Du Mont

  • Un des plus grands récits d'alpinisme.
    Dans cet ouvrage publié aux Etats Unis en 1965, Tom Hornbein raconte son extraordinaire aventure, l'ascension victorieuse de l'Everest par l'arête ouest aux côtés de Willi Unsoeld ainsi que l'histoire de l'American Mount Everest Expedition, dont l'objectif premier était de gravir l'Everest par la voie déjà connue du col sud. Ce n'est qu'après le succès de Jim Whittaker - premier Américain à atteindre le sommet de l'Everest - et de Nawang Gombu que l'équipe de l'arête ouest a pu tenter sa chance. Il ne lui restait que peu de temps pour y parvenir. Malgré un vent féroce et des compagnons impatients de rentrer chez eux, Hornbein et Unsoeld ont persisté jusqu'à atteindre enfin le sommet le 22 mai 1963 à 18h15. En redescendant par le col sud, ils furent contraints de bivouaquer à 8530 mètres, sans nourriture, sans oxygène et sans abri.À ce jour, seuls quatorze alpinistes ont réussi à gravir l'Everest par l'arête ouest. Tom Hornbein et Willi Unsoeld furent les premiers à y parvenir.

  • La bataille du Cervin ; la véritable histoire de la conquête Nouv.

    La première ascension du Cervin est l'une des histoires les plus célèbres et l'une des affaires les plus passionnées de l'alpinisme. Dans ce récit, l'historien Pietro Crivellaro nous en dévoile des aspects moins connus en menant une enquête en bonne et due forme. Une enquête basée sur des documents originaux qui mettent au jour de nouvelles intrigues et des manoeuvres en coulisse. Le duel Whymper-Carrel se révèle ainsi être une véritable bataille post-Risorgimento (l'unification italienne), où Quintino Sella, industriel du Piémont, alpiniste fondateur du Club alpin italien et ministre des Finances, guide ses amis italiens pour contrecarrer l'invasion par les Anglais « de nos Alpes ».

  • Cheminements : llettres d'altitude et d'ailleurs Nouv.

    Une vie de guide aux quatre coins du monde.Dans ce récit Michel Zalio utilise la forme littéraire des correspondances pour livrer ses réflexions sur son expérience de guide. Trois jours au mont-Blanc avec Olga vont bouleverser sa perception de la vie, bousculer ses certitudes, mais aussi le révéler à lui même. Son regard s'élargit. Sa vie de guide le mène sur toutes les montagnes du monde, du Kampchatka à la Patagonie en passant par l'Himalaya et dans les déserts du Sahara. Il guide des clients aux multiples facettes qu'il dépeint avec humanité. Il y rencontre des personnages riches, attachants qu'il décrit avec sensibilité.Ce récit, très personnel, nous charme par son écriture poétique ; récit de vie et d'amour, l'humanisme qui s'en dégage nous transporte très haut.

  • Sans doute l'une des plus grandes aventures alpines.

    Le légendaire alpiniste britannique Doug Scott raconte la première ascension d'une montagne appelée l'Ogre située dans le massif du Baltoro au Pakistan. Dans la première partie, Doug Scott présente ce sommet, impressionnant par sa complexité et la raideur de ses parois. Il relate la formation géologique et les premières explorations de cette région. La deuxième partie est le récit de la première ascension de l'Ogre qu'il a réalisée avec Chris Bonington. Un récit très attendu car cette histoire est l'une des plus grandes aventures alpines de tous les temps. Lors de la descente de cette terrible paroi, Doug Scott s'est fracturé les deux jambes et Chris Bonington, des côtes. Doug Scott raconte les rôles héroïques et altruistes joués par Clive Rowland et Mo Anthoine en se référant à des journaux, des lettres et des cassettes audio récemment découverts. Quand les alpinistes désespérés ont finalement regagné le camp de base, ils devaient le trouver abandonné et eux-mêmes encore loin de la sécurité.

