Ex-Æquo

  • Monasphère

    Catherine Redelsperger

    • Ex-æquo
    • 9 Février 2021

    En 2118, la communauté écologique expérimentale de Monasphère est tombée dans l'oubli. C'était sans compter sur Niko, réparateur de caméras de jeux de reality show qui va bouleverser l'équilibre de la géode...
    « Le Futur doit être dangereux. »
    Sur l'île Sainte-Hélène encerclée par le fleuve Saint-Laurent, Monasphère abrite une communauté expérimentale écologique, fondée sur des rites et légendes inspirés par la vie de Jeanne Mance.
    En un siècle, les règles du jeu sont devenues des règles de vie.
    De l'autre côté du fleuve, dans la ville de Montréal, les règles de vie sont devenues des règles de jeu.
    De part et d'autre de la frontière, matérialisée par une épaisse couche de pollution, deux mondes figés coexistent dans l'ignorance l'un de l'autre.
    Ils ont en commun le refus des crises, la peur du changement et la peur d'autrui.
    Un jour, sur l'île, une panne survient.
    Ses habitants découvriront ensemble le salut par le déséquilibre.
    Découvrez ce roman d'anticipation qui fait le lien entre notre destinée et celle des habitant de Monasphère...

  • La rose oubliée

    Alexandre Geoffroy

    • Ex-æquo
    • 30 Janvier 2017

    Quand on traque le Diable, jusqu'où faut-il aller ?
    Quand le Diable en personne vous a choisie, faisant de vous sa petite poupée, que feriez-vous si vous parveniez à vous échapper?? Mélanie, elle, a décidé de revenir en Enfer et de détruire ces hommes, ces démons qui ont volé et souillé son enfance. Mais quand on traque le Diable, jusqu'où faut-il aller?? Maintenant, imaginez un instant que celui-ci ait changé de visage...?
    Plongez dans thriller haletant et découvrez le parcours de Mélanie, qui retourne en Enfer pour détruire ceux qui ont souillé son enfance.
    EXTRAIT
    Après quelques pas fragiles dans les cailloux, elle s'écroula dans l'herbe, sur un petit talus, surplombant parfaitement la scène de crime. Renversée sur le dos, elle tâcha de reprendre son souffle, carbonisé par l'effort violent qu'elle avait dû accomplir, puis elle fixa le ciel, étoilé pour un soir.
    Elle y vit un signe, le signe de sa victoire. De sa revanche conquise au prix fort. Et pour se féliciter, elle s'alluma une cigarette, bien méritée. Elle pompa sur le petit cylindre de papier avec une profonde inspiration, s'étirant ainsi de tout son long sur le sol humide et glacé, sa tête plantée en arrière profitant de cette fraîcheur inespérée.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Alexandre Geoffroy est diplômé de l'École Hôtelière de Bordeaux, ancien restaurateur dans le Lot-et-Garonne, il est aujourd'hui exilé au Pays basque, partageant son temps entre l'amour de la gastronomie, et l'écriture du Noir.
    Son premier roman, Les Roses Volées, paru en 2014 aux Éditions Ex Aequo, a remporté le Prix du « Balai de la Découverte 2015 », Meilleur Premier Roman - Concierge Masqué.
    La Rose oubliée est un thriller sombre et éprouvant, dont vous ne ressortirez pas indemne.

  • Désordres

    Jonathan Gillot

    • Ex-æquo
    • 30 Janvier 2017

    Parachuté dans une ville de province pour couvrir un fait divers, Quentin Viessenthal, journaliste sans ambition, va vite regretter sa venue...
    La cité, peu à peu privée de ses autorités morales et politiques, va devenir la proie d'une puissante organisation qui n'a que la barbarie pour moyen et la domination pour fin.
    Faisant preuve de lâcheté ou de courage, de dédain ou de sacrifice, Quentin se trouvera au milieu d'un désastre comme l'Histoire sait parfois en produire : une République au bord de l'abîme, des monstres engendrés par la violence de la vie, des innocents enchaînés par centaines. En fin de compte, des lendemains qui déchantent, dans une ville qui déjante.
    Avec ses compagnons d'infortune, il devra rivaliser d'ingéniosité pour sauver une ville, qui pourrait un jour être la vôtre.
    Un thriller apocalyptique haletant et criant de réalisme. 
    EXTRAIT
    Romuald Fréquot sentait les gouttes de sueur perler sur son large front. L'ennui, avec l'électronique artisanale, était qu'un petit défaut pouvait facilement changer la donne. Bien sûr, les tests effectués avec des dispositifs similaires avaient toujours donné un résultat conforme aux attentes. Toutefois, il restait l'appréhension du jour J. En tant que technicien gazier, il était officiellement intervenu pour une visite de routine et, avec le conseil qui se déroulait en ce moment même, personne n'avait porté attention à ses allées et venues. Pour preuve, l'agent d'accueil avait même omis de lui demander l'habituel récépissé de visite d'entretien. Il songea que, plus tard, ce serait toujours un indice en moins.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Ce roman singulier fait d'éléments personnels et d'une plume engagée absorberont tout un chacun dans une lecture effrénée. - Rose Azaidj Bonafin, Culturebox
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jonathan Gillot, 29 ans, est né en Haute-Marne, à Chaumont. Il a toujours été passionné par l'astronomie et la physique, et a suivi un long cursus qui s'est terminé en 2013 avec l'obtention d'un doctorat de physique. Il a entamé la rédaction de cet ouvrage vers la fin de sa thèse. Le goût de l'écriture est venu pendant la composition de son manuscrit de doctorat et, à ce titre, il pense être l'un des très rares doctorants au monde qui ait trouvé agréable la rédaction de sa thèse ! Dorénavant, ayant terminé ses études, il a pour objectif de poursuivre ses recherches en physique tout en entamant une carrière d'écrivain.

  • Un roman historique d'aventure où vengeances et secrets se mêlent faisant monter la pression.
    Mars 1652
    Au milieu du XVIIe siècle, Alexandre d'Embrelat, un jeune homme d'à peine dix-huit ans, se met en tête de retrouver les mercenaires qui ont assassiné son grand-père et son père dix ans plus tôt.
    Sachant bien qu'il ne peut conduire sa quête seul, il forme un équipage aussi hétéroclite que complémentaire. Ensemble, ils devront découvrir les activités secrètes de son aïeul avant de se confronter aux arcanes de la politique menée par le Cardinal Mazarin. La Fronde, avec ses intrigues, complots et autres conjurations, refait surface et le jeune enquêteur risque de compromettre, par son enquête, la paix civile qui vient d'être conclue par le premier des ministres du tout jeune roi Louis XIV. Mais pour une raison qu'il ignore, le Cardinal décide de laisser Alexandre continuer ses investigations, au risque de faire remonter à la surface des secrets qu'il serait préférable de garder enfouis. Durant cette aventure, Alexandre devra faire preuve de sagesse, de ruse et d'habileté, épée en main. Ses amis seront là pour l'y aider, avec bienveillance, n'en doutons pas.
    Laissez-vous happer par les aventures d'Alexandre et de ses compagnons dans ce roman pleins de rebondissements !

