Editions Des Crepuscules

  • La situation de la psychiatrie, en crise aujourd'hui, faute de moyens, faute d'anticipation du manque de psychiatres annoncé, des nouvelles demandes, des changements sociétaux est préoccupante. La psychiatrie contrainte aux injonctions économiques, aux évolutions gestionnaires voit son offre de soins se rétrécir. Dans ce contexte, il est important d'affirmer notre identité, notre originalité : la psychiatrie est une discipline médicale aux pratiques plurielles. Les problèmes actuels ne doivent pas faire oublier ses avancées thérapeutiques considérables, depuis les années 60-70, ni jeter à nouveau, un discrédit sur les patients, ni renforcer les stigmatisations liées à cette discipline.
    Alors que le système organisationnel semble s'asphyxier, que les équipes sont épuisées nous souhaitons témoigner, aussi, des progrès réalisés dans l'approche et le traitement de la maladie mentale, du dynamisme des équipes depuis la création des secteurs surtout sur un département connaissant un haut niveau de précarité, le 93.
    Ces soignants ont fait preuve d'initiative, d'innovation dans tous les domaines de la prise en charge des patients. Cet ouvrage est la récolte de tous les récits de ces professionnels qui sont venus communiquer aux journées organisées par l'association RIVE de l'EPS de Ville Evrard.
    Se réunir tous les ans, autour d'un thème actuel, tel a été notre démarche. Psychiatres, psychologues infirmiers, assistant sociaux,... travaillant en psychiatrie ainsi que des usagers, des familles ont apporté leurs points de vue clinique et thérapeutique sur des sujets contemporains : le corps, la violence, les malades difficiles, les malades dange-reux, le secret, la migration et l'exil, la place de la parole en psychiatrie, le recours au sacré, l'homme et l'animal... Ces journées de rencontres institutionnelles ont été l'occasion d'élargir le champ de notre réflexion en y invitant sociologues, philosophes, historiens, chercheurs pour enrichir notre propos.

  • Nous sommes inspirés par des observations de baie, celle de Dublin, celle de la Somme. La mer s'y étend dans un mouvement de va et vient. Elle s'approche au plus près, puis presque dans le même temps, elle se retire au loin. Mais cette brève rencontre avec le rivage sans l'éroder a une conséquence.
    Dans le retour vers le large, elle laisse un trésor. Des poissons, des coquillages surpris sont là, guettés par quelques prédateurs humains ou quelques mouettes. Pour nous, ce serait quoi ce trésor laissé et découvert ? La beauté ? Le désir ? La vérité ? Le rien ?
    L'apaisement ?

  • « Lorsqu'en Mars 2016 les journaux nous montrèrent que la barrière de corail d'´Australie avait blanchi, nous étions nombreux dans le monde à sentir que l'heure fatidique était venue. » « Cette planète qui durant des millénaires a été le scénario le plus propice à la vie, à notre forme de vie, pourrait se transformer devant nos yeux en une demeure hostile, au soleil calcinant, à l'air toxique, à l'eau non potable, cause d'irritations de la peau et de complications respiratoires où les tissus s'affole, les sens s'altèrent et les germes échappent à tout contrôle. » « Peut-être n'est-il pas en notre pouvoir d'empêcher que les cycles de l'univers mettent fin au monde dans dix millions d'années, Mais nous pouvons éviter que notre activité LE DÉTRUISE EN TROIS SIÈCLES. » William OSPINA, février 2017

  • Fin 1532, Rabelais publie sa première version des Pantagruelines Pronostications et de l'Almanach pour 1533 en français. Il vient de réviser la réédition de Pantagruel, il a vraisemblablement achevé l'écriture de Gargantua, deux livres construits sur la même structure : naissance, éducation, guerre, explorations.

    Partout en Europe les idées des réformateurs diffusées grâce à l'essor de l'imprimerie compromettent la suprématie du pape, les guerres de religions font rage et reflètent les batailles entre les puissants Henri VIII, Charles Quint et François Ier.

    Rabelais écrit sur le fil du rasoir : François Ier réprime durement l'hérésie et l'Inquisition ne badine pas avec les condamnations au bûcher. Proche des thèses des évangélistes, il prône un retour à la pureté des Écritures et dénonce les profiteurs de tout poil. Désireux d'influencer François Ier sur le bon gouvernement d'un roi, il doit sa relative liberté d'expression à des protections puissantes.

    À travers le ton satirico-solennel, les énumérations galopantes, les lapalissades, les parodies de prédictions absconses et les joyeusetés de ce court pamphlet, Rabelais lâche la bride à sa fantaisie et il offre une lecture récréative et sérieuse d'un message qui dénonce l'hypocrisie et exhorte à des réformes profondes de la société.

