Etrave

  • Jour de cornice

    Xavier Jarry

    • Etrave
    • 12 Août 2020

    Alors que la petite ferme de la Meltière roussit sous les assauts d'un soleil impitoyable, la vieille Vitaline et son fils se battent contre les éléments, à moins que ce ne soit contre le mauvais sort. Le bétail souffre, les récoltes s'annoncent catastrophiques. Et puis, il y a madame d'Alençon, l'intraitable propriétaire des terres venue réclamer de colossaux arriérés de loyer. Le récit se déroule sur une période d'un mois, pendant cet été brûlant de 1976 resté dans les mémoires. On y suit les tribulations de la famille Vaugeois, jusqu'à ce fameux jour de comice où tout va basculer...
    Né en 1966 à Mortagne-au-Perche, Xavier Jarry réside en Champagne où il exerce le métier de consultant-psychologue du travail et de formateur en relations humaines. Il a vécu toute son enfance dans le village du Mage, près de Longny-au-Perche.

  • La ville d'Alençon a été le décor de mon enfance, vécue au pied du Château et de la Halle au Blé. J'étais un garçonnet heureux, éduqué par une mère institutrice soucieuse de perfection. Malgré les difficultés de cette période de guerre et d'immédiat après-guerre, l'ancienne « cité des Ducs » restait pour moi un théâtre à ciel ouvert fascinant. De nombreuses manifestations ponctuaient l'année, exacerbées par la concurrence idéologique entre « républicains » et « conservateurs ». L'activité marchande était vivifiée par la venue hebdomadaire en ville d'une population paysanne nombreuse, traitant d'affaires au cours de palabres animés. Mais surtout, comme beaucoup de mes camarades, j'attendais avec impatience le retour des forains de la Foire de la Chandeleur.

  • Dans le premier tome de ses mémoires, L'appel du large, Michel Adrien se souvenait de ses débuts de marin avec son père et de ses premiers pas de patron pêcheur explorant les côtes d'Afrique. Dans ce deuxième tome il poursuit le récit de sa vie, entre ses fonctions d'entrepreneur visionnaire et sa passion jamais démentie pour la mer et pour son île. Comprenant très tôt que les ressources de l'océan n'étaient pas infinies, il se lance dans le projet fou de «cultiver» les poissons. Parfois pris pour un illuminé, attaqué pour ses prises de positions en avance sur son temps, il a su maintenir son cap malgré les tempêtes. Risques, aventures, échecs, réussites... une vie de pionnier défile sous nos yeux, du Sénégal à la Floride, de la Chine au Pérou, du palais de l'Élysée aux dunes de Noirmoutier.

  • Au tournant romantique du XIXe siècle, le pays de l'Orne reste hanté par les fantômes de la Révolution française. Chouans, déserteurs et braconniers errent sur les chemins. La campagne est parsemée de vieux manoirs, de villages meurtris par la faim, les émeutes et les guerres. Tanneguy Le Veneur appartient à cette noblesse ouverte sur le monde et le progrès mais désenchantée par la Révolution. Dans un récit lumineux et haletant basé sur un important travail de recherches, Diane Pradal nous ouvre les portes du château de Carrouges dont les vieux murs de briques ont conservé les secrets de famille : destins tragiques, amours contrariés, réjouissances lors des foires, des bals, des chasses dans les forêts aux loups... Grâce à Tanneguy, personnage flamboyant et attachant, le lecteur entre dans l'intimité des Le Veneur, une famille normande face aux soubresauts de l'Histoire.

  • En 1890, Emmanuel Choleteau, simple matelot de l'île d'Yeu, embarque pour les Nouvelles-Hébrides (actuel Vanuatu) sans la moindre idée de ce qu'il va découvrir. À la fin du XIXe siècle, dans cet archipel du Pacifique, la tension est grande entre missionnaires, aventuriers généralement peu recommandables et tribus indigènes dont certaines pratiquent encore l'anthropophagie. Dans le cadre d'une commission navale mixte, mission est donnée aux marines anglaise et française, dont Emmanuel fait partie, de faire régner l'ordre sur ce petit territoire volcanique. En s'inspirant de l'histoire vécue de son arrière-grand-père et des journaux de bord de l'aviso La Saône sur lequel il était embarqué, l'auteur réinvente, dans un récit haletant, la vie d'un jeune matelot pris dans les tourbillons de la profonde et mystérieuse Mélanésie (Mélanésie, du grec melas, noir, et nêsos, îles - Le Nouveau Littré) .

