Jean Cazals

  • Zoo

    ,

    Le zoo est un espace social, un lieu de rencontre entre animaux et visiteurs de tous horizons. Au delà des principales missions de pédagogie, de conservation des espèces et de recherche scientifique, c'est surtout la dimension récréative qui séduit le public. Pour beaucoup, une visite au parc zoologique cristallise des images et des émotions inoubliables qui nous feraient presque oublier l'artificialité de ces environnements naturels recréés. Dans son recueil, Pierre-Jean Carrus capture avec une pointe d'ironie tout ce qui fait la vie des zoos. Au fil des pages, notre poète des zoos ne se contente pas de faire défiler devant nos yeux des oiseaux, des reptiles et des mammifères venus du monde entier, il nous fait sentir - de l'intérieur - comment ces êtres à plumes, à poils ou à écailles subissent et endurent, tant bien que mal, leur enfermement. Transformés en objets de curiosité, en bêtes de spectacle ou en banals produits de consommation (sous forme de peluches, mugs ou porte-clefs en vente dans les boutiques des parcs), ces animaux dénaturés en disent long sur notre rapport à nos origines. À travers eux, n'est-ce pas aussi finalement une part de nous que nous emprisonnons derrière des barreaux ? Extrait de la préface de Thierry Cazals dans les coussinets sous les pattes des panthères des douceurs probables

  • A Montmartre, à Montparnasse ou à Saint-Germain-des Près, les brasseries parisiennes ont été au coeur de la vie culturelle et artistique de la France. Les Impressionnistes boulevard de Clichy, les Cubistes et les Surréalistes à la Coupole, les existentialistes au café de Flore... Jaurès au café du Croissant, Lénine à la Closerie des Lilas... Aujourd'hui encore les brasseries de Saint Germain sont l'annexe incontournable de la vie politique. Sans façon c'est ici que se retrouvent autour d'un plat ministres et membres de la représentation nationale. Les brasseries, où l'on sert à manger, sont donc à l'origine d'une véritable civilisation et d'un art de vivre typiquement français. Par chance, leur décor a peu changé depuis leur création et leur cuisine a su s'adapter, sans se perdre, à l'évolution de notre goût et aux contraintes de la vie moderne. (un plan en deux parties: une introduction qui évoque les grandes brasseries et les personnages illustres, artistes, intellectuels ou hommes politiques qui les fréquentèrent et un recueil de recettes).

  • Un message d'amour, de la part d'un chef installé à Londres, à sa Gascogne natale et à la gastronomie de son enfance.

    Cette phrase résume l'essence même de ce livre.

    En 140 recettes, Pascal Aussignac nous invite à traverser le Sud-Ouest, à la rencontre des produits du terroir qui font la particularité de cette région et à les sublimer dans des recettes tantôt classiques, tantôt audacieuses.

    Au menu ? Salade landaise, piperade basquaise, cassoulet ou poule au pot pour les recettes traditionnelles. Quant aux plats moins conformistes, l'auteur propose des crevettes géantes, lait de coco & Lillet, du foie gras à la sangria ou encore une oie de Noël farcie au foin, avec parfois des ingrédients inattendus tels que la liqueur Baileys, les Fisherman's friends.
    La cuisine de Pascal Aussignac vous surprendra et vous séduira grâce à sa touche personnelle, et les illustrations de Jean Cazals vous feront succomber.
    Cusinier Gascon est un ouvrage traduit, publié à l'occasion des 10 ans du Club Gascon en 2008, en Angleterre où il a rencontré un beau succès. Ce livre souligne l'attachement de l'auteur à ses racines du Sud-Ouest et à cette cuisine régionale chère à son coeur.

  • Nées de l'esprit conquérant des producteurs de bière alsaciens, les brasseries, ici temple de l'Art déco, là musée de l'Art nouveau, sont indissociables de l'image de Paris. Elles ont pris possession de la plupart des quartiers et en ont adopté les particularités. Le tablier blanc de leurs serveurs appartient au folklore de la capitale, et d'aucuns seraient prêts à jurer que le hareng pommes à l'huile comme la salade de lentilles figurent au blason de la capitale. Si la choucroute y tient toujours le haut de la table, l'huître, occupe leur devanture, tandis qu'au comptoir fraternisent la chope et le verre à pied. Aujourd'hui, de savoureuses recettes contemporaines accompagnent les plats traditionnels qui ont fait le succès de ces brasseries au décor hors du temps.

    À travers l'histoire et le décor de dix d'entre elles - Le Pied de cochon, Bofinger, Lipp, La Coupole, Gallopin, Le Grand Colbert, Mollard, Le Petit Riche, Polidor et Le Train bleu - ce livre est une déambulation à travers la mémoire de Paris.

    Il est surtout une invitation à passer à table puisqu'il présente les recettes fétiches (entrée, plat et dessert) de chacune.

empty