Thibault Gandouly

  • Petit-fils du roi Louis-Philippe et arrière-petit-fils de Philippe-Égalité, Philippe d´Orléans, comte de Paris (1838-1894), naît au palais des Tuileries. Passant son enfance entre Paris et le château d´Eu en Normandie, il doit quitter la France avec sa famille à la suite de la proclamation de la Seconde République. Un destin hors du commun l´attend : il réalise un voyage au Proche-Orient puis intègre les rangs nordistes lors de la guerre de Sécession. Revenu en France après la guerre de 1870, il tente de réaliser l´unité monarchique en rendant visite au comte de Chambord en 1873. L´échec du projet de restauration l´éloigne de la politique et l´amène à se retirer au château d´Eu, dont Viollet-le-Duc assure la restauration. Dix ans plus tard, la mort de son cousin le désigne en héritier de la couronne. Travailleur acharné, il s´implique dès lors activement dans la vie du parti royaliste en vue de la conquête du pouvoir. Après le vote des lois d´exil en 1886, il redessine les contours de la doctrine monarchique, conciliant les héritages orléaniste et légitimiste.
    Ses écrits témoignent de son souci de l´adapter à la société de son temps. Les soubresauts politiques de la fin des années 1880 le conduisent à tenter de détourner le mouvement boulangiste en faveur de la monarchie. Cependant l´échec électoral de 1889 et le ralliement d´une partie des royalistes à la République sonnent le glas de ses espérances.
    Il s´éteint prématurément en Angleterre en septembre 1894.En s´appuyant sur de nombreuses sources jusque-là inexploitées, Thibault Gandouly entreprend de faire revivre Philippe d´Orléans, un homme profond, pragmatique, à la vie exemplaire, un patriote doublé d´un parfait chrétien. Le parcours de ce prétendant, le dernier qui ait été à la tête d´un parti royaliste en capacité de menacer la République, accompagne et éclaire aussi un demi-siècle politiquement troublé, marqué par les complots, les scandales et les révolutions.

  • Paul de Granier de Cassagnac, dit Paul de Cassagnac (1842-1904), a disparu des mémoires. Aucune rue, aucune place ne porte son nom dans le Gers, où il fut député pendant une vingtaine d'années. Aucun ouvrage biographique n'était consacré en France à l'inventeur du sobriquet de « Gueuse » pour désigner la République. De grande taille, la moustache large, le teint légèrement basané, la démarche lente, l'homme a, d'après l'un de ses contemporains, le physique de l'homme des foules. « C'est d'Artagnan ou, si vous préférez, quelque capitaine du seizième siècle dont l'épée tient mal au fourreau, dont la langue est prompte aux ripostes meurtrières, toujours prêt à mettre flamberge au vent. » Bonapartiste enragé et ardent défenseur du catholicisme tant dans la presse qu'à la tribune de la Chambre des députés, il vit toutes les secousses politiques de la seconde moitié du XIXe siècle : la chute de l'Empire, la victoire des républicains en 1876, le boulangisme, le ralliement et l'affaire Dreyfus. Il côtoie bon nombre des figures majeures du Second Empire et des premières décennies de la IIIe République : Napoléon III et le prince impérial, Adolphe Thiers, le maréchal de Mac-Mahon, Léon Gambetta, Jules Ferry, le comte de Paris ou Georges Clemenceau. Cassagnac est donc un formidable point d'observation de la vie politique de la fin du XIXe siècle, du côté des conservateurs.
    Mais il y a plus : esprit indépendant et frondeur, duelliste invaincu, orateur et écrivain de talent, impliqué dans plusieurs intrigues, il fascine ses contemporains et fait tourner des têtes. « Son idéal serait d'être fils de croisés et de défendre le Roi et Dieu » écrit en 1879 l'une de ses admiratrices, Marie Bashkirtseff. Paul de Cassagnac est imprégné de cet esprit chevaleresque qui le fait combattre jusqu'à sa mort « pour Dieu et pour la France », comme l'indique sa devise. Toute sa vie se prévaut de sentiments de fidélité, de loyauté et d'honneur, et ce parfois jusqu'à l'excès.

empty