Karen Hottois

  • Aujourd'hui, c'est l'anniversaire d'Elmo, mais il n'aime pas trop attirer l'attention. Et puis tout le monde a sûrement oublié. Alors il décide de partir se promener seul pour profiter de cette belle journée. La nature a déposé sur son chemin mille et un petits cadeaux?: un joli caillou, un coucher de soleil flamboyant, une rêverie au bord de l'eau.
    À la fin de la journée, Elmo regrette un peu de n'avoir pu partager ces doux moments. Mais ses chats en peluche n'ont rien oublié du tout et, à la nuit tombée, ils réservent à Elmo une jolie surprise?!
    Comme les enfants, Elmo - sensible et pudique - a décidément l'art d'enchanter et de transformer le monde qui l'entoure.

  • Un petit écureuil, paniqué, cherche désespérément à faire rentrer son énorme doudou dans son cartable. La limace lui trouvera la solution... Comme les quatre suivantes, cette histoire débute la veille de la rentrée des classes. En parallèle, cinq petits personnages appréhendent leur trac, avant de le confronter à la réalité en prenant le chemin de l'école. Avec finesse, et aussi une certaine gravité, Karen Hottois aborde les sentiments contradictoires que suscitent les grandes étapes ; les angoisses, les attentes et les compromis à trouver pour grandir sereinement, comme ce doudou portatif.

  • Elmo a le coeur lourd, l'automne est là, la pluie ruisselle derrière ses fenêtres, l'été s'en est bel et bien allé... Mais Elmo a un truc. Quand il a le moral en berne, il prépare un thé à l'eau de parapluie. La recette est simple : il suffit de se placer sous un gros nuage, un gros nuage plein de mer évaporée, chargé de soleil, de sauterelles et de coquelicot, et lorsque le nuage crève, lorsque la pluie se met à tomber, la récolter ! Savourer ce thé avec des amis chers de préférence, fermer les yeux, sentir les vacances couler dans sa tasse, savourer ce breuvage chaud et doux, et une fois qu'on a repris des forces, qu'on est gonflé à bloc, profiter enfin des joies sauvages de l'automne !

  • Madga est une souris minuscule. Elle est née ainsi, minuscule et mignonne. Sur la pointe des pattes et le museau en l'air, elle n'est pas plus haute qu'une graine de chicorée.
    - Pour grandir, il faut laisser passer du temps, dit Maman. Et puis dormir aussi, et rêver...

  • Comme chaque matin, Laurent le Outan se réveille de mauvais poil. Il a beau se lancer de branche en branche à travers la jungle de Sumatra, il a beau voler des oeufs au Trogon aux yeux blancs, et pour couronner le tout cuisiner sa fantastique tarte aux litchis, il lui manque quelque chose ou plutôt quelqu'un : les petits enfants de Paris. Avec eux, Laurent pourrait grimper dans les arbres, plus haut encore que la tour Eiffel, et manger des parts de tarte. Sans eux, il passe son temps à attendre.
    Un soir de lune argentée, Laurent fait la rencontre d'une petite fourmi tout excitée, vraiment pas gênée et bien décidée à bouleverser sa vie.

  • Ce sont les vacances ! Emmett et Cambouy (enfin surtout Cambouy...) ont de grands projets : partir loin, loin, loin ! Oui, mais voilà, une fois l'heure du départ arrivée, le plus aventurier n'est pas forcément celui qu'on croyait et assez vite Cambouy se dégonfle : dormir sous la tente, loin de son lit et de ses amis, n'est finalement pas sa tasse de thé. Le voyage se termine alors plus tôt que prévu à la grande déception d'Emmett qui, lui, s'est découvert l'âme d'un voyageur.
    Pour faire oublier qu'il a reculé, Cambouy propose un pique-nique au bord de l'eau où l'on se raconterait sa destination rêvée, pour voyager, mais en pensée, sans danger...
    Le problème c'est que la graine du voyage s'est plantée dans la tête d'Emmett qui, petit à petit, sombre dans la mélancolie. Il voudrait tellement voir la mer...

    Alors Cambouy va prendre sur lui, comme on le fait parfois en amitié, dépasser ses peurs, accepter de quitter son nid, pour faire plaisir à son ami.

    Les voilà tous partis... On s'épaule, on se soutient, on s'appuie sur les autres quand la fatigue se fait sentir ; la route est longue, mais le jeu en vaut la chandelle... la mer est si belle !

  • Emmet et Cambouy habitent deux maisons côte à côte quelque part, on ne sait pas bien où. Ils sont amis depuis si longtemps.
    Auprès d'eux, printemps, été, automne et hiver se succèdent avec leurs petites et leurs grandes joies.
    Les promenades à travers champs, les roulades dans les feuilles et même parfois dans la boue, les cueillettes et la neige qu'on mange à pleines dents ! L'amitié de ces deux-là est faite de petits riens, de moments passés ensemble, de cadeaux réussis ou ratés, de disputes et de rires, de jolis mots, des mots doux et serrés, des mots magiques et des mots sérieux.

  • Arion est un limaçon et ce matin il a le coeur en peine. Il se trouve petit, mou et visqueux et rêverait de pouvoir bondir comme une sauterelle ou voler comme un papillon pour prendre de la hauteur sur le monde.
    Mâchonnant ses feuilles de cresson, il se met malgré lui à sculpter le feuillage à l'aide de ses mandibules.
    Ses rêves prennent vie sous l'oeil ébahi de ses minuscules amis. Arion a fait de ce champs de cresson une jungle, une savane dans laquelle des animaux exotiques cavalent. Arion est en fait un artiste et il rend le monde plus beau !

  • Seichito est un petit seichon timide et plein d'imagination. Solitaire, il se cache derrière son encre qui raconte mieux que des mots son humeur. Un jour, Seichito croise la route de Seichita et, comme à son habitude, confus, il crache son petit rideau d'encre. Mais c'est la surprise ! Au lieu de le cacher, la tache d'encre, pour une fois, se fait rose et tendre, et révèle à Seichita toute la beauté du coeur de Seichito. Toutes les illustrations sont des taches d'encre de seiche. Leur puissance d'évocation doit un peu au hasard et beaucoup à l'imagination des deux auteures-illustratrices. Pour tous ceux qui ont rêvé sur le test de Rorchach et les autres, ces taches sont une invitation à découvrir le sens caché des images.

  • Boubou en était sûr Nouv.

    Un matin, Boubou se réveille frappé par l'évidence de ses senti- ments pour Nadia. Il attrape une feuille, écrit précipitamment les mots « J'en étais sûr ! » et charge son rat, Fromage, de lui porter la lettre. Quand Nadia découvre le message, elle n'est pas certaine de comprendre... Boubou fait une seconde tentative et cette fois, Nadia comprend, elle rougit de bonheur : elle ressent la même chose ! Elle confie sa réponse à Fromage qui galope vers Boubou.
    Mais celui-ci a soudain trop peur de la lire...

    Le quiproquo devient imbroglio, et Boubou et Nadia se mettent à bouder, sous le regard consterné de leur messager. Lassé par leur cirque, Fromage décide de prendre les choses en main...

empty