Florent Massot

  • Pour la première fois, un livre aborde les grands moments de l'histoire du monde du point de vue des sociétés secrètes et offre ainsi un incroyable voyage à travers notre histoire spirituelle et mythologique. Pour Jonathan Black, cette histoire, réservée aux initiés, révèle les lois mystérieuses qui sous-tendent la vie, une histoire qui sera préservée et développée pendant des siècles dans ces sociétés, disséminées un peu partout dans le monde, aussi bien en Occident qu'en Orient. Les grands événements de l'histoire, de la genèse à nos jours, et certaines expériences humaines inexpliquées du point de vue conventionnel reçoivent ici une nouvelle interprétation, tout à fait convaincante. Dans la veine du Pendule de Foucault et du Matin des magiciens, on croise dans ce livre des personnages historiques célèbres qui conspirent avec des êtres désincarnés et autres bêtes fabuleuses, vénèrent le diable, accomplissent des miracles et édictent des prophéties, tout en essayant de contrôler le cours de l'histoire. L'auteur démontre également que de grands esprits comme Léonard de Vinci, Isaac Newton ou George Washington ont été capables d'accéder à autre état de conscience, une forme d'intelligence surnaturelle, qui leur a conféré des connaissances sur le monde dissimulées à notre conscience quotidienne. Au moment de tourner la dernière page de ce livre, le lecteur s'apercevra que l'arche de Noé, le Sphinx ou encore La Joconde ne sont que quelques-unes des traces laissées par ces sociétés sur nos monuments et nos églises, dans l'art, la littérature, la musique et les films, le folklore et même les contes préférés de nos enfants.

  • Antoine de Maximy possède plusieurs casquettes et une chemise rouge. De tout cela, il a fait une vie d'aventures et d'évasion. Le grand public l'a découvert avec une émission de télévision, J'irai dormir chez vous, et récemment au cinéma avec une échappée, drôle et émouvante, J'irai dormir à Hollywood. " Quand rien n'est prévu, tout est possible... " Telle est la devise d'Antoine de Maximy. II a pris sa vie pour un ballon avec lequel on joue sur une aire de jeux sans frontières. Il a tourné son existence vers les autres, que ce soit pour les raconter ou les rencontrer, avec ou sans caméra. Sa route personnelle est faite d'aventures, physiques ou humaines. Ingénieur du son, cameraman, présentateur télé, réalisateur. Il a été reporter de guerre ; a plongé en sous-marin au fond du Pacifique, dormi à la cime des arbres en Amazonie ou dans les fumées d'un volcan en Afrique ; exploré la calotte glaciaire du Groenland, les tépuis du Vénézuéla ou les coulisses du métro parisien ; filmé les bipèdes que nous sommes mais aussi nos cousins les singes. Sans frontières, sans limites, mais toujours en respectant l'autre, il a eu envie de tout voir. Et aujourd'hui, il réussit la plus périlleuse des missions : se raconter. On ne devient pas globe-squatter par hasard. Pour comprendre ce qui guide ses pas, de son enfance à J'irai dormir à Hollywood, il nous ouvre les pages de son carnet de vie !

  • Seul prix Nobel emprisonné à ce jour et symbole de la lutte pour la démocratie en Birmanie, la " Dame de Rangoon " est devenue une figure emblématique de tous les combats pour la défense des droits de l'homme dans le monde.
    Mais qui connaît vraiment l'histoire de cette " Mandela asiatique " de soixante et un ans, assignée à résidence par la dictature militaire pendant plus de onze ans au cours de ces dix-sept dernières années et dont la vie est aujourd'hui sérieusement menacée ? Grâce à des témoignages récents, exclusifs et souvent inédits de ses proches, ce livre raconte l'histoire d'une femme exceptionnelle inspirée par Gandhi, qui a toujours opté pour la résistance non-violente contre la barbarie.
    Une biographie destinée à sensibiliser l'opinion internationale sur les violations répétées des droits de l'homme en Birmanie et sur la situation de plus en plus préoccupante de la prisonnière politique la plus célèbre au monde.