  • Les roses volées

    Alexandre Geoffroy

    • Ex-æquo
    • 20 Février 2017

    Un homme à la recherche du meurtrier de sa fille.
    Un soir de pluie glaciale à Biarritz, un homme recherche le meurtrier de sa petite fille. Cloîtré dans sa voiture, avec une bouteille de vodka pour seule compagnie, ce père se demande s'il sera capable d'ôter la vie à celui qui a détruit sa famille. Une chasse à l'homme désespérée, un face à face gluant, où chaque round plonge Paul toujours plus profond dans la folie. La sienne et celle des autres...
    Découvrez un thriller haletant et suivez le parcours de Paul, un homme désespéré qui sera plongé toujours plus profond dans la folie, la sienne et celle des autres.
    EXTRAIT
    Me suis éveillé, enfin, échoué dans cette maudite bagnole. Pas la peine de checker : mal de crâne, ébloui, assoiffé.
    La même gueule de bois depuis des mois. Peut-être même une année. Je coule toujours plus profond, ancré à un énorme rocher. Pas moyen de savoir quand sera la fin. Que je la rejoigne enfin.
    Ciel d'hiver, vent incessant et pluie glaciale, pas de doute le mois de février tient ses promesses. Et ici, à Biarritz, dans le magnifique quartier de l'hôtel du Palais, à minuit c'est le no man's land. Les restaurants saisonniers sont bouclés comme des tombeaux, leurs terrasses pleines l'été ressemblent ce soir à un cimetière de chaises. Pas même une vieille dame pour promener son cabot. À croire que les petits chiens, ici plus qu'ailleurs, ont une plus grosse vessie, de quoi tenir jusqu'au matin.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Alexandre Geoffroy est issu d'une famille de restaurateurs, diplômé de l'École Hôtelière de Bordeaux, il a marché dans les pas de ses parents en ouvrant son propre restaurant à Agen. Une première vie courte, mais passionnante, qui sera le décor de son premier roman.
    Aujourd'hui, à 37 ans, il vit au Pays Basque. En grand fondu de Polars, l'idée originale a mûri dans son esprit pendant des années ; avant qu'il ne libère et prenne le temps de figer sur le papier cette histoire brute, éprouvante et viscérale.

  • Une femme en quête de vengeance et un vieil homme coupé du monde, dont la liberté s'arrête aux murs de la structure qui l'accueille.
    Une jeune femme, Julia, veut se confronter à celui qui a tué son père alors qu'elle était fillette. Elle est prête à tout pour découvrir les circonstances exactes du drame et hurler sa rancoeur à « l'assassin ». Ses armes : le mensonge et la manipulation. La rencontre de Louis et de Julia entraine chacun des protagonistes du roman dans une intrigue émouvante et riche en rebondissements. Le dessein initial de Julia risque bien de se transformer en une aventure inattendue.
    Un vieillard, Louis, s'évertue à sauvegarder son identité et sa dignité dans l'EPHAD qui l'héberge. Avec obstination, il lutte pour rester celui qu'il a toujours été : un homme fier et libre. Inlassablement, il tente de faire face au naufrage de sa vieillesse et aux douloureux renoncements qu'elle engendre. Il résiste à sa manière aux contraintes de la collectivité et à ceux qui veulent penser pour lui. Les visites de son petit-fils, son amitié avec Fanette l'aident à garder le cap. Mais ce que tous ignorent, c'est qu'il tait un lourd secret de son passé et la culpabilité qui l'accompagne.
    Quand leurs destins se croiseront, sera venu pour Julia le moment de choisir : vengeance ou pardon ?
    EXTRAIT
    11 juillet 2015, 6 heures
    Réveil brutal. La clarté s'engouffre dans la chambre et sur mon corps déjà en sueur. J'aurais dû dormir la fenêtre ouverte, mais le sommeil m'a emporté très vite, hier soir. Coup d'oeil sur le réveil : six heures. C'est tôt, mais mes pieds m'entraînent déjà jusqu'à la fenêtre. Je l'ouvre afin de faire entrer la fraîcheur toute relative. Face à moi, le micocoulier semble m'inviter à venir farnienter sous son abri de verdure et me prédit des moments doucereux à l'ombre de ses grands bras. La promesse d'un cadre de vie tranquille et charmant annoncée par l'agence de location avec laquelle j'ai traité n'était pas un mensonge publicitaire.
    Je suis fébrile, l'heure de la rencontre approche. Dans deux heures, je serai face à Louis. Avant de m'endormir hier soir, je me suis répété mille fois la manière dont j'établirai ce premier contact. J'ai mon script bien en tête et les premières paroles que je prononcerai seront celles-ci : « Bonjour, Monsieur Héraut, je m'appelle Floriane Vivier. Je recherche une personne dans la maison de retraite qui accepterait que je lui rende visite de temps en temps. Cela lui permettrait peut-être de rompre sa solitude et puis moi, je viens de m'installer dans la région et je ne connais personne, alors, cela me ferait plaisir. »
    Je ne donnerai pas ma véritable identité, car il pourrait faire le lien avec le nom de mes parents. Qui me dit qu'il n'a pas été autrefois au courant de mon prénom ? Qui me dit qu'il ne m'a pas au moins rencontrée une seule fois ? J'ai aussi écrit ses réparties... le problème, c'est que lui, il ne les a pas apprises. Alors bien sûr, si dans mon imagination j'ai écrit le scénario idéal, je sais que tout peut foirer. Cela serait inconcevable pour moi qui me prépare depuis tant de temps, moi qui ai tout quitté pour venir ici. Mentir sur mon identité me dérange-t-il ? Oui, un peu... mais je n'ai pas le choix.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Dominique Dejob vit dans un village forézien proche de Saint-Etienne. D'abord enseignante, elle exerce ensuite le métier d'éducatrice spécialisée. Au moyen de sa plume, elle veut lutter contre ses préjugés, l'intolérance et les discriminations. Les petits vieux dans l'arbre est son premier roman.

  • Qui est vraiment le Père Noël ?
    Et si le Père Noël n'était pas vraiment celui que l'on croit ? Thomas a 8 ans et se pose bien des questions à son sujet. Alors, c'est décidé : il va mener son enquête. Mais il est bien loin de se douter des surprises qui l'attendent.
    Une histoire qui allie humour et mystère, et qui tiendra en haleine petits et grands.
    Découvrez cette histoire pleine de suspense et de mystères à la recherche de la vérité sur le Père Noël. Un conte de Noël pas comme les autres !
    EXTRAIT
    Thomas avait 8 ans et ne croyait plus au Père Noël. Ou, du moins, se posait de nombreuses questions à son sujet. Dans sa chambre, au premier étage d'une jolie maison résidentielle de Saint-Rémy, il collectionnait les articles en lien avec le célèbre personnage au costume rouge et les rangeait dans un album dédié à cet effet. À l'approche du jour J, il le consultait dans l'espoir d'y déceler un indice, une preuve de l'existence du Père Noël qui lui aurait échappé jusqu'alors. Malheureusement, tout ce qu'il y trouvait ne le confortait que dans l'hypothèse inverse : le Père Noël n'existait pas. Ainsi, un article relatait qu'il avait été renversé par une voiture à Tokyo tandis qu'un autre passage du journal mentionnait sa présence au même moment dans un orphelinat français. Comment pouvait-il être à deux endroits en même temps ?
    De même, en une seule nuit, comment un homme seul pouvait-il distribuer des cadeaux aux enfants du monde entier ? En comptant qu'il y avait environ deux milliards d'enfants sur la planète, cela faisait beaucoup de foyers à visiter en une seule nuit ! Soit vingt-sept mille sept cent soixante-dix-sept maisons par seconde ! Sans parler de la vitesse de transport. Comment des rennes pouvaient-ils voler aussi vite que la lumière ?
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Professeur d'histoire en Belgique, Clara Reynaert est depuis toujours passionnée par l'écriture. Particulièrement friande de romans policiers, elle fait partager à ses jeunes lecteurs le plaisir d'une intrigue savamment menée, et signe ici son premier livre jeunesse, une séduisante enquête sur fond de conte de Noël... pas vraiment comme les autres !