  • Accoudé au bastingage, je me laisse emporter par le rêve et je mesure soudain les progrès immenses accomplis depuis ces temps lointains ou les traversées entre l'île d'Yeu et le continent représentaient une aventure.» Les choses ont heureusement bien changé depuis l'époque où le débarquement des passagers s'effectuait à dos d'homme, où la durée de la navigation dépendait de la direction et de la puissance des vents. Mais la traversée reste toujours un moment particulier, une parenthèse entre l'île et le continent. Les anecdotes savoureuses qui jalonnent le récit de Maurice Esseul témoignent de cette longue et riche histoire.

  • Pourquoi ce jeune boeuf s'est-il retrouvé au commissariat sur une liste d'objets à réclamer ? Qui est donc "la personne qui a été vue" dérober des fleurs au cimetière ? Que contenait cette petite sacoche noire perdue sur la route de Colonard à Mauves ? La rubrique des petites annonces du journal Le Perche recèle de véritables pépites : quelques mots bien choisis suffisent à suggérer d'étranges conflits, des mystères minuscules et, qui sait... des drames. Ces annonces dormaient dans les archives. L'auteur en a choisi une trentaine, parues entre 1942 et 1998. Il les fait revivre en autant de micro fictions grinçantes, drôles ou ironiques.

  • Dans les années 1930, Urbain, un artiste en quête de pittoresque, découvre une bourrine nichée dans une clairière a l'orée de Fromentine. Ayant fait connaissance avec son occupante, Marie Crochet, il franchit le seuil de la maison et c'est le début d'une aventure qui va durer près d'une dizaine d'années. Petit a petit, un groupe d'artistes se lie d'amitié avec Marie. Son authenticité de maraîchine est tellement appréciée qu'elle devient leur modèle. S'inspirant de personnages réels, l'auteur explore les mouvements picturaux qui animent la Vendée a la veille de la Seconde Guerre mondiale et nous fait découvrir Fromentine, station balnéaire en pleine évolution.

  • La pêche aux histoires se targue d'abondance sur les côtes de Vendée, et particulièrement dans les ports.
    C'est une drôle de pêche, délicate et subtile, qu'on pratique de jour comme de nuit. A la pêche aux histoires, j'y vais un peu tous les jours. Ça ne se prévoit pas la pêche aux histoires. Ça vous tombe dessus comme ça, accoudé au zinc d'un bistrot, autour d'une bonne table à l'ambiance rabelaisienne, dans la rue, au détour d'un quai... Et même si mes histoires prennent parfois quelques libertés - c'est que venant le plus souvent du large, elles ont déjà tant voyagé - elles sont toutes inspirées d'une vérité, d'un fait réel.
    Toutes racontent au plus près l'humour, les façons d'être, les travers attendrissants, la vie des gens d'ici. Une trame de vérité, pour une part de fiction. Vous savez bien, les histoires de pêcheurs...

  • Léo Trézenik est originaire, comme Octave Mirbeau, de Rémalard (Orne). Comme lui il a grandi dans le Perche avant de partir vivre une vie d'artiste à Paris.Les Histoires Normandes de Trézenik n'ont rien à envier aux contes normands de Maupassant ou de Mirbeau. Ils évoquent sans complaisance la vie dans le Perche du 19ème siècle.Ces contes, pour la première fois réédités, méritent une redécouverte. Ils sont présentés par Max Coiffait, auteur aux Editions de l'Etrave, de " Le Perche vu par Octave Mirbeau ".

  • Jean Guillou passionné d'histoire maritime, a passé se une grande partie de sa vie à sillonner les océans et à parcourir les contrées les plus reculées sur les traces des grands personnages et des principaux événements qui ont fait l'Histoire des mers du Sud.
    Voici, en 12 récits, ce que ses voyages lui ont appris et ce que les mers du Sud lui ont raconté.

  • Ce témoignage est une véritable odyssée ? Un parcours exceptionnel fait d'aventures, de risques, avec le souci permanent de partage, d'humanité et d'attention aux autres.

  • Lucien Descaves, ami des frères Goncourt, de Mirbeau, de Huysmans, avait fait de Senonches son havre de paix, « sa retraite beauceronne », loin du tumulte de la vie artistique parisienne. C'est dans cette ville qu'il connaissait si bien, à l'orée de sa grande forêt et de son étang noir, qu'il a situé son roman. Deux des héros sont des enfants de Soissons, des «hirondelles sous le toit», venus trouver refuge loin du front et des bombardements allemands et accueillis par deux familles senonchoises dont les destins vont être bouleversés par les événements. Gare à qui laissera échapper son hirondelle... Le style de Descaves est clair et rapide. Certaines pages sont d'un comique irrésistible et la galerie de portraits est riche : Chévremont, le vétérinaire républicain ; le docteur Chazey, maire de la bourgade ; Boussuge, le mycologue accompli ; ou encore la servante Zénaïde, « la malaisée », figure à la fois touchante et grotesque. Dans la veine des grands romans réalistes, l'auteur dresse un tableau sans concession d'une petite société de province prise dans la tourmente du premier conflit mondial.