  • Le rock dans le sang

    Dick Rivers

    Enigme pour certains, caricature pour d'autres, Hervé Fornéri, né à Nice le 24 avril 1945, a créé Dick Rivers le jour de ses 15 ans : cinquante ans au service du rock'n'roll, des Chats Sauvages jusqu'à Mister D.
    Dick Rivers est hors système, il n'est jamais rentré dans le moule du showbiz français et des habitudes de ses homologues ; il trace son chemin en solitaire. Fidèle au rock et à ses choix musicaux - sans concession - il n'est ni auteur ni compositeur : c'est un interprète et fier de l'être. Dick dépend donc des chansons qu'on lui propose. Les passages à vide qui ont ponctué sa carrière n'ont pas été pour autant prétextes à sauter sur les modes et les tendances.
    Dans cette série d'entretiens avec Sam Bernett, on découvre un Dick Rivers solide et sincère mais aussi fragile et frustré, pudique et honnête, égocentrique et agaçant, égoïste et généreux, tendre et macho. Il évoque sans retenue sa carrière, sa vie privée, ses femmes et ses amours, ses erreurs, ses défauts, ses ratages et ses succès. Il se livre sincèrement au jeu de la vérité.

  • Lorsqu'en novembre 1958 Richard Anthony enregistre chez Pathé Marconi son premier disque Rock'n Richard, personne n'a encore conscience de l'événement.
    Richard Btesh, de son vrai nom, est tout simplement en train d'importer en France le rock'n roll avec notamment sa version très réussie de Peggy Sue, chantée initialement par Buddy Holly. Idole des jeunes avant Johnny Hallyday et Claude François, il fut le premier pionnier du rock en France. Le 22 juin 1963, aux côtés de Johnny Hallyday, Sylvie Vartan et Frank Alamo, il fut une des stars du célèbre concert des Idoles de la Grande Nuit de la Nation organisée par la revue Salut les Copains.
    Pour la première fois depuis la fin de la guerre, un événement rassemblait plus de 200 000 personnes. La génération issue du baby boum voulait en découdre avec cette nouvelle musique qui révolutionnait les rapports sociaux et sentimentaux. La rock'n roll attitude débarquait.Dès leur sortie, les premiers 45 tours de Richard Anthony insufflèrent dans le pays une énergie nouvelle, libérant des pulsions de vie qui ne demandaient qu'à s'exprimer.
    De Peggy Sue et Nouvelle vague à J'entends siffler le train, la machine Anthony était en marche et, tel un ouragan, fit voler en éclats tous les genres et codes musicaux. La qualité des enregistrements, le choix judicieux des adaptations, un timbre de voix grave, velouté, et chaleureux couvrant au moins deux tessitures ont fait de lui l'homme aux soixante et un millions de disques vendus et aux vingt et un numéros 1, un des records des XXe et XXIe siècles.Inspiré du titre de l'une de ses chansons, Quand on choisit la liberté, nous dévoile avec chaleur, ironie et humour, l'histoire épique et agitée d'un homme libre qui a vécu plusieurs vies en une seule, tout en menant la carrière que l'on connaît.
    L'idole des yéyés, également auteur de Il faut croire aux étoiles (Michel Lafon,1994), nous invite à le suivre dans tous ses succès (on y croise les Beatles, Les Rolling Stones, etc .) et déceptions, de ses tournées frénétiques à sa vie amoureuse et familiale mouvementée, en passant par ses problèmes injustifiés et incongrus avec le fisc.
    Aujourd'hui Richard Anthony est l'une des vedette de la tournée Age tendre et têtes de bois qui triomphe dans toute les grandes villes de France ainsi qu'en Suisse et en Belgique.
    En fin d'ouvrage, figurera une discographie chronologique complète augmentée d'un dossier inédit sur les versions originales, et de leur versions françaises, qui démontrent la richesse des multiples courants musicaux anglo-saxons qui ont nourri le répertoire du pionnier du rock français.

