soit mentionné dans le livre. Et finalement, Philippe doit évidemment des comptes à son éditeur ainsi qu'à l'éditeur américain, qui s'attendent à un récit révélant des histoires inédites sur la vie privée de l'actrice, et ce, à l'intérieur de délais extrêmement serrés. À mesure que le narrateur sent son projet de biographie déraper - tout comme sa santé mentale -, déchiré entre les exigences de tous les gens impliqués dans l'affaire, les lecteurs sont aspirés dans une spirale dont il est bien difficile de s'extraire.

empty