  • Destination Coco-Plage Nouv.

    Destination Coco-Plage

    Collectif

    • Etrave
    • 20 Avril 2021

    Coco-Plage, aussi connu sous le nom de Sillé-Plage, évoque pour beaucoup des souvenirs ensoleillés et heureux. À l'origine du site, Gabriel Richefeu, dit «Coco», décide ou milieu des années 1920 de faire de l'étang aux rives marécageuses un lieu de détente et de baignade. Bientôt, la réputation du lieu va attirer des visiteurs de route la région. Le site de Coco-Plage est lancé !

  • L'île de Noirmoutier est une terre de conteurs. Le passage du Gois, le bois de la Chaize, les dunes de Barbâtre ou l'île du Pilier offrent, en effet, un cadre idéal à l'imaginaire et au merveilleux.
    Lydia Gaborit-Commard, "fille du pays", s'est passionnée depuis toujours pour cette tradition insulaire, cette parole populaire, poétique et colorée, subtile mélange de réalité, de rêves... et de quelques mensonges.
    De ce qu'elle a entendu, ici et ailleurs, elle a imaginé et réinventé sept récits qui trouvent naturellement leur place dans ces paysages pour faire à nouveau de Noirmoutier, une île aux contes.

  • Voyage en Océanie

    Le Soldat Boisard

    • Etrave
    • 15 Juin 2011

    Au cours du XIXe siècle, la rivalité entre missionnaires anglais et français s'étend sur toute l'Océanie. A Tahiti, d'incéssantes intrigues fomentées par le missionnaire et consul d'Angleterre Pritchard finissent par déclencher la colère de l'amiral Dupetit-Thouars qui annexe l'île en 1843 et y installe un gouvernement français. L'exil de la reine Pomaré IV, alliée des Anglais, entraîne des troubles importants. C'est le début de la guerre franco-tahitienne qui durera de mars 1844 à décembre 1846.

    Le soldat Boisard, embarque en 1843 à bord de la Danaé pour un long voyage vers le Pacifique. Son cahier manuscrit, récemment découvert, est le récit inédit de ce périple aux Marquises et dans les îles de la Société. Il y raconte la dureté de la vie en mer, la douceur des îles mais aussi la violence des combats de ce conflit oublié.

  • Depuis l'époque des Croisades jusqu'à la Révolution française, les manoirs du Perche ont connu leurs heures de gloire : nobles seigneurs, paysans de l'Ancienne France, voyageurs et colporteurs, toute la vie percheronne passait par là. Pourtant, derrière les harmonieuses façades à meneaux et les imposantes tours à machicoulis, il s'en passait de belles : crimes d'honneur, droit de cuissage, duels, vols en tous genres, vengeances, maléfices... Pouvait-on imaginer décors plus propices à ces 30 récits où l'iréel côtoie l'horreur, où le merveilleux se mêle à l'Histoire ? Journaliste et photographe pour divers magazines, dont seize ans au groupe Figaro, Laurence de Calan vit aujourd'hui dans le Perche où elle poursuit son activité d'écrivain et de rédactrice pour la presse nationale et locale.

  • Des pionniers bas-normands aux photographes contemporains, de la vue aérienne d'argentan au détail d'un retable, des épingles du pays d'ouche aux tissages du bocage, de flers à l'egypte, de l'effondrement de la tour de l'église de montagne au crash d'un c130 en forêt d'ecouves, les archives départementales de l'orne révèlent un florilège de leurs riches collections photographiques.

  • 50 semaines du père la bricole

    Collectif

    • Etrave
    • 19 Septembre 2008

    Ce livre rassemble 50 chroniques en " faux " patois (compréhensible par tous) parues dans le journal Le Perche entre 1915 et 1986. Ces chroniques traitent des sujets d'actualité (la guerre, les élections nationales/locales, les foires, les congés payés, l'arrivée de la télévision...) avec humour.
    Elles ont laissé beaucoup de souvenirs aux lecteurs du journal Le Perche, partenaire de cette opération.

empty