  • 2010, dans une Amérique en pleine récession économique, une bombe explose dans une tour à Manhattan.
    Guidé par un e-mail anonyme, Aidan, journaliste raté reconverti en blogueur people, se lance dans une enquête improbable à la recherche d'une terroriste qui l'entraînera dans une histoire sentimentale pleine de rebondissements. Chronique des nouveaux médias de l'ère digitale et récit palpitant sur le terrorisme national, American Subversive explore la relation entre l'inertie collective et les racines d'une insurrection, ainsi que les méthodes et la psychologie de ces extrémistes partisans d'une écologie radicale, prêts à tout pour changer le monde.

  • Bootleg est un polar musical authentique qui débute par l'arrestation de son auteur un matin de mai 2006 : l'un des derniers «parrains» français du disque pirate, non officiel, appelé aussi «bootleg».
    Ce dernier, qui a passé plus de 15 années dans un milieu fermé et fascinant, a aujourd'hui décidé de parler, et avec lui plusieurs auteurs et diffuseurs clandestins de ce marché parallèle du disque, d'où rien n'a filtré depuis 40 ans si ce n'est des disques fabuleux et bien des légendes.
    Depuis le premier disque vinyle pirate, pressé et repressé à l'infini - un enregistrement de Bob Dylan datant d'avant son explosion à l'international - au «Black Album» de Prince, sans doute le bootleg le plus célèbre, un pan entier et jusque là obscur de l'histoire du rock est dévoilé.
    On découvrira, par exemple, dans ce document comment une bande de téméraires hippies a pu inonder de «disques blancs» l'Amérique de Nixon de la fin des années 60 au nez et à la barbe du FBI et comment ce dernier n'a cessé de se venger en montant des opérations à grand spectacle contre les flibustiers du disque.
    On verra aussi comment, en usant des incohérences de la loi, les pirates sont passés à deux doigts de devenir légaux dans les années 90 tout en continuant à mettre à jour les butins enfouis dans les caves des «Majors» qui tentaient de leur coller leurs limiers aux trousses.
    Aujourd'hui, ces passionnés - une dizaine de milliers de personnes dans le monde et une sympathique communauté française diffusant ces disques dans des foires - revendiquent leur contribution à l'écriture de quelques-unes des plus belles pages de l'histoire du Rock et la sauvegarde de trésors. Jusqu'alors connue de rares initiés en France, c'est leur passionnante histoire qui est racontée ici.

    L'AUTEUR Le 18 Septembre 2009, Alain Gaschet est condamné à un an de prison avec sursis et à de lourds dommages et intérêts pour avoir fait sien le «métier» de «bootlegger». Il a non seulement reconnu les faits, mais les a revendiqués publiquement, considérant que les bootlegs n'ont rien à voir avec la contrefaçon à laquelle ils sont éternellement assimilés. Son combat contre l'industrie du disque et pour la diffusion de trésors musicaux au plus grand nombre dure depuis quinze ans.