  • Katia décide de rompre avec son petit copain. Cette rupture tourne au drame en se soldant par une tentative d'assassinat et une vie dans le noir...
    Pour chasser le souvenir d'une récente déception amoureuse, Katia, jeune infirmière bruxelloise, s'ouvre aux aventures sans lendemain et se lie avec Damien, un gardien de sécurité au comportement protecteur et débonnaire. Mais Damien veut hâter les choses, fonder une famille et pour garder sa liberté, Katia se voit forcée de rompre. Un matin, en rentrant d'une nuit de virée, elle le trouve devant la porte de son appartement. Il veut converser avec elle, comprendre son refus de poursuivre leur relation. Confiante, elle accueille chez elle celui qui, dans quelques heures, plongera son regard pétillant de vie dans le noir absolu.
    Katia s'engage alors dans un chemin de vie tourmenté où les périodes de dépression le disputent à sa formidable soif de vivre. Celle-ci finit par l'emporter, et l'obstination de Katia à vaincre son handicap l'amène à se lancer des défis qui laissent rêveur. Son histoire en dit long sur la patience et la ténacité souvent méconnues de ceux qui vivent chaque jour les affres de la cécité.
    Ce roman bouleversant mènera le lecteur à suivre la vie d'une jeune femme plongée brutalement et définitivement dans les ténèbres !

  • L'orbe sacré

    Valérie Aguettaz

    • Ex-æquo
    • 9 Février 2021

    Mélange de médiéval-fantastique et de fantasy orientale, ce roman nous plonge dans un univers élaboré avec minutie : le continent léthien, ses écosystèmes, ses populations et ses coutumes !
    Vous entrez dans l'univers de Scythor, Grand Chef des hordes Gholtoïes, qui lutte contre des traîtres, fomente des intrigues et renverse les alliances ; dans les vies du jeune Aushard rêvant de batailles, de gloire et d'amour, de l'espion Dintao, de l'émouvante Luà, du petit Garuda toujours en quête de secrets, de la farouche guerrière Browena jamais asservie, de prêtresses omnipuissantes et de biens d'autres encore qui se battront pour dominer ou survivre.
    L'histoire se passe sur le continent Léthie. Et même s'il s'agit de fantasy, ces femmes et ces hommes partageront avec vous de vraies émotions. Les événements vous happeront par leur réalisme, car il s'agit plus d'aventure que de merveilleux... Enfin, presque, car il y a l'Être de Lumière et les Dragons...
    Découvrez cette fresque à la fois fantastique et réaliste qui vous fera réfléchir sur l'appartenance à un clan, la loyauté, la filiation et l'Amour !

  • Deux femmes cheminent ensemble jusqu'aux rebords de la vie.
    Line est mandatée par le tribunal pour protéger les intérêts d'une vieille femme précaire. Celle-ci refuse la tyrannie de la longévité à tout prix : elle ne veut plus végéter dans un mouroir les yeux rivés au plafond. Les deux femmes s'opposent puis concluent tacitement un terrible pacte. Elles vont cheminer ensemble sur le rivage de l'Atlantique jusqu'aux rebords de la vie.
    Dans un texte profondément humaniste, Anne Bert propose une réflexion sur le délicat sujet du dénuement de la vieillesse et de la fin de vie. La mort est aujourd'hui devenue plus taboue que le sexe. Mais la longévité a souvent un prix : celui de la pauvreté, de la solitude et de la misère. En évitant l'écueil du pathos, avec tendresse et même humour, ce roman bienvenu dérange et bouscule. (Ce texte est une 2ème édition, initialement paru sous le titre Épilogue aux éditions Edicool en format numérique, nominé pour le Prix du livre numérique 2013).
    A travers ce roman, découvrez une réflexion humaniste sur le dénuement de la vieille et de la fin de la vie.
    EXTRAIT
    Marguerite était douce et rugueuse comme une pierre ponce. Patiente, si patiente à s'user, longuement, interminablement... ne laissant filtrer que de microscopiques poussières témoins de son existence.
    Line allait à elle comme on va au rebord, à l'extrémité d'un équilibre, d'un corps, d'une existence. Voilà ce qu'était Marguerite : une vie en suspens. Une minuscule vie insignifiante de rien du tout qu'habitait le genre humain.
    Line ne savait pourquoi cette vieille femme plutôt que les autres - pourtant plus déglingués - retenait toute son attention. Peut-être parce que le corps et l'esprit étaient épargnés et que seules la misère, la solitude et la pauvreté l'avaient laissée sur le bas-côté. Sans doute aussi parce Marguerite était une femme en latence, tramant derrière ses petits yeux parcheminés quelque chose qui lui échappait. Certainement parce que Marguerite était vieille et lourde de tant d'années.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Anne Bert publie des romans et des nouvelles depuis 2009. Elle s'intéresse particulièrement à ce qui se passe derrière les écrans opaques de la bienséance. Après avoir écrit plusieurs livres érotiques, elle entend poursuivre l'exploration de ses thèmes de prédilection, l'intime, l'impermanence des choses et l'hypocrisie de la convenance. Elle tient le blog Impermanence et chronique également sur le webzine « le Salon Littéraire ».

