librairie Galignani
Vous êtes dans : Librairie Galignani > Mémoires d'un proscrit ; coffret t.1 (1812-1815) et t.2 (1816-1834)

Couverture

recto / verso

Mémoires d'un proscrit ; coffret t.1 (1812-1815) et t.2 (1816-1834) (Presentation Et Notes De Laurent Nagy)

Gencod
9782916488547
Prix : 45.00 €
Quantité :
Pas en stock - Nous contacter au 01 42 60 76 07

Nous avons sélectionné cet article dans : HISTOIRE

Le mot du libraire

Le général retrace son parcours de la campagne de Russie à la fin de la seconde Restauration et ses années de proscription de 1815 à 1826.

Tome I : 1812-1815. Frédéric Guillaume de Vaudoncourt fut l'un des généraux de Napoléon. Publiés en 1835, ses Mémoires d'un proscrit n'ont étonnamment jamais été réédités bien qu'ils constituent un témoignage précieux d'une grande valeur historique et littéraire. C'est donc chose faite. Dans ce premier volume, qui couvre les années 1812 à 1815, le général Frédéric Guillaume de Vaudoncourt retrace les dernières années de l'Empire : engagé volontaire dans les armées de la République, puis appartenant à l'élite militaire de Napoléon Ier, il s'avère fin connaisseur des hommes et des idées de son temps. Avec un véritable talent d'homme de lettres, non dénué d'humour, il mêle dans son récit l'épopée impériale à sa propre histoire : le désastre de Russie (1812), le retour des Bourbons (1814) et l'aventure des Cent-Jours (1815) sont aussi des expériences personnelles, racontées avec sobriété. Rédigés peu après les faits, ces Mémoires livrent une autre vision des événements épiques qui ont bouleversé la France et l'Europe au début du XIXe siècle, et c'est donc un regard rare, dénué du voile de la nostalgie napoléonienne, que leur auteur propose aux lecteurs d'aujourd'hui. Tome II : 1816-1834. Dans ce second volume des Mémoires d'un proscrit, couvrant les années 1816 à 1834, Frédéric Guillaume de Vaudoncourt, qui fut un général de la Grande Armée napoléonienne, raconte son expérience de révolutionnaire et d'ardent activiste de la liberté. Après sa condamnation à mort lors de la Terreur Blanche, il sillonne l'Europe à la recherche d'appuis pour renverser la dynastie des Bourbons, installée en France après Waterloo. Il entre en relation avec les exilés bonapartistes ou républicains qui partagent ses espérances. Alors que sur tout le continent des monarchies sont rétablies, et afin de mieux les combattre, le général rêve d'unir les patriotes européens dans une "Sainte-Alliance des peuples". Ainsi, quand les Espagnols, puis les Piémontais se soulèvent contre leur roi, le général se place-t-il aussitôt à leur côté. Aucun homme du temps n'a laissé pareil témoignage sur ces événements : il permet de mieux saisir l'intensité des luttes entre partisans de la liberté et partisans de la contre-révolution en France et en Europe. À la lecture de ce passionnant récit, une certaine image de la Restauration se modifie et on comprend que le vent de la Révolution de 1789 n'a jamais cessé de souffler dans l'esprit de certains contemporains.