  • Doù que vous soyez, qui que vous soyez, le D.A.R.D. propose de vous fédérer autour dune idéologie qui place lindividu comme priorité absolue de notre société. ( Les initiales signifient : Droit Au Respect et à la Dignité. Cest de plus un clin d½il à celui qui ma enseigné la tolérance et lhumanisme : Frédéric Dard. Le sigle sera le D.) Ce rassemblement verra le jour officiellement dici quelques mois. Jai décidé dêtre le guide de ce mouvement pour tenter dinitier une révolte, pas une révolution.
    Le cynisme, la corruption, la manipulation, le vol des libertés, le mépris, la suffisance, lindifférence, nous plongent chaque jour un peu plus dans le désespoir. Ceux qui sont censés gérer notre société usent de la peur et de la résignation comme armes anesthésiantes. Cest une guerre sournoise menée par une caste dominante qui asservit par lendormissement. Le D.A.R.D. est une entreprise de réveil. Il ne sagit pas de renverser lordre établi. Il sagit de rendre à chacun la considération quil mérite.
    La société idéale nexiste pas, mais nous devons nous battre chaque jour pour que le pouvoir de lamour soit plus fort que lamour du pouvoir. Il est urgent de remplacer le désespoir et la peur par lespoir et la confiance. La force du nombre est notre seule chance. Cest pourquoi je vous propose de vous réunir hors des partis traditionnels dans un élan, structuré, idéaliste, non violent et volontariste. Le moment venu, il faut que ce rassemblement ait le poids nécessaire pour imposer à ceux qui ont choisi la fonction de nous diriger, des décisions incontournables.
    Ladhésion de chacun au D.A.R.D. passe par un engagement immédiat à agir sous toutes les formes, dans le sens de la considération de chaque « autre », quelque soit sa différence. Ce nest pas une lutte de classe ; cest une bagarre de rue avec le respect et la compassion comme armes de poings. Il est urgent de sengager dans ce combat, sous peine que le pourrissement des valeurs essentielles à une société paisible ne fasse, à court terme, le lit de lultra violence. Nous devons nous faire entendre dès maintenant parce que nos silences sont coupables. Le paradoxe est à la hauteur de la situation : aujourdhui, seule lutopie est raisonnable.
    Ce livre est un manifeste idéologique où sont exposés clairement le projet et mes intentions personnelles. Je précise toutefois que ce rassemblement na aucune ambition électoraliste. Il sera dabord un engagement sur lhonneur à ce que chaque membre fasse la preuve au quotidien de son combat pour la défense du respect et la dignité de la personne humaine. Il sera ensuite, si le nombre le permet, un moyen de pression sur les politiques auxquels il nest pas question de prendre la place. Il sagit juste de leur imposer de rendre à chacun la considération quil mérite et de les obliger à tenir les promesses quils feront.
    Quant à moi, ma conviction est inébranlable et quels que soient les coups prévisibles que je recevrais, jirai jusquau bout. Jai bien plus à perdre quà gagner, mais cela ne meffraie pas. Ma conscience ne se sentirait coupable que dune seule chose : ne pas avoir essayé.


  • Novembre 2008, Patrick Sébastien accompagne sa mère vers la mort. Pendant un mois et demi il sera tous les jours à ses côtés et tiendra son journal. Celui d'une mort programmée mais également l'histoire de cinquante-cinq ans de complicité passionnelle entre un fils au destin hors du commun et une mère au caractère exceptionnellement fort, celle de deux traces de pas jumelles sur un chemin de vie qui au final, ne laisseront qu'une empreinte : celle de l'amour absolu.
    Écrit à l'instant et à l'instinct, ce livre authentique et émouvant est également un témoignage de société, brutal et sans concession, où relate dans un suspens tragique, des secrets inavoués, des dizaines de souvenirs drôles et touchant, légers ou pesants, mais toujours hors normes ; des morceaux de vie semblant extraits d'un roman populaire et pourtant bien réels, un va-et-vient continue entre le futile et l'infiniment grave, où l'on frôle parfois l'ombre du mystique, de l'irréel, de l'inexplicable.
    Les deniers mots de Patrick Sébastien pour sa mère seront : Tu m'appelles en arrivant ? Cette phrase, Patrick Sébastien l'a entendue depuis sa majorité, chaque jour où il prenait la route. Aujourd'hui, Patrick Sébastien sent que sa mère décédée n'a jamais été aussi proche et qu'elle l'a bien appelée en arrivant dans l'au-delà.

    Patrick Sébastien signe là un message d'espoir et une autobiographie qui fait du bien.

  • Homosexualité et politique en France : d'un tabou à un sujet électoraliste, de 1960 à nos jours.

    HOMOPOLITICUS Citoyen engagé durant les longs débats qui mèneront à l'adoption du PaCS, acteur omniprésent lors de la préparation de la loi pénalisant les propos homophobes, Jean-Luc Romero nous raconte, dans Homopoliticus, l'histoire complexe des relations entre les responsables politiques et la question de l'homosexualité, et cela depuis le début des années 1960, date à laquelle elle a fait son apparition dans la vie politique nationale. De la dépénalisation de l'homosexualité en 1982 à la pénalisation des propos homophobes en 2004, sans oublier le vote ô combien symbolique du PaCS qui permet enfin au couple homosexuel d'être reconnu par notre droit, bien du chemin a été parcouru.