  • Le sang des uniformes

    Denis Leypold

    • Ex-æquo
    • 20 Février 2018

    Entre l'armée allemande et l'armée française, les jeunes Alsaciens doivent choisir...
    Ils sont issus d'une même famille originaire d'Alsace que la guerre de 1870 sépare et que celle de 1914 oppose.
    Henri, 19 ans, est soldat dans l'infanterie allemande. Comme plusieurs de ses camarades, il est natif d'une vallée des Vosges alsacienne et il sera opposé aux forces anglaises. Charles, qui a passé son enfance dans le Gard, est capitaine dans l'armée française. Chacun d'eux connaîtra la douloureuse expérience des champs de bataille, des aubes de fer, des pluies d'obus, de la fureur des engagements et de la fragilité de la vie.
    L'histoire romancée de leur vie, du Tonkin au Nord de la France, avec leurs pensées, leurs désirs blessés de fraternité et de partage avec tous les hommes, librement interprétée sur la base de souvenirs familiaux et d'archives, porte le témoignage d'une tragédie humaine et familiale qui n'est pas moins la conséquence revancharde de la guerre de 1870.
    Le récit poignant d'une famille alsacienne déchirée par la guerre.
    EXTRAIT
    Neuve-Chapelle, 1915
    Sous le ciel bas de ce matin glacé de février, deux formes allongées dans le lit marneux de la terre se dissimulaient derrière le parapet de la tranchée ainsi que des statuettes de glaise figées dans la rétine du temps. Elles semblaient tenir le monde au bout de leur fusil. Ne venaient-elles pas de surprendre un mouvement suspect, en face ? Une sensation pénétrante et mortifère de vulnérabilité venait les asservir, les saisissant dans sa gueule, les portant à concentrer toute leur attention sur un pauvre petit bout de terre ravagé, questionnant son relief crevé d'entonnoirs, leur trouble bondissant comme des couteaux dans la poitrine. Ces moments d'extrême tension usaient les hommes, les attachaient à la sécheresse des solitudes que pouvaient abreuver des déluges de fer, les emprisonnant dans leur attente.
    Mais tout tardait à venir, rien ne se passait, là, en face, rien ne se décidait, rien ne se redressait pour venir les frapper d'un redoutable coup de faux. Était-ce une feinte ? Alors, lentement, à force de ne rien entendre d'autre de plus ordinaire que le chant continu des tirs qui marchait sur l'horizon, on se mettait à porter devant soi le rêve fou d'espérance que les choses pourraient bien rester ainsi jusqu'à la fin de la guerre.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Denis Leypold est docteur en histoire et responsable scientifique au Musée de minéralogie de l'Université de Strasbourg. Fils et petit-fils de forestier, il se passionne pour la nature, la poésie, la photographie, l'histoire et l'architecture médiévale, ainsi que pour l'écriture à laquelle il a consacré son premier roman Johann de Salm publié en 2013, et un ouvrage d'art Églises - Kirchen, voyage photographique - eine Fotoreise en 2014, puis Le manuscrit de Wittenberg ; L'écuyer noir en 2016 ; Le chant de Livia en 2017 chez Ex Aequo. Né en Alsace en 1953, il vit près de Strasbourg.

  • Enquête en milieu hospitalier
    Quelques mots de Cathy suffirent au lieutenant Loufti pour entrevoir une similitude entre ses enquêtes en cours et celle de son ancienne collègue.
    Si ce n'était pas le fruit du hasard, alors qui avait tissé ces liens entre un crime en Corse, deux morts suspectes et un banal vol dans une cave ?
    Plongez dans le dernier volet de cette saga de thrillers fantastiques, après Le labyrinthe de Darwin et La Némésis de Darwin !
    EXTRAIT
    Lisa fut coupée par une sonnerie. Sur le tableau derrière elle, un voyant clignotait. Christiane sursauta et gémit :
    - C'est encore lui qui appelle, moi je n'y vais plus, avec ce que Maryse vient d'insinuer !
    Lisa se leva spontanément en souriant.
    - Même pas peur ! Elle était bien vivante cette fille. Je pourrais la reconnaître.
    L'aide-soignante s'éloigna dans le couloir encombré de chariots et de pics à perfusions.
    Maryse grimaça, l'aide-soignante partit rassurer le patient.
    - Personne ne rentre en réa sans autorisation. Quelqu'un aurait accepté une visite hier de bonne heure chambre onze ? Non ? Pas besoin de lobotomie, il lui manque déjà un bout de matière grise à celle-là, jugea-t-elle méchamment.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Thierry Dufrenne est né dans les Ardennes, il vit à Reims et travaille dans la Santé. Le monde médical qui l'inspire est toujours très présent dans ces romans. Le pentacle de Némésis vient clore une trilogie commencée avec le labyrinthe de Darwin puis la Némésis de Darwin.

  • Histoires d'une bête insaisissable.
    Lorsque Charles Perrault publia Le petit Chaperon Rouge en 1697, il était sans doute loin de se douter que son conte trouverait une forme de réalité près de 70 ans plus tard dans des attaques cruelles et féroces perpétrées par une bête insaisissable dans le Gévaudan entre 1764 et 1767. Les auteurs de Gévaudan - petites histoires de la grande bête sont tous deux spécialistes de cette tragédie et nous livrent ici une oeuvre singulière en choisissant de faire le récit du côté des victimes. Ils réalisent une enquête très complète et documentée sur les circonstances des attaques effroyables dont furent victimes les habitants de la région obligés de s'armer pour tenter de faire face et de se protéger maladroitement. Cet ouvrage est une sorte d'hommage à tous les enfants, femmes et hommes sauvagement mordus, voire tués par le monstre. On peut suivre son parcours sur le vaste territoire équivalent à l'actuel département de la Lozère et comprendre comment la Bête déjoua toutes les battues mises en oeuvre pour faire cesser ses actions. Cet ouvrage vous donnera peut-être envie d'aller sur place pour suivre les traces encore vivaces du passage de la Bête en chantant dans les bois « Loup y es-tu, que fais-tu ? »
    Découvrez une enquête très complète et documentée sur les circonstances des attaques effroyables dont furent victimes les habitants du Gévaudan entre 1764 et 1767.
    EXTRAIT
    N'ayant pas eu le temps d'en faire mention dans le procès-verbal, je vous supplie de vouloir bien m'envoyer un certificat particulier sur cette observation, joint aussi avec l'oeil droit et le côté représentant la même blessure qu'il a reçue de moi tant de la balle qu'il a à l'oeil que des postes. Je vous prie de trouver bon que je paye au peintre, au sculpteur ce tableau et toutes les dépenses concernant ce loup, et que j'aie l'honneur de vous en présenter un comme un hommage qui vous est si légitimement dû sur toutes les bontés dont vous m'avez bien voulu honorer, ce qui n'est pas étonnant, étant parent de mes plus chers bienfaiteurs.
    Ledit loup bien représenté tant par le sculpteur en bois, doit y prendre le contour de ce loup, au-dessus de la peau, et plus fort qu'il n'est, parce que quand la peau de ce loup sera passée en la posant sur ledit modèle en bois dudit loup, ce que ladite peau ne pourra pas recouvrir, il sera [assez ?] à temps d'ôter le superflu du bois que ladite peau ne pourra pas contenir, ainsi il sera bien recouvert de sa peau après qu'elle aura été passée, le représenter debout sur ses quatre pieds, après quoi nous l'emporterons à Versailles pour être vu du Roi, des princes et des ministres.
    A PROPOS DES AUTEURS
    Alain Bonet effectue des recherches sur la Bête du Gévaudan depuis 2001. Il a mis en ligne la « chronodoc », la plus importante documentation sur l'affaire en accès libre, utilisée par de nombreux chercheurs et auteurs.
    Benoît Baud'huin, vétérinaire et connaisseur de la chasse, a effectué l'essentiel des recherches nouvelles en Gévaudan et dans les archives, et a eu la chance de découvrir des témoignages pas ou peu connus.

