William Leymergie

  • « Dans le Poitou, à Mirebeau, il y a une race d'ânes qui a pris le nom du village. On les appelle des mirebalais. Ce sont des ânes particulièrement robustes... Il existe des hommes qui ont ces mêmes capacités... » Sous la France de Louis XV le bien-aimé, au coeur de cette vie de cour, la marquise de Pompadour trône en reine des favorites jusqu'à l'arrivée impromptue de Mauro. Ce jeune éphèbe à l'insolente musculature a acquis la réputation sulfureuse d'être le meilleur mirebalais du royaume. Dans la torpeur de la nuit, il prête sa fougue pour honorer les dames délaissées par leurs nobles maris fatigués... Mais au sein de cette société d'Ancien régime où l'intrigue se mêle à l'ambition, Mauro va provoquer des inimitiés aussi tenaces que mortelles. Peut-on jouer avec l'amour sans en devenir l'esclave ?  William Leymergie se dévoile avec ce premier roman qui nous plonge au coeur de la vie amoureuse de la France du XVIIIe siècle. Une épopée historique haletante qui raconte pour la première fois le rôle des mirebalais, ces hommes de plaisir occultés par l'Histoire alors qu'ils étaient pourtant au centre de ses intrigues.

  • « L'Afrique noire, je la porte au plus profond de moi, à fleur de peau comme un tatouage. A vingt ans, j'ai quitté le continent africain et depuis, il ne s'est pas passé une semaine sans qu'un parfum, un livre, une voix, un film et même une cérémonie me renvoient à elle. Le sexagénaire que je suis aujourd'hui ressent le besoin de retrouver l'enfant qu'il a été et tout ce qui a forgé son identité. »Sa courtoisie, son humour, son prénom laisseraient facilement imaginer une ascendance ou une éducation anglaise. Pourtant, il n'a pas passé son enfance en uniforme de collégien, mais plutôt à courir après les phacochères ou à sa baigner parmi les crocodiles... Qui aurait pensé que William Leymergie avait des racines africaines ?Au fil d'anecdotes peu banales, souvent drôles, et parfois graves, William Leymergie livre avec pudeur le parcours d'un rouquin aux dents du bonheur. Un voyage au coeur du lien familial dans ces années cinquante qui cristallisent une douceur de vivre aujourd'hui disparue.

empty