    Homosexuel, premier et seul homme politique à avoir révélé sa séropositivité en France, l'auteur a parcouru le long chemin de l acceptation et a dû, comme tant d'autres, cacher longtemps son homosexualité, avant d être dénoncé par un journal alors qu'il allait lui-même révéler son identité.

    Cette histoire qui ne peut qu'être subjective l'auteur l'assume, n'en est pas moins une narration précise et argumentée faite au coeur du système. Jean-Luc Romero a pu observer et parfois vivre l'homophobie de nombreux responsables politiques qui, avec l évolution de la société mais aussi de leur intérêt politique, se sont transformés, pour beaucoup, en de véritables homophiles... Du moins en apparence !

    Un livre engagé pour comprendre mais aussi apprendre !

  • Boardwalk empire

    Nelson Johnson

    Durant la majeure partie du XXe siècle, Atlantic City fut contrôlée par une puissante coalition de politiciens corrompus et de trafiquants locaux. Alimentée par les profits des salles de jeu, des bars et des maisons closes, cette alliance connut son apogée lors de la Prohibition, pendant le règne d'Enoch "Nucky" Johnson. Nelson Johnson retrace l'histoire d'Atlantic City dans toute sa splendeur criarde, à travers les luttes intestines d'une culture politique unique, depuis sa naissance comme station thermale au XIXe siècle, jusqu'à sa renaissance en tant que Mecque internationale du jeu et du divertissement dans les années soixante-dix. Ce récit passionnant, dont le rythme et les personnages sont dignes d'un roman, a été adapté en série télévisée HBO par Martin Scorsese et Terence Winter, avec Steve Buscemi dans le rôle saisissant de Nucky. Boardwalk Empire a décroché deux Golden Globes et dix-huit Emmy Awards, et s'est rapidement placée en tête des meilleures séries de l'année.

  • The American

    Martin Booth

    The American est un thriller psychologique brillant et effrayant qui suit les traces d'un mystérieux fabricant d'armes de haut-niveau travaillant pour le compte d'assassins. Installé dans un village du sud de l'Italie, il se fait passer pour « Signor Farfalla » (M. Papillon), un artiste tranquille qui peint des miniatures de papillons dont le vrai nom semble être Clark.
    Alors que l'artiste s'installe dans ce milieu rural, la plupart de ses nouvelles connaissances acceptent son alias énigmatique, à l'exception notable du Père Benedetto, un prêtre qui le pousse à se révéler au fil de conversations de confessionnal arrosées d'Armagnac.
    Entre la peinture minutieuse de ses études détaillées de papillons et les préparations pour sa prochaine mission, Clark festoie avec une paire de prostituées du coin, Dindina et Clara, et finit par nouer une relation sérieuse avec cette dernière. Mais un beau matin, il ressent la présence latente d'un autre confrère, une ombre inquiétante qui restera un mystère jusqu'au coup de théâtre final.
    L'atmosphère langoureuse et paresseuse qui sert de toile de fond à cette intrigue fraîche et séduisante est étrangement efficace, et les flashbacks dans le passé froid et brutal de Clark sont habilement juxtaposés à son histoire d'amour naissante avec la jeune et naïve Clara. Avec des personnages de premier ordre et une accumulation de suspense ingénieuse, Martin Booth livre un roman d'une écriture nette et lyrique, simple et intelligente. Un conte moral brûlant et une étude psychologique profonde qui rappelle Le Voyage de Felicia de William Trevor et la série des Ripley de Patricia Highsmith.
    The American, écrit en 1990 est adapté au cinéma par Anton Corbijn (réalisateur de Control, le film sur Ian Curtis de Joy Division) avec George Clooney dans le rôle principal. Le film sera présenté en septembre 2010 au festival de Venise et distribué en France par Mars Distribution.
    MARTIN BOOTH (1944-2004) fut un auteur britannique prolifique mais jamais traduit en France : romancier, poète, dramaturge, scénariste, biographe et éditeur. Beaucoup de ses oeuvres sont liées au passé impérial britannique en Chine, à Hong Kong et en Asie centrale. Grand voyageur, amateur d'aviation et fin observateur de la Nature, Martin Booth était aussi passionné par l'Italie et les États-Unis, où il avait de nombreux amis poètes. Ces intérêts constituent un fil conducteur à travers ses romans, ses livres de voyage et ses biographies. Hiroshima Joe (1985), Music on the Bamboo Radio (1997), Industry Of Souls (sélectionné pour le Booker Prize en 1998) et Gweilo: Memoirs of a Hong Kong Childhood (2004), sont ses oeuvres les plus connues.