  • Le monde selon Flambeau

    Claude Dantan

    Et si un radiateur racontait ce qu'il avait vu et entendu durant un siècle d'existence ?
    Nul ne saura pourquoi Flambeau, majestueux radiateur de fonte, est sorti de sa condition d'objet inerte pour emprunter la pensée des humains ! En un siècle d'existence à Paris, il aura accumulé de multiples vécus, des plus heureux aux plus terrifiants. D'abord éveillé aux sentiments par Momo Cavetoux, un aimable plombier qui l'installe et le met en eau, il partage la vie du jeune Joseph Poulait et de sa mère jusqu'à la fin de la guerre. À leur départ, l'appartement est transformé en cabinet de psychanalyste. Flambeau découvre alors Edmée Missoufle qui exerce devant lui et il passe plusieurs décennies à l'écoute des patients. Au décès de celle qui est devenue son mentor, il entre dans un état d'isolement et d'errance mentale. Dans le bureau abandonné puis saccagé par des marginaux, il affronte la violence et la destruction. Remis à neuf, devenu un quasi objet d'art, ce Penseur de fonte se penche avec sensibilité et humour sur ses cent années d'amours, de souffrances et de rêves : Flambeau nous dit tout sur l'enfance, le doute, le destin, le corps, la folie, le deuil, la solitude et la mort.
    Découvrez le témoignage étonnant d'un majestueux radiateur de fonte qui se penche avec sensibilité et humour sur ses cent années d'amours, de souffrances et de rêves.
    EXTRAIT
    C'est là que Missoufle apparut. Elle faisait mine de ne pas me voir, s'asseyait derrière son bureau, se contentant de répéter ses gestes habituels. A peine étais-je surpris de ne pas avoir entendu le bruit des clés, de ne pas l'avoir vu passer la porte et accrocher son vêtement au porte-manteau. Rien ni personne dans la pièce et d'un seul coup, elle était là, au milieu de ses objets familiers. A sa table, le dos à demi tourné, elle travaillait à son livre inachevé... Je guettais le moment où elle tendrait la main pour chercher les reliefs qu'elle aimait. Là, sur le haut de mes épaules, les petites courbures ciselées qu'elle suivait de son index. Mais juste sa présence silencieuse...
    Elle disparaissait aussi vite qu'elle était venue. Deux heures plus tard ou le lendemain, Edmée était là de nouveau. Combien de fois ai-je essayé, par la seule force de ma pensée, de la conserver sous mes yeux ! Je ne suis jamais parvenu à la moindre maîtrise de ses apparitions. Les premières fois que cela arriva, je ne sus pas que c'était le fruit de mon trouble. Les années passées auprès d'elle m'avaient tout appris sur les capacités de l'âme humaine à se forger des illusions, mais je savais Edmée trop rigoureuse pour singer sa présence auprès de moi.
    Alors je cessai de me poser des questions, j'acceptai simplement qu'elle soit là. J'avais bien eu dans le passé, des croquemitaines buvant goulument mon eau. Pourquoi pas l'irruption externe, de l'ectoplasme de mon Edmée ?
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Claude Dantan vit à Niort où il a travaillé comme psychologue clinicien dans des établissements d'accueil et de soins pour enfants. Son goût pour la créativité l'a conduit, entre autres, aux plaisirs de l'écriture. Le monde selon Flambeau est son premier roman.

  • Deux enfants veulent jouer les justiciers pour lutter contre tous les méchants de leur village, ils prennent le nom de "Bébés Flingueurs" !
    Zack et Malouka, 10 ans, sont inséparables. Ensemble ils décident de devenir des justiciers anonymes pour lutter contre l'égoïsme, l'intolérance ou la méchanceté. Sous le nom de code "les Bébés Flingueurs", le duo intrépide décide de donner une bonne leçon à plusieurs personnes de leur village quels que soient leur âge et leur position ! Pour un monde plus juste.
    Mais leurs interventions "un peu spéciales" créent pas mal de remous. Une enquête est ouverte. Les deux enfants seront-ils démasqués ?
    Lecteurs de 8/11 ans
    Ce livre d'action et d'aventures, à découvrir dès 8 ans, suit l'attachant duo dans des aventures qui créent la zizanie dans tout le village. Pourront-ils échapper aux enquêteurs et assouvir leur soif de justice ?
    EXTRAIT
    Mais si Zack et Malouka ont décidé de donner une bonne leçon aux trois adolescents, c'est en raison de leur cruelle habitude de s'en prendre aux chats de la ville. Plusieurs fois en rentrant de l'école, les deux amis ont vu la bande jeter des pauvres chats dans l'étang du parc Millefeuilles situé derrière le stade.
    - Ze ne zupporte plus de voir zes pauvres bêtes rezortir de l'eau trempées jusqu'aux oz ! se lamente Zack.
    Plus grave encore, il y a quinze jours, Jojo et sa bande ont rasé le chat persan de Madame Douceur. Et hier, Monsieur Rudesku a retrouvé sa chatte tigrée peinte en rouge et vert !
    - Elle était trop chou en rouge et vert, la chatte de Rudesku, ricane Jojo.
    - La prochaine fois, c'est au tour du chat de la mère Chandail de passer à la casserole, renchérit Marvin.
    - Et les trois chatons des Duraton, faudra pas les oublier, s'esclaffe Tanguy.
    Les trois garnements se sont bien trouvés. Jamais en manque d'idées lorsqu'il s'agit d'être cruels.
    - Trop z'est trop ! s'emporte Zack
    C'est décidé les deux justiciers vont passer à l'action !

  • L'envol du flamand rose

    Jerôme Idelon

    • Ex-æquo
    • 9 Février 2021

    Théo, dix ans, orphelin de père, n'a plus que Rose, sa mère pour grandir. Il l'adore au point d'accepter d'entrer dans son monde, à mille lieues de celui que nous connaissons tous...
    Devant le regard innocent et amoureux de son fils, Rose plonge petit a` petit dans la folie qui la dévore. Atteinte de bipolarité sévère, elle change peu à peu de réalité, arrange la sienne, fantasque et excentrique. Pour supporter la maladie de sa me`re, The´o, dix ans, se protège en composant avec les maux de Rose. Il va alors l'accompagner dans ses phases de démence, embrasser son extravagance et suivre chacune de ses danses. Il déploiera des trésors d'inventivité, d'humour et de tendresse pour aider sa mère à contenir sa folie. Cependant, un jour, des adultes en costume voudront savoir pourquoi il y a tant de rires, de bruits et de larmes dans leur monde. Effrayée à l'idée que Théo soit coupé du sien, Rose prendra une décision qui aura raison de leur royaume.
    En délaissant les jouets de son âge pour jouer avec les mots, Théo nous entraîne dans un univers mêlant poésie et surréalisme. Grâce à son âme d'enfant, son histoire, pourtant dramatique, deviendra au fil des pages aussi légère que sa plume.
    Plongez dans un monde onirique où les roses ne fanent jamais.
    Cette histoire vous arrachera le coeur, vous bouleversera, vous amusera. Tout y est : la tendresse, l'humour, la peur, l'amour inconditionnel, la tragédie...
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Avec les mots d'un petit garçon pour décrire les douleurs des adultes, Jérôme Idelon nous dépeint un univers que les yeux d'enfant rendent carrollien. Si Alice a pleuré au point de presque se noyer dans ses larmes, Théo ne pleure pas. Pas souvent. Moi par contre... Comme Alice, j'ai débordé. de détresse, de joie, de ces éclats de sentiments bruts brillants comme les plumes des oiseaux. L'auteur raconte avec un talent extraordinaire, une plume incroyablement juste et précise, la maladie, la mort, la folie à travers le prisme étincelant de l'enfance, quand tout est magique, quand tout est possible pour peu qu'on y croit. - GabrielKevlec, Babelio
    On est transporté dès les premières pages par un tourbillon de folie, un vent d'allégresse teinté de larmes, qu'un petit garçon débordant d'amour pour sa maman essaie de contenir.
    A mi chemin entre "En attendant Bojangles" et "La vie devant soi", cette épopée fabuleuse, bouleversante et pleine de tendresse, où l'on se demande sans cesse quand cette folie cessera d'être douce, nous fait voyager hors du temps et de la normalité, sur un chemin créé uniquement par l'amour d'une maman pour son fils. - Alisouuu, Babelio
    J'y ai retrouvé du Musso et du Boris Vian... mais avec une fraicheur et une simplicité qui fait du bien. Pas besoin de démêler des intrigues compliquées pour commencer à se faire plaisir, se retrouver les larmes aux yeux ou à rire aux éclats.
    L'auteur joue avec les mots et les émotions pour nous faire découvrir une histoire touchante, à la fois sombre et lumineuse, quel bonheur!
    Ouvrage poétique, astucieux et brillant, je recommande vivement. - Bruno78, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR

  • Fécamp est mis sous cloche et coupé du reste du monde par une brume inquiétante...
    Une brume inquiétante envahit la côte d'albâtre. Fécamp et ses environs se retrouvent brutalement coupés du monde extérieur, comme mis sous cloche durant des jours, des semaines et des mois. La municipalité ne sait plus comment endiguer l'exode et la violence d'une population affamée. L'armée intervient mais ne peut empêcher les révoltes, les pillages et même les assassinats de notables.
    Jean-Mary, artiste peintre local, décide de fuir vers la Seine. En chemin il croisera des personnages surprenants puis une femme mystérieuse qui le ramènera au port.
    La brume obsédante semble vouloir nettoyer cette portion de terre, lessiver l'âme de ses habitants confrontés aux grands choix. Est-ce leur part d'ombre qui se cache au milieu des gouttelettes assassines ?
    A travers ce roman, découvrez comment les gouttelettes d'une brume obsédante fait ressortir la part d'ombre des habitants de Fécamp.
    EXTRAIT
    Il arriva à vive allure. À quelques mètres de la plage de galets, je pouvais maintenant me rendre compte qu'il ne s'agissait ni d'une vague géante ni d'un quelconque cyclone à l'horizontale. Haut d'une centaine de mètres, comme les falaises de craie, entonnoir géant ouvrant l'accès au port, il ressemblait à un mur obscur chargé de gouttelettes d'eau. Ce brouillard monstrueux s'approchait, oppressant, il touchait maintenant les escaliers de la digue. Je compris soudain mon erreur de ne pas avoir suivi le troupeau. Non seulement il me serait impossible de prendre la moindre photographie, mais ce nuage gigantesque qui s'apprêtait à recouvrir la ville me rendait soudain aveugle sous l'épaisseur de ses membres cotonneux qui me bandaient les yeux et enveloppaient mon corps de sa housse adipeuse et glaciale. M'agrippant à la statue de pierre, je me laissai dévorer par ce monstre humide et d'un coup, ne vis plus à un mètre de mes pieds. Je ne percevais absolument rien sinon le socle granitique et déformé de ma chère sculpture. Nous étions seuls sur la digue promenade, seuls dans le silence d'une nuit artificielle, engloutis à attendre la conclusion de ce cauchemar d'une fin d'après-midi estivale pas tout à fait comme les autres.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jean-François Rottier est depuis l'adolescence un passionné de l'écrit. D'abord travailleur social, son dernier métier sera d'occuper les fonctions de directeur des services municipaux de la ville de Fécamp sur le littoral normand.
    Après toutes ces années au service d'une population attachante, il gardera en mémoire bon nombre de témoignages et d'anecdotes qui nourriront son imaginaire. En retraite depuis 2015, il se consacre presque exclusivement à l'écriture et poursuit sa dissection des êtres d'une plume acérée et tendre. Dans ses livres, les paysages marins contribuent pour beaucoup à l'étrangeté des situations et à la complexité des relations humaines, comme si les marées et les tempêtes successives se chargeaient d'organiser la vie de ses personnages.

  • Les chemins d'Andrew et de Milton se recroisent quinze ans après le lycée. Irrésistiblement attirés l'un par l'autre, les deux hommes doivent pourtant résoudre une enquête concernant des crimes violents !
    Lors d'une fête d'anciens élèves du lycée Old Quay, Andrew Wells, enquêteur de la Criminelle à Londres, croise le docteur Milton Montgomery, un psychiatre récemment embauché par son chef. Dès le premier regard remontent à la surface des souvenirs au goût de peur, de sang... et une attirance irrépressible qui l'avait brisé. L'homme qu'il est devenu s'est enfermé dans un royaume de solitude et de coups d'un soir, courant après l'oubli et la jeunesse éternelle au fond des backrooms. Lorsqu'il apprend qu'ils vont devoir collaborer pour la résolution d'une série de crimes violents, Andrew craint que le cauchemar ne reprenne. Mais Milton a profondément changé lui aussi, il n'a plus rien du tourmenteur d'alors. Derrière les quêtes de pardon et de pouvoir, des sentiments vieux de quinze ans peuvent-ils reprendre vie ? Entre la colère ardente et la fournaise d'une attraction irrésistible des corps, les deux hommes se jettent l'un contre l'autre, au risque de se brûler les ailes. Explosion ou embrasement, après tout, ce n'est qu'une histoire de cordons à franchir...
    Entre homo-romance et enquête, cette fiction érotique emportera le lecteur par sa qualité d'écriture et son style fluide !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    J'ai vraiment passé et adoré un excellent moment de lecture avec Andrew et Milton. L'auteur a une très belle plume fluide, c'est un magicien avec les mots ! - gilles76130, Babelio
    J'ai eu la chance de pouvoir lire ce livre en ebook en avant première... Jeanne Malysa a assurément eu du flair en sélectionnant cet ouvrage dans sa collection ! Quelle écriture ! Quel sens des mots ! Quel style ! J'ai dévoré littéralement les pages en me délectant des aventures d'Andrew et de Milton. C'est osé mais jamais vulgaire et l'auteur sait faire surgir des images magnifiques... - catmo0105, Babelio