  • « L'Everest, pour des gars qui n'en ont rien à battre de la montagne, y'a pas pire châtiment ! ».
    Basile, un guide d'origine citadine reconverti en éducateur de rue, les a prévenus. Mais avec une prime de 100 000 dollars à la clé, Freddo, Karim et Kevin qui n'ont jamais mis les pieds en montagne, sont prêts à prendre tous les risques. C'est précisément ce qu'escomptait le président Laurier, sponsor de cette expédition improbable. Il espère ainsi venger sa fille Caroline qu'ils ont sauvagement agressée dans le RER.
    Pour Basile, il s'agit d'un double challenge : ramener les trois voyous sains et saufs, et les conduire sur le chemin de la rédemption par la montagne. Ce qu'il n'avait pas prévu, c'est la rencontre à huit mille mètres d'altitude avec un alpiniste en perdition et les conséquences dramatiques de sa décision... Parfois, les hommes sont plus dangereux que la montagne, car la montagne ne connait ni haine, ni vengeance.

  • En ce jour ensoleillé d'août 2008, onze alpinistes meurent près du sommet du K2. Le Ciel pour linceul est l'un des meilleurs récits qui ait été écrit sur cette tragédie, et sur ce qui s'est passé sur la montagne ce jour-là. Le 2 août 2008, au K2, ils étaient Américains, Suédois, Hollandais, Espagnols, Français, Italiens, Serbes, Coréens. Dans cet ouvrage, les auteurs se placent du point de vue des sherpas Népalais et des porteurs Pakistanais (originaires de Shimshal, vallée de Hunza), sans qui la catastrophe eut été encore plus grave. Ils ne jugent pas les comportements des alpinistes occidentaux ou asiatiques mais révèlent les actes héroïques des sherpas en altitude et apportent un éclairage sur leur immense talent, la force et la loyauté dont ils ont fait preuve.
    Quand la plupart des grimpeurs faiblissaient dans la descente du sommet du K2, les sherpas déjà descendus au dernier camp d'altitude, remontaient leur porter secours, risquant à nouveau leurs vies. La vie de ces hommes natifs de l'Himalaya, travailleurs infatigables qui risquent tout pour satisfaire les ambitions de ceux qui les emploient, nous est décrite et nous révèle leurs croyances, leurs traditions et leurs valeurs. On découvre ainsi ces personnages, peu cités, voire inexistants dans la majorité des récits d'ascensions en Himalaya, avec leurs peurs et leurs espoirs...

  • Un monde fascinant et dangereux. Brunette, la chèvre des montagnes, poussée par le goût de l'aventure, est partie à l'aube explorer seule le glacier malgré les conseils de prudence de ses amis. Elle disparaît dans une crevasse. Restés au bivouac, ses amis ne distinguent plus aucune trace de Brunette à leur réveil. Ils la pensent perdue à jamais dans les glaces. Mais Brunette, en tombant dans une crevasse, a eu de la chance.
    Un tapis de neige a réceptionné sa chute. Elle s'en sort sans une égratignure. Elle est tombée au coeur d'un palais de glace. La petite chèvre cherche alors une issue pour sortir de ce piège. Au fil des pages, les petits lecteurs découvriront le monde des glaciers : les bédières, le tardigrade, les séracs ... Et Brunette va réussir à sauver sa pelisse !

  • Marie Quat'Sous

    Gisèle Dutheil

    Elle a vécu les sabots aux pieds, mais en femme libre et déterminée.

    C'est l'histoire vraie de Marie, née en 1923 à Egliseneuve-près-Billom dans une famille de petits paysans. Chez elle, l'argent ne coulait pas à flots et il fallait travailler dur pour gagner peu. Son père n'a pu lui transmettre que l'amour de la vigne et le respect de la terre, mais malgré les difficultés et les malheurs qui se sont succédé, elle a poursuivi résolument son but : devenir enfin propriétaire de ses biens.
    Son récit nous emmène dans la campagne auvergnate d'autrefois et témoigne de l'évolution de la vie et des moeurs depuis les années vingt jusqu'à aujourd'hui.

    « . Et toujours le même regard, droit, direct, les yeux grands ouverts en face de l'objectif qui indiquent assurance et détermination. Car Marie sait ce qu'elle veut et le fait savoir.
    Faut dire qu'avec l'existence qu'elle a eue, il en a fallu, du tempérament, pour réussir à survivre. Il y avait les champs, les bêtes, le travail à faire tout au long de l'année, sans vacances ni jours fériés, dans le froid rigoureux des hivers auvergnats comme dans la chaleur étouffante des journées d'août. Le reste, on mettait son mouchoir dessus et on continuait comme si de rien n'était. »

  • Plus qu'un simple récit de montagne. Une histoire d'amour, belle et pure comme les sommets.