  • Calcio mon amour

    André Bianchi

    Andrea la petite Romaine a décidé de devenir journaliste sportif. À sept ans, ça s'appelle avoir la vocation. Au pays du pape, elle s'est trouvée un Dieu, le vrai Dieu de Rome: le foot.
    Quelle hérésie!!! Pour Roberta, la mère d'Andrea, ce genre d'idée fixe ne peut qu'aboutir à beaucoup beaucoup de désillusions. Mais rien ni personne ne se mettra en travers du chemin de la petite fille têtue et pugnace. Surtout pas les hommes.
    À travers son parcours initiatique dans les arcanes du journalisme sportif Andrea aura affaire à tous les types d'hommes. Des beaux, des très beaux, des bêtes, des très bêtes, des gentils, des méchants, des sincères, des faux culs et même certains pour qui le football est un truc de demeurés. La quasi-totalité trouvera dans le football un rival inattendu. Pour quelques-uns, c'est un peu comme si la belle Andrea sortait avec leur meilleur copain.
    Andrea sait depuis toute petite que les hommes peuvent être mauvais joueurs, des truqueurs qui s'écroulent pour un rien dans la surface de réparation. Même les artistes, ceux qui pratiquent le football champagne, celui qui séduit Andrea au-delà de toute raison. Si elle connaît les règles du jeu dans le stade, elle va s'initier à celles de l'amour et du hasard, bien que, comme sur un terrain, rien ne soit jamais vraiment dû au hasard.
    Calcio Mon Amour est une comédie romantique sur les hommes, une comédie pleine d'émotions, de rires et de larmes écrite avec un regard neuf et vif par une femme qui aime ce qu'aiment les hommes, ce qui lui permet de mieux les comprendre, les affronter et les aimer.

  • « Le commerce a trouvé, avec la maladie de la planète, un nouvel eldorado. Vrais problèmes mais pas toujours vraies solutions, et parfois conséquences inconnues... J'avais juste envie d'en savoir un peu plus sur cette société qui doit devenir verte sous peine de disparaître. A l'occasion de cette enquête, j'ai croisé des gens normaux, des héros, des profiteurs, écouté des spécialistes et des scientifiques. Et j'ai commencé à me faire un avis sur la réalité de ce qui nous attend. A vous de vous faire le vôtre. Pour vous aider à y voir plus vert, j'ai écrit ces quelques pages. » Sur un ton décalé, animé d une curiosité toujours vivace et sincère, Sébastien Folin décrypte une société obnubilée par la voiture électrique, fascinée par le bio, sans pitié pour la nature, et terrorisée par le réchauffement climatique.

  • Vincent, Hervé, Maïa, Chantal, Rémy, Eluana, ces prénoms résonnent toujours dans le coeur des Français. Ils nous ont tous émus par leur sincérité et par la justesse de leurs cris et de leurs demandes d'être délivrés d'une vie devenue absolument insupportable. N'étaient-ils pas les mieux placés - et les seuls - pour juger de l'utilité ou non de continuer à vivre ?
    Et vous, comment voyez-vous votre fin de vie ?
    Il y a quelques mois, j'ai écrit sur un petit carnet noir la limite au-delà de laquelle je ne souhaite pas aller. J'ai écrit les outrages de la maladie que je ne tolérerai pas. J'en ai déjà tellement subi au point d'accepter les déformations de mon corps et de mon visage que le sida et ses traitements m'ont infligées jour après jour depuis plus de vingt ans.
    Je lis et relis chaque jour ces lignes pour m'assurer que la maladie ne m'a pas encore amené à ces limites que je juge intolérables.
    Je me battrai sans relâche pour une loi républicaine, pour une loi qui assure enfin à chacun d'entre nous, en fin de vie, la liberté, l'égalité, la fraternité.
    Les voleurs de liberté ne gagneront pas. Ils ne nous voleront pas notre dernière liberté ! Ils ne vous voleront pas votre dernière liberté !