    C'est dire la modernité des Pantagruelines Pronostications, à l'aube d'une nouvelle année.

  • Nicole Yvert poursuit sa recherche sur le transfert et son efficacité comme outil privilégié du psychanalyste, l'oeil toujours à l'écoute des bébés, à l'écoute aussi des tableaux. Elle tente par quelques récits précis, de nous en rendre compte, ce qui pour elle est une condition essentielle à la transmission de la psychanalyse et à la permanence de sa vitalité. Elle prolonge sa réflexion sur la pensée sans les mots, qui est celle des bébés et des arts graphiques, plastiques, entre autres, en proposant pour en fournir un modèle métaphorique dynamique de faire appel à la langue graphique chinoise, langue de pictogrammes, images, traits, dessins indicateurs de mouvements tant psychiques que physiques, caractères d'écriture non transcriptive, et de mettre ceux-ci en résonnance avec les Pictogrammes introduits par Piera Aulagnier dans sa métapsychologie dépliée dans le célèbre ouvrage La violence de l'interprétation, du pictogramme à l'énoncé. Seraient ainsi honorés à ces yeux ce souhait et ce souci de Freud de veiller à ne pas figer et refroidir dans des représentations de l'appareil psychique trop topologiques, l'énergie vive.

  • "Parce que, dans l'une et les autres rencontres, je butais naïvement sur une énigme : pourquoi, comment, ces rencontres vous touchent-elles à ce point? Car énigme il y a. Qui me requiert à proportion qu'elle me résiste, comme celle des fleurs du cognassier ou celle de l'herbe des prairies." Philippe Jaccottet

  • Biographie du poète et écrivain J. Daive, avec une généalogie de son oeuvre, un retour sur les premiers repères de l'enfance à l'origine de thèmes tels que la relation à la frontière, celle au visible et à l'invisible ou celle au franchissable. Sont également abordés les villes, les paysages et les hommes qui l'ont marqué, dont font partie S. Mallarmé, E. Hemingway et R. Creeley.

  • Une histoire de famille, encore une direz vous, confrontée à la volonté d'une ascension sociale dans la jeune Allemagne de l'après guerre de 1870, emigrante pour le Mexique de Porfirio Diaz, se mètissant dans le fracas des Révolutions et contre révolutions, revenant dans la vieille Europe, à Berlin, en 1932, s'y épanouissant jusqu'en 1943, passant par la Suisse pour s'installer en France en 1947.
    Dans cette famille, l'histoire d'une femme, ma mère, croisant des évènements historiques exceptionnels sans avoir l'air d'en être affectée, comme c'est le cas pour beaucoup et de tout temps.
    Un conte ordinaire, adressé à une part d'enfance plus ou moins enfouie en chacun, construite sur la trame choisie par Johannes Brahms pour son requiem allemand.
    La nouvelle collection Ombre & Lumière publie des récits et des mises en fiction témoignant des enjeux de l'entrée dans une psychanalyse, de l'univers de la cure, de ses impasses et trouvailles ainsi que des processus transférentiels qui donnent naissance au sujet et à son histoire.

  • Au départ il y a un deuil. Celui d'un père faible qui, mourant, se défausse du bannissement de sa fille, alors adolescente, pour satisfaire la jalousie d'une mère. Il y a donc une mère, proclamant «?tout ce qui me dérange je l'oublie?», barrant ainsi l'accès à la parole vraie.

    Comment sortir de cette misère symbolique quand le déni est la norme familiale?? Par la dépression, évidemment incompréhensible aux yeux de la fille devenue femme, insomniaque et paralysée dans son travail de monteuse de documentaires.

    Les raisons de son effondrement s'éclairent grâce à sa rencontre avec la Subtile, analyste accueillante dont la voix chaude d'où fusent les accents d'une langue maternelle étrangère, permettent à la patiente de nommer enfin le sentiment d'exil qui l'habite depuis toujours, d'explorer le chagrin d'un passé sans tendresse, de recouvrer l'appétit de vivre et de dormir la nuit.

    Ce livre trace avec force l'itinéraire d'une entrée dans une psychanalyse et de son déploiement dans le temps, initiant le lecteur aux liens inconscients du transfert, de l'oedipe, au roman familial, à la puissance des signifiants et des préjugés insufflés par l'ignorance.

    Explorant la paranoïa de l'antisémitisme pétainiste, le drame des luttes fratricides entre algériens avant leur indépendance et l'histoire du textile dans le Nord de la France, ce livre dense historicise des conflits inhérents à la société contemporaine.

  • Brille babil - squealer. revue de l'essai Nouv.

empty