  • Les héros se transforment parfois en bourreaux...
    « Dès que j'ai croisé Since, il ne m'a pas fait bonne impression. Il est grand et je déteste les grands. Surtout depuis que je sais que je ne grandirai plus. À quatorze ans, j'ai la taille d'un gosse de huit ans. Un truc héréditaire, incurable. Une maladie qui fait rire les autres et me bouffe l'existence. Une saloperie dont je me serais bien passé... »
    Souvent, tout commence par une rencontre. Belle ou mauvaise, nul ne le sait au prime abord. Mais ces premiers instants vont tisser la trame de ces faits divers noirs, surréalistes, voire même poétiques. Surprenant ? Je vous laisse juge. Mais pour cela, laissez-vous embarquer pour des voyages brefs et intenses en compagnie de personnages à votre image. Enfin, presque. Car derrière les masques se cachent bon nombre de fêlures, de doutes, d'envies qui font que ces héros se métamorphosent vite en bourreaux. Alors, tentés par l'aventure ? Vous n'en sortirez pas indemnes.
    Découvrez un ensemble de nouvelles qui sont autant de voyages brefs et intenses en compagnie de personnages à votre image : derrière les masques se cachent souvent des fêlures...
    EXTRAIT
    Le Snake 3 dansait à allure modérée. L'océan moutonnait dans sa livrée habituelle. Un mélange d'émeraude, de bleu anthracite et d'ivoire crémeux.
    Le soleil tapait déjà dur. Les hauts-fonds du Pratt approchaient.
    Mel Thorpe menait son embarcation avec assurance, guidé par les fanions qui se dandinaient sur les crêtes. Sous la lumière vive, les hommes n'avaient que faire de la beauté sauvage des éléments. Toute leur attention était centrée sur la besogne à accomplir.
    Tico Mendes repéra bientôt un premier casier aux couleurs de son patron. Une tête de mort sur un fond jaune.
    Thorpe l'aperçut à son tour. Le moteur décrut et le bateau vint se positionner face à la vague. À l'aide d'une gaffe, Mendes agrippa la perche au fanion et attira la bouée à lui. Puis il hissa le tout sur le pont et commença à remonter l'élingue. Lorsqu'il en eut dégagé une longueur suffisante, il l'enroula au palan et en actionna le moteur. La corde se tendit et fut bientôt aspirée sur un rythme plus soutenu. Parfois, une algue jaillissait des profondeurs. Tico la décrochait machinalement et la rejetait au loin sur la houle, comme s'il avait toujours effectué le job.
    Puis la masse sombre du casier creva la surface de l'eau. Tico joua avec les commandes du treuil et le déposa en douceur sur le pont.
    L'intérieur grouillait de crustacés. Il l'ouvrit et plongea la main au milieu des prises. Il écarta les araignées de mer qu'il rejeta à l'eau. Seuls les homards avaient de la valeur.
    De cette première nasse, il en sortit un de fort belle taille. Puis un deuxième. Au troisième, son coeur se souleva. Ces lambeaux de chair... Cette main... L'horreur le submergea tandis qu'il croisait le regard halluciné de Thorpe qui s'avançait vers lui, un croc à la main.
    Mendes se saisit de la gaffe, bien décidé à vendre chèrement sa peau...
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Patrick Morel vit dans la proche banlieue de Rouen. Romancier et nouvelliste reconnu, il livre ici une fresque du Nouveau Monde au travers de 13 nouvelles aussi noires qu'insolites. Ce recueil succède à son premier opus, Le coup de pied au cul dont la nouvelle a été adaptée sur les ondes de la R.T.B.F., il y a une vingtaine d'années.

  • La baie de Somme comme cadre de ce recueil de nouvelles surprenantes !
    Que feriez-vous si vous offriez par mégarde un billet de loterie gagnant à votre beau-frère ? Comment réagiriez-vous si vous découvriez un mot d'amour sur la tombe de votre conjoint ?
    Au fil de ces nouvelles noires, Guillaume Lefebvre explore les déviations de la nature humaine, tel que le faisait La Bruyère en son temps. Mais cette fois, les protagonistes sont sadiques, acariâtres, manipulateurs, naïfs ou présomptueux. Ne dites pas que vous ne connaissez pas au moins une personne qui leur ressemble. Notre quotidien est la meilleure source d'inspiration.
    En lisant ce recueil, vous vous laisserez charmer par l'univers pittoresque de la baie de Somme. Les personnages peuvent, eux aussi, être attachants, mais attention à la dernière marche, la chute sera surprenante.
    Plongez-vous dans ce recueil de nouvelles noires au coeur de la baie de Somme et laissez-vous surprendre par la chute de chacune de ces histoires.
    EXTRAIT DE Les cabines de plage
    Cayeux sur mer, le 8 juillet à 16 h 22.
    Un goéland argenté profitait des courants d'air ascendants pour sillonner le cordon de galets sur toute sa longueur. Les ailes largement déployées, il planait plus qu'il ne volait. Ses yeux perçants scrutaient le sol à la recherche de nourriture. Soudain, un chien le prit en chasse en aboyant. Si bruyante fut-elle, cette attaque ne parut pas l'inquiéter, il conserva son allure majestueuse et se contenta d'incliner les ailes pour prendre un peu d'altitude. Un coup de bec aurait suffi pour arracher un oeil au roquet ; mais pour l'heure, il n'avait pas de temps à perdre en agressivité inutile : il avait faim.
    - Félix, reviens ici ! cria Adeline Poireau. Il est terrible ce chien, il ne peut pas voir un goéland sans lui courir après.
    Félix était un boxer anglais de petite taille. Son museau atrophié ne lui donnait pas une allure engageante, deux crocs fins comme des aiguilles lui remontaient les babines vers la truffe. La crainte qu'il inspirait tenait essentiellement de sa laideur et de son arrogance, car il n'avait jamais mordu autre chose que les biscuits de sa maitresse. Grand amateur de déjections canines, il explorait régulièrement la base des pylônes électriques du quartier, un espace qu'il considérait comme son territoire.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Natif de la Baie de Somme, Guillaume Lefebvre eut une enfance bercée par les récits de marins. Le soir, il lisait les aventures de Pierre Loti, de Jack London, de CS Forester ou d'autres auteurs qui avaient connu le vent du large. Leurs récits lui permettaient de supporter l'atmosphère restreinte de l'internat du lycée. Après un baccalauréat scientifique, il fit des études supérieures afin d'obtenir son brevet de capitaine de navire. Dès lors, il n'a cessé de parcourir les océans pour réaliser ses rêves, les terres lointaines, tant désirées, apparaissaient maintenant sur la ligne d'horizon. Les personnages rencontrés au cours des escales ou durant sa carrière furent une source d'inspiration inégalable, ce qui l'incita à prendre la plume.

  • Curieux titre en vérité pour un livre consacré à de difficiles ascensions dans les Alpes, le Vercors, le Sahara...
    Cet ouvrage nous raconte comment un garçon de 14 ans, chaussé d'une simple paire de brodequins de chantier, découvre la montagne et devient en quelques années l'un de nos meilleurs alpinistes. Il nous dit comment, peu à peu, cette passion devient raison de vivre... Au-delà du simple récit de quelques aventures, aussi exaltantes ou douloureuses soient-elles, voici l'histoire d'une vie qui commence à 14 ans, âge ou la folie de la montagne empoigna un jour Jean-Marie Choffat pour ne plus jamais le lâcher. Comme la montagne envoûta l'auteur, il nous envoûte à son tour, nous dévoilant quels liens prodigieux, quels rapports étranges et merveilleux se tissent entre un homme fou de liberté et un univers d'absolu. Ainsi, de nos jours, quelques êtres sont encore capables de tout sacrifier, de tout risquer, y compris leur vie, pour découvrir la vérité de l'homme face à la nature, face à la beauté, face à eux-mêmes...
    Les brodequins du soleil est le premier livre de Jean-Marie Choffat. Ecrit à 27 ans, cette oeuvre de jeunesse relate les treize premières années de montagne de l'auteur. Ces brodequins du soleil que nous chaussons à sa suite, nous entraînent sur ses traces dans un style puissant et irrésistible, vers le monde où il rêve, où il aime, où il vit.
    Découvrez le témoignage haletant d'un homme dévoré par la passion de la montagne dés l'âge de 14 ans !
    EXTRAIT
    Je suis montagnard. Sans sécurité de l'emploi, sans fortune, sans tous les éléments traditionnels qui font la vie courante et le confort de chacun. C'est difficile, c'est merveilleux. C'est en tout cas mon choix et ma volonté. Ça n'est pas la chance qui m'a permis de vivre à ma guise. Choffat dernier de la classe, Choffat apprenti brouillon, Choffat ouvrier sans goût, une nullité ? Pas tout à fait. Il suffisait d'une rencontre. J'ai eu la chance immense de faire cette rencontre. Sachant ce qu'elle pouvait m'apporter, j'ai eu la sagesse de la prolonger et de ne pas trahir ce qu'elle a enfanté. J'effectue en compagnie de clients beaucoup de courses magnifiques, difficiles, humaines. Mes rapports avec eux sont peut-être démodés, témoins oubliés d'un temps où la montagne ne vendait pas ses sommets au plus offrant, parce que simplement les hommes ne l'avaient pas encore prostituée.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Né en 1956 à Belfort, Jean-Marie Choffat découvre la montagne et l'alpinisme à l'âge de 14 ans. En 40 années de montagne, il a réalisé plus de 1200 ascensions et de nombreuses premières, tant en France qu'à l'étranger. Ancien vice-président du G.H.M et membre de l'Alpine Club, il est l'auteur d'une dizaine de livres dont beaucoup ont étés primés.