  • En s appuyant sur le témoignage des survivants des bombes d'Hiroshima et deNagasaki, Charles Pellegrino retrace les événements des deux jours d'août 1945 durant lesquels des engins atomiques ont explosé sur le Japon, changeant à jamais la vie sur Terre. Au c ur de ce récit, la voix de ceux qui ont vécu les premiers les explosions atomiques: les civils japonais et les aviateurs américains.Trente personnes sont connues pour avoir fui Hiroshima par le train pour Nagasaki, où ils sont arrivés juste à temps pour assister à la seconde bombe. Charles Pellegrino raconte leur histoire et laisse entre autres la parole à Tsutomu Yamaguchi, une des rares personnes à avoir survécu deux fois aux effets du cataclysme depuis Ground Zero.La seconde fois, une cage d'escalier lui servit de cocon, tandis que l'ensemble du bâtiment disparut tout autour de lui.Le Dernier train d'Hiroshimaoffre aux lecteurs un voyage temporel saisissant,écrit dans une prose claire et savante, et enrichi de l'étroite relation que l auteur a su nouer avec les survivants de la bombe.« Le dernier train d Hiroshima combine des connaissances médico-légales importantes, nouvelles pour certaines, avec une émotion incommensurable. A lire absolument, pour quiconque possède une conscience. »James Cameron « Un plaidoyer sage, bouleversant et très bien documenté contre toute utilisation de ces armes terribles. »Publishers Weekly

  • Il y a quelques années, André Coutin a proposé à Jacques Martin de se raconter. Ce dernier accepta de se lancer dans l'aventure de l'auto-analyse mais en Jacques Martin du lundi au mercredi, aux antipodes de l'histrion du dimanche. Grand lecteur de livres et de partitions, chanteur lyrique, chef d'orchestre, il avait tous les talents. Il adorait la métaphysique et était sincère quand il disait qu'il animerait volontiers les émissions religieuses du dimanche matin. Ce livre d'entretiens est un document exceptionnel et unique qui donne à découvrir un homme de conscience traversé d'éclairs, un enfant prodigue qui fait sa résilience, à la recherche de sa vérité, humble et fulgurant. Passant du doute, du mal-être, de l'angoisse à l'improvisation géniale, il fut un libre penseur, hors normes, qui s'interroge sur le paradoxe de l'être humain. Un homme d'envolées. Un an après sa disparition, il nous apparaît utile à sa mémoire de publier l'essentiel de ces entretiens restés inédits, des impromptus qui lèvent le voile sur sa face la plus secrète, sur l'autre Jacques, celui que le succès médiatique a masqué mais qui ressourçait l'homme public et l'aidait à ne pas perdre son âme.

  • une histoire d'amour et de haine, inspirée de faits réels, forte en rebondissements, bluffante et captivante, où la vérité n'est jamais là où on l'attend.
    aux assises, un homme écope de vingt-deux ans de prison pour le meurtre d'une mère et de sa fille. zarkane, l'oeil noir et sec, contemple, sans le moindre signe d'émotion, ceux qui viennent de le condamner. une descente aux enfers qui l'amène à dérouler le fil de sa vie qui débute dans une caravane, dans un camp gitan du sud de la france, puis dans une famille d'adoption avant que fernand, le parrain de la côte d'azur, ne décide de prendre zarkane sous son aile, pour en faire un caïd et un homme riche.
    /> une vie noire et violente que cet homme étonnant et envoûtant va abandonner pour ne plus se consacrer qu'à la peinture et à l'amour. un bonheur qui ne durera pas : les tarots de mamma lisa l'avaient prédit. la cellule de zarkane est le premier roman de joseph lubsky, un ancien détenu qui a passé une partie de sa vie en prison pour un crime qu'il dit ne pas avoir commis.

empty