    Cette histoire commence et finit sur le Kangchenjunga, le troisième sommet le plus haut de la Terre, l'un des plus difficiles à gravir. C'est une histoire épique, une histoire d'alpinisme, mais aussi et surtout, une histoire d'amour et d'accomplissement intérieur. Nous sommes en 2009. Nives Meroi est en compétition avec deux autres alpinistes pour gagner le titre de première femme à avoir conquis les quatorze 8 000 de la planète. Comme elle l'a toujours fait, elle aborde le Kangch, son douzième sommet, en cordée avec son mari Romano et sans « compromis » : ni porteurs de haute altitude, ni oxygène. Mais, à quelques centaines de mètres du sommet, Romano ne se sent pas bien et s'arrête. Que va faire Nives ? Poursuivre la conquête de ce sommet, comme beaucoup le lui auraient suggéré ? Non, sans la moindre hésitation, elle abandonne la course, incapable de laisser Romano attendre seul. Ainsi se conclut le premier acte de ce récit. S'ensuivront trois autres dans lesquels interviennent la maladie, la complicité, la capacité d'attendre, la volonté de réagir.

    Ce récit vivant et plein d'humanité a la force du témoignage, d'une grande histoire vécue. Une histoire de couple avec ses hauts et ses bas, au sens propre comme au figuré. Ce n'est pas un simple journal d'ascensions himalayennes, c'est également un livre qui peut inspirer tout un chacun, homme ou femme. Nives Meroi est une alpiniste connue d'un très large public. L'écrivain et poète Erri De Luca lui a consacré un livre : Sur les traces de Nives (éd.Gallimard, 2006) ; il est l'un de ses amis de voyage.

  • La guerre est terminée. Firmin va rejoindre son Auvergne natale où ses parents lui ont choisi une fille à marier. La jeune et belle Anaïs saura t-elle lui faire oublier Irma avec qui il s'était juré de fonder un foyer et qu'il a dû, contraint et forcé, abandonner de l'autre côté du Rhin ? Parviendra t-elle à l'arracher à ce souvenir ?

    Une belle histoire d'amour au sein de ce milieu rural où l'entraide et la discorde se retrouvent parfois côte à côte.

  • Le 5 août 1994, une avalanche au K2 balaye Juanjo San Sebastián de la face nord de la Montagne des montagnes et le dépose au bord d'un précipice de séracs. Elle épargne Atxo, son ami basque, mais elle abandonne celui-ci aux démons de la zone de la mort. Malgré son expérience, sa lucidité et sa détermination, Juanjo ne parviendra pas à le sauver.
    Dévidant délicatement le fil rompu ce 5 août, Juanjo retisse la généalogie d'une amitié de montagne dans laquelle se trament des histoires d'enfants, de jeunesse et de politique, ainsi que les évolutions du grand alpinisme. Du Pays Basque à l'Espagne en passant par les Pyrénées, des Alpes à l'Himalaya en passant par la Cordillère andine, de boucles de vie qui se referment puis se rouvrent, apparaissent peu à peu les motifs qui ornent cette vie de grimpeur : la perte, l'amitié, l'ordre des choses, la fuite, l'équilibre des contraires, l'inversion de perspective et le goût de l'air raréfié des très hautes altitudes. À haute voix, il consume l'espace et la vie.
    Avec Juanjo, c'est comme avec le poète anglais Milton, on a le pied au bord du vide mais on sait que « le monde est toujours devant soi ».
    Ce livre donne des réponses à cette question que se posent tous les alpinistes : qu'est-ce qui me pousse à aller là-haut ? ».

  • Des récits de voyages truculents, pour rire et rêver.

    Le jeune instituteur fraichement envoyé au sud d'Alger en pince pour le désert et sa plus belle montagne, la Garet el Djennoun. Qu'importe les moyens ou l'expérience des compagnons, ce qui compte c'est partir. Voyager, passer les frontières des pays ou celles d'une société. La vie de Jacques Ramouillet se déroule ainsi, sur le mode de l'aventure, de l'amitié et des envies impromptues. De sa plume toujours vivace il nous livre ici les tranches heureuses de sa vie, du métier d'instituteur à celui de guide de haute-montagne, des aventures sahariennes à Chamonix. Portraits goguenards, anecdotes joyeuses, tableaux nostalgiques, ces récits sont des friandises que l'on dévore.

empty