  • Un corbeau sur la toile

    Anne Basc

    Un corbeau pollue l'enquête de Manos Xanthakis.
    Tournant le dos aux obsessions assassines des tueurs en série, le roman Un corbeau sur la toile privilégie le suspense psychologique et le mystère, avec une innovation : le lecteur est pris à partie et invité à s'exprimer sur l'enquête qu'il découvre sur la toile du web....
    Des années après le procès de Kopanas, le policier Manos Xanthakis crée un site internet destiné à recueillir sur la toile du web de quoi faire réviser un procès bâclé, d'après lui. Hélas, un corbeau qui signe « Hannibal le cannibale » va polluer l'enquête...
    Allers et retours entre Strasbourg, la Crète, Mycènes, Kopanas... Seule certitude : un crime se préparait. Mais qui en était le véritable auteur ? Le meurtrier va-t-il récidiver ? Les courriers se contredisent sur le web, les fils de la toile s'entremêlent... Comment sortir du labyrinthe ?.... 
    Plongez dans les investigations de Xanthakis, bien décidé à faire réviser le procès bâclé de Kopanas malgré les menaces de « Hannibal le cannibale »
    EXTRAIT
    Quand elle est entrée, ma première réaction a été de jurer tout bas. Pourtant, elle n'avait pas l'air d'une femme à embrouilles. Une toute jeune femme. Toute frêle. Elle tombait mal, c'est tout.
    Elle hésitait au seuil du bureau, je lui ai dit d'entrer d'un ton rogue. Elle a fait un pas, s'est arrêtée, je l'ai apostrophée assez grossièrement. Encore une fois, c'était un jour où je ne supportais rien. Peut-être aussi que j'ai senti que cette femme n'allait m'apporter que des ennuis. Une intuition, en somme, comme j'en ai parfois, assez rarement, il faut bien l'avouer...
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Originaire de Nice, Anne Basc a enseigné le grec ancien et mêle à ses histoires des souvenirs vivaces de la mythologie revue à la sauce informatique... Elle signe là son 5ème roman policier, où elle se plaît à mêler le suspense et l'atmosphère sombre des romans noirs américains, transposée dans la métropole alsacienne, la Crète et la Grèce où naquit la tragédie antique. Tout un programme...

  • L'ombre de la chimère

    Benoît Herbet

    • Ex-æquo
    • 20 Février 2017

    Parfois, les chimères se cachent, tapies dans l'ombre, telles des mauvais rêves.
    Nathalie est une jolie quadragénaire strasbourgeoise, qui vit une existence insouciante et futile. Surtout futile : ses amitiés sont immatures, sa profession, superficielle, et ses amours, pour le moins éphémères. Lorsque le destin dépose un cadavre sur sa route, Nathalie se persuade qu'il s'agit d'un assassinat et y voit l'occasion de donner un peu de piment à son existence. Elle se lance alors à la poursuite d'une chimère. Mais parfois, les chimères se cachent, tapies dans l'ombre, telles des mauvais rêves. Elles n'en demeurent pas moins bien réelles...
    Découvrez le parcours de Nathalie, une jolie quadra à l'existent insouciante et futile, dont le destin va basculer lorsqu'elle croise la route d'un cadavre.
    EXTRAIT
    Elle rentra chez elle. Ferma. Et verrouilla la porte. Elle déchaussa ses escarpins, qu'elle jeta par terre. Elle se rendit compte à ce moment combien ses chevilles étaient douloureuses. Elle se rendit compte également qu'elle n'avait pas sommeil.
    Elle fit chauffer de l'eau dans sa bouilloire. Elle avait envie d'une tisane. Dans son salon, elle alluma son ordinateur. Elle voulait lire ses mails.
    Ses parents lui avaient écrit. Sa copine Sylvie également. Plus un dragueur insipide. Elle entendit l'eau siffler dans la bouilloire. Elle retourna à la cuisine.
    Le choc sur sa tête fut brutal. Imprévisible. Elle tenta de résister, mais ses jambes vacillèrent et l'entrainèrent corps et âme dans leur chute.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Benoit Herbet est installé à Strasbourg depuis 1998. Il a deux passions : la littérature policière et le cinéma horrifique italien des années 70 : le giallo ! Avec ce premier roman, il a voulu rendre hommage au genre, et à ses principaux artisans : Mario Bava et Dario Argento.

  • Peste sur la ville

    Mary Play-Parlange

    • Ex-æquo
    • 30 Janvier 2017

    Un fléau des temps anciens s'invite au XXIe siècle...
    Un fléau surgi des temps anciens peut-il de nos jours faire trembler la population d'une grande cité ? Une prophétie de Nostradamus va bouleverser la vie de deux flics bien ancrés dans le XXIe siècle... « L'animal titube comme ivre, pousse de légers cris plaintifs, laisse derrière lui des gouttes de sang qui s'écoulent de son museau pointu. Il s'arrête soudain les moustaches frémissantes, se dresse sur ses pattes de derrière, se raidit. Il perd l'équilibre et d'un coup s'affale aux pieds de Diego. » L'agent d'Interpol Melinda Fields et le commissaire Diego Martelly sont embarqués dans le même bateau...
    Suivez pas à pas les investigations de l'agent d'Interpol Melinda Fields et du commissaire Diego Martelly, dont les existences se voient bouleversées par une prophétie de Nostradamus.
    EXTRAIT
    À quarante ans, Keith Baldelli n'appartient plus aujourd'hui à la communauté des vivants. Il se terre solitaire à l'écart du monde.
    Depuis dix longues années.
    Depuis qu'un corset de fer enserre son torse.
    Depuis qu'il se déplace en fauteuil roulant.
    Depuis qu'il est infirme.
    Difficile de pardonner au destin un coup du sort injuste et si cruel !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Une rencontre sur les bancs du collège, des retrouvailles bien des années plus tard... quand deux femmes font une auteure. Mary Play-Parlange distille dans son sixième polar l'angoisse et l'effroi qui transforment la vie de tous les jours en